Un homme de 50 ans a été traité à l’hôpital pour une pneumonie. Les médecins lui ont prescrit de l'amoxicilline et de l'acide clavulanique, puis, de la clarithromycine. "Deux jours après la deuxième prescription d'antibiotiques, les membres de sa famille ont noté un changement progressif de son comportement, avec une logorrhée inhabituelle, une irritabilité et une activité physique accrue" a ainsi noté le rapport des médecins.

En effet, le quinquagénaire a été ramené à l’hôpital par des membres de sa famille s’inquiétant de voir son état psychique changer. L’homme disait être en contact avec Dieu et qu’il lui aurait confié une mission spéciale. Ce phénomène rare dû à la prise de clarithromycine s’appelle l’antibiomanie.

Quand l’antibiothérapie amène à la psychiatrie

Selon le rapport établi par les médecins qui ont pris en charge le quinquagénaire, ce dernier n’avait aucun antécédent psychiatriques, il n’avait pas consommé de substances hallucinogènes, ni d’alcool. Il ne fumait pas non plus et c’était son premier traitement par antibiotiques. Parfois conscient de ses hallucinations, l’homme de 50 ans a décidé avec le corps médical de stopper l’antibiothérapie.

Résultat ? En seulement 12 heures, les symptômes psychiatriques ont disparu. L’infection pulmonaire du patient a amené les médecins à prescrire de nouveau le cocktail d’antibiotiques et les hallucinations sont de nouveau apparues. Si le patient a bel et bien réagit aux antibiotiques, les médecins ne savent pas si c’est le mélange de différentes molécules qui est en cause ou s’il a réagit à un seul médicament. Ce phénomène rare est connu sous le nom d’antibiomanie.

Antibiomanie : l’antibiotique clarithromycine en cause ?

L’homme de 50 ans n’est pas un cas unique et isolé. En effet, une femme de 61 ans a été hospitalisée dans le pôle psychiatrie de l’hôpital Albert-Chenevier de Créteil (Val-de-Marne) en 2017 suite à un traitement par clarithromycine. Cinq jours après le début de l’antibiothérapie, la patiente est devenue agressive, irritable, insomniaque. Elle éprouve le besoin de parler avec un débit rapide et continu (logorrhée). Elle avait également des idées délirantes.

Notre confrère journaliste pour Le Monde, Marc Gozlan relate également que “les deux premiers cas ont été décrits dans la littérature médicale en 1995. Depuis cette publication, une douzaine de cas similaires ont été rapportés, notamment en lien avec la clarithromycine et le traitement de l’infection à H. pylori. En 2002, une étude américaine a décrit 21 cas de syndrome maniaque induit par antibiotiques (6 impliquant la clarithromycine, 13 l’isoniazide, et 1 l’érythromycine et l’amoxicilline), ainsi que 82 cas rapportés à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : 27,6 % par clarithromycine, 14,4 % par ciprofloxacine et 12 % par ofloxacine. Le terme « antibiomania » (contraction d’antibiotics et mania) est alors créé pour désigner cette réaction rare aux antibiotiques.”

Les médecins ayant pris en charge l’homme de 50 ans ont précisé dans leur rapport que “l'apparition d'effets secondaires psychiatriques liés à l'antibiothérapie, qui est un traitement très couramment utilisé, peut avoir un impact important sur la qualité de vie d'un patient. Bien qu'il s'agisse d'un phénomène rare, ces présentations cliniques et leur diagnostic différentiel méritent une plus grande attention, tant pour les médecins exerçant en soins primaires que pour les professionnels de la santé mentale.”

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://bmcpsychiatry.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12888-021-03397-7

https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2017/04/18/quand-un-antibiotique-vous-envoie-en-psychiatrie/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.