Sommaire

Millepertuis : dangereux avec certains médicaments

Face aux risques d'effets secondaires et d'accoutumance des médicaments qui facilitent l'endormissement et le sommeil profond, beaucoup de gens se tournent vers les plantes.

Mais "il faut se méfier des produits parfois présentés comme des plantes sans risques, et dont les contre-indications sont réelles", explique le Dr Jérôme Lefrançois. C'est le cas notamment du millepertuis.

Pourquoi ? Antidépresseurs, antivitamine K, antirétroviraux, antimigraneux et antidépresseurs... Le millepertuis est à éviter si vous prenez un traitement de ces familles. "Il est proscrit chez la femme enceinte ou allaitant", met en garde Jacques Labescat, médecin phytothérapeute dans son livre Bien dormir grâce aux plantes.

Millepertuis : dangereux avec certains médicaments

Le casque anti apnée du sommeil : dangereux en cas de problème de coeur

L'apnée du sommeil n'est pas seulement une maladie qui entraîne des ronflements. Elle cause aussi réveils nocturnes, somnolences diurnes en plus des interruptions de la respiration lorsqu'on dort. Pour limiter ses conséquences désastreuse sur la santé et l'état de fatigue certains patients on recourt au traitement par ventilation en pression positive.

Il s'agit d'une sorte de masque relié à un générateur de débit d'air qui assure une respiration assistée en gardant les voies aériennes supérieures dégagées. Néanmoins, ce dispositif seraient dangereux pour certaines personnes.

Pourquoi ? En août 2017, la revue Prescrire relayait 2 études qui attestaient du caractère dangereux du casque de ventilation auto-asservie chez certains patients. Après observation de plusieurs volontaires, le taux de mortalité aurait en effet augmenté chez ceux atteints d'insuffisance cardiaque et d'apnée centrale du sommeil. La revue médicale mettait donc en garde de ne pas prescrire le dispositif à ce type de patients.

La mélatonine : risque de maux de tête ou de vertiges

Les compléments alimentaires et pilule à base de mélatonine connaissent un essor depuis quelques années. Contrairement aux somnifères ils ne favorisent pas l’accoutumance et sont moins fort. La mélatonine à l'origine est l'hormone fabriquée par notre cerveau pour rythmer les phase d'éveil et de fatigue du corps en fonction des moments de la journée.

C'est elle qui facilite donc l'endormissement, c'est pourquoi une petite dose supplémentaire peut aider ceux qui ont du mal à trouver le sommeil. Mais attention ce n'est pas parce que c'est naturel que c'est sans danger.

Pourquoi ? D'abord, il faut savoir que depuis 2015, la mélatonine figure sur la liste II des substances vénéneuses par arrêté du Journal officiel obligeant les produits qui en contiennent plus d'1mg à être considérés comme des médicaments. La mélatonine n'est pas sans danger. Dans un communiqué, l'agence de santé américaine met en garde contre des effets secondaires comme des maux de tête, des nausées et des vertiges.

La mélatonine est également déconseillée chez les enfants et les femmes enceintes.

La valériane : attention si vous prenez des psychotropes

La valériane fait partie des remèdes naturels les plus connus et plus plebiscités en cas de troubles de l'endormissement. Elle possède des composants qui font office de tranquilisants et relaxants. Appelée également herbe à chat, cette plante contient malgré tout des contre-indications à connaître.

Pourquoi ? "La valériane ne doit en aucun cas venir se surajouter à la prise de psychotropes sans avis médical", met en garde le Dr Jacques Lavescat, auteur du livre Bien dormir grâce à aux plantes (Rustica éditions) avant d'ajouter "comme toutes les plantes elle est toxique à doses très élevées."

Pas plus d'une tisane pas jour donc.

Mélilot : une substance à éviter avec des anticoagulants

Le mélilot est une plante qui était déjà utilisée en phytothérapie dans l’Égypte ancienne il y a des siècles contre les hématomes.

Aujourd'hui grâce à son action sédative et même antispasmodique on peut l'utiliser dans une tisane en faisant infuser 40 à 50 g de fleurs dans un litre d'eau bouillante pour favoriser l'endormissement. Mais attention ! Ce remède n'est pas acessible pour tout le monde.

Pourquoi ? Le mélilot contient de la coumarine, substance connue pour améliorer la circulation veineuse.

En raison d'un risque d'intéraction il n'est donc pas recommandé d'en consommer lorsqu'on suit un traitement coagulant destiné à empêcher la formation de caillot dans le système sanguin, cela risquerait de faire double emploi. Mieux vaut en parler à votre médecin avant.

Huile essentielle de mélisse : nocive en trop grande quantité

Anxiété, irritabilité, stress... L'huile essentielle de mélisse combat les pires ennemis de notre sommeil, calme le système nerveux et agît sur tous les aspects des troubles du sommeil.

Une goutte sur un comprimé neutre suffit mais attention pas plus car elle n'est pas sans danger.

Pourquoi ? En quantité trop excessive comme toutes les plantes elle peut être nocive pour l'organisme. Elle est également contre-indiquée chez les personnes qui soufrent d'hypothyroïdie ou qui souvent un traitement pour ce trouble.

> Stupéfiant : des chercheurs américains ont découvert qu’une substance provenant du fond des océans est le carburant n°1 pour alimenter votre cerveau jusqu'à 90 ans et même au-delà.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.