Adeline Blondieau (ex-femme de Johnny) se lance dans la sophrologie

C’est une reconversion surprenante que vient de s’offrir l’ex-femme de Johnny Hallyday. Adeline Blondieau a décidé de se lancer dans la sophrologie. Vous pouvez la consulter le mardi ou le jeudi, dans son cabinet situé dans le 9ème arrondissement parisien. Interview exclusive avec cette ancienne comédienne pleinement épanouie par sa nouvelle vie.
Adeline Blondieau (ex-femme de Johnny) se lance dans la sophrologieabacapress
Sommaire

Adeline Blondieau mène désormais une vie loin des paillettes et du show-biz. Aujourd’hui, c’est dans un cabinet de sophrologie situé dans le 9 ème arrondissement de Paris que vous pouvez la retrouver. Une véritable reconversion pour l’ex héroïne de Sous le soleil. Mélange de yoga, méditation et hypnothérapie, la sophrologie est une thérapie psychocorporelle visant à soulager toute sorte de maux et permettant aux individus de mieux vivre. C’est là toute la motivation de Adeline Blondieau.

"Aider les autres à aller mieux est important pour moi", Adeline Blondieau.

C’est à l’âge de 13 ans qu’elle découvre pour la première fois les vertus du yoga. Celle qui fut marié à Johnny à deux reprises souffrait alors de troubles du sommeil. Cette méthode semble avoir porté ses fruits. Adeline Blondieau en est aujourd’hui adepte et en a fait son métier. Entretien exclusif.

Medisite : Pourquoi cette reconversion ?

Adeline Blondieau : "J’avais besoin de me nourrir d’autre chose dans ma vie professionnelle. Aider mon prochain fait parti des choses importantes pour moi. La sophrologie est une méthode qui me parlait beaucoup. J’en pratiquais déjà, sans forcément m’en rendre compte. Mais je souhaitais concrétiser ce projet avec une formation. J’avais besoin de me sentir légitime pour pratiquer la sophrologie. C’est un peu dû au principe du comédien qui a toujours l’impression d’être un imposteur".

C’est quoi pour vous la sophrologie ?

AB : "C’est une méthode psychocorporelle, qui nécessite de travailler avec la respiration contrôlée, semblable au yoga, à la méditation ou à l’hypnose. En réalité, la sophrologie est née de douze autres pratiques".

"La sophrologie a vu le jour grâce à Alfonso Caycedo en 1960. Ce neuropsychiatre s’est aperçu que la façon dont on traitait les patients dans les hôpitaux psychiatriques n’était pas très humaine [électro-choc, bains froids…ndlr]. Il s’est dit qu’il y avait d’autres manières de traiter les gens. Il a alors voyagé pour s’abreuver d’autres concepts thérapeutiques. Il a étudié l’hypnose, la psychanalyse, le yoga… il a ensuite tressé toutes ses pratiques pour en faire la sophrologie".

Comment la sophrologie vous a aidé dans votre vie ?

AB : "J’ai fait un burn-out il y a 10 ans. J’ai été suivie médicalement par des psychiatres et médecins, et la sophrologie était un complément. Cela m’a beaucoup aidé à aller mieux, en plus du soutien des praticiens".

À l’époque on n’en parlait pas. C’était une "maladie honteuse".

Comment se passent les séances à vos côtés ?

AB : "Je propose une dizaine de séances au total. La première dure environ 1h20 et consiste à prendre le temps de comprendre la problématique du client. Puis, on va se mettre d’accord sur le cheminement de la thérapie et la définition de l’objectif".

Vous pouvez tout me dire. Je ne pourrais peut-être pas tout comprendre, mais il n’y aura jamais de jugement.

"Les séances suivantes durent entre 50 minutes et une heure. On travaille sur des exercices de relaxation dynamique [exercices basés sur la respiration contrôlée, ndlr]. On apprend à gérer sa respiration avec des exercices physiques aussi. Le but est de réconcilier le corps et l’esprit pour détendre pleinement le client. Une fois ces exercices faits, on passe à la relaxation : la personne est assise. L’objectif est d’arriver à un état proche de la méditation et de l’hypnose".

"À l’issu des séances, le client a normalement intégré toutes les pratiques. Il est alors libéré et dispose des clés pour pouvoir agir sans me consulter".

Soutenez le Téléthon pour vaincre la maladie, faites un don maintenant !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Un grand merci à Adeline Blondieau, interviewée le 8 janvier 2020 par Medisite

La rédaction vous recommande sur Amazon :