Puy-de-Dôme : le moustique tigre, implanté et très actif

Publié le 01 Août 2019 à 11h28 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
Redouté de tous, le moustique tigre continue de prendre ses quartiers en France. Dernièrement, c’est sur le département du Puy-de-Dôme que le parasite a jeté son dévolu. Les autorités rappellent les mesures de prévention.

Depuis 2004, le moustique tigre a fait son entrée en Europe, et il n’est pas près de faire demi-tour, hélas. "Le moustique tigre, ou Aedes albopictus, a déjà commencé à coloniser les départements du sud de la France (Alpes Maritimes, Corse, Bouches-du-Rhône et les départements du pourtour méditerranéen)", nous expliquait le Pr Stéphane Gayet, infectiologue au CHU de Strasbourg.

Désormais, le département Puy-de-Dôme (région Auvergne Rhône Alpes) fait partie des 51 départements français dans lesquels le moustique tigre est implanté. Interrogé par France Bleu,Gilles Bidet, responsable du pôle Santé publique de la délégation départementale du Puy-de-Dôme de l’Agence Régionale de Santé (ARS), rappelle les précautions à prendre pour se prémunir contre ce parasite.

Et pour cause, le moustique tigre peut transmettre des arboviroses par sa piqûre, à savoir, le chikungunya, mais aussi la dengue et le virus Zika. Ces maladies sont potentiellement mortelles. C’est pourquoi, il ne faut pas prendre sa prolifération à la légère. Aucun cas n’est décelé au Puy-de-Dôme pour le moment. Mais le moustique tigre y est désormais implanté et relativement actif selon les autorités."Aujourd'hui, on en est au tout début de l'implantation du moustique tigre dans le département. Mais cela peut grandir. C'est pour cela qu'on s'intéresse à lui", poursuit Gilles Bidet.

Comment se prémunir contre le moustique tigre ?

"L’idée, c’est d’éliminer les gîtes larvaires", exprime Gilles Bidet. En effet, les femelles moustiques pondent leurs œufs au sein des eaux stagnantes, car ces dernières ont besoin d’humidité. Il est donc primordial de vider au moins une fois par semaine les soucoupes, seaux, mais aussi tous les objets qui servent de récipients d’eau.

En plus d’éliminer les eaux stagnantes, les autorités préconisent de porter des vêtements longs tout en s’aspergeant de répulsifs. Ces réflexes peuvent vous éviter des piqûres.

Le Ministère chargé de la Santé rappelle, lui aussi, les mesures de protection à prendre.

Puy-de-Dôme : le moustique tigre, implanté et très actif

"Ces gestes simples permettent d’éviter la prolifération du moustique", ajoute l’expert de l’ARS.

Les réflexes à avoir après une piqûre

D’après, le Pr Stéphane Gayet interviewé par Medisite, il faut agir le plus vite possible si l’on veut réduire le risque de contamination. "C’est la salive du moustique qui contient l’un des virus. Lors de la piqûre, ce dernier va vous mordre avec ces dents (c’est pourquoi je préfère parler de morsure que de piqûre), et sa salive va se répandre dans le derme, explique l’expert. Vous avez quelques minutes avant qu’elle se diffuse dans le sang. Il faut alors agir dans les 15 minutes qui suivent la piqûre".

Pour désinfecter la piqûre, utilisez l’antiseptique alcoolique. "Préférez de l’alcool à 70 % acheté en pharmacie ou de la bétadine alcoolique, conseille le Pr Gayet. Cela va réduire les risques de contamination, mais sans garantie à 100 % !".

Si malgré tout, vous vous trouvez contaminé, les premiers signes vont apparaître au bout de quelques jours, une semaine en moyenne : fièvre, malaise général et éruption cutanée. "Il n’y a rien à faire dans ce cas, à part se reposer, éviter les efforts excessifs et bien se nourrir", préconise le spécialiste.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :