Comment gérer son cholestérol pendant la ménopause ? Selon une étude publiée dans la revue scientifique European Journal of Preventive Cardiology ce jeudi 12 mai, les taux élevés de "mauvais" cholestérol chez les femmes ménopausées pourraient résulter de changements hormonaux.

Des scientifiques de l'université de Jyväskylä, en Finlande, ont en effet révélé qu'au cours de la ménopause les niveaux de mauvais cholestérol augmentent et observé que 10% de cette élévation était due aux variations des hormones sexuelles. Cette découverte est majeure puisqu’elle permet d’envisager un traitement hormonal substitutif qui pourrait aider les femmes à mieux gérer leur taux de cholestérol.

Cholestérol : 10% de la hausse liée aux changements hormonaux

En pratique, les chercheurs ont observé que la ménopause était associée à des changements dans les niveaux de 85 métabolites, avec jusqu'à 11% d'augmentation du cholestérol à lipoprotéines de basse densité, ou LDL, également appelé "mauvais" cholestérol. Ces changements, qui comprenaient également des augmentations des triglycérides, des acides gras et des acides aminés, semblaient se produire en même temps que les baisses d'œstrogènes et les augmentations de l'hormone folliculo-stimulante, ou hormone de croissance des cheveux, observées chez les femmes en ménopause.

Ainsi, l’étude révèle que les changements dans les niveaux d'œstrogène et d'hormone folliculo-stimulante liées à la ménopause représentaient environ 10 % de l'augmentation du mauvais cholestérol chez ces femmes. Cela permet donc aux chercheurs d’envisager la mise en place de traitements pour éviter le mauvais cholestérol puisque les effets peuvent être inversés, du moins en partie, par un traitement hormonal substitutif, ou THS (Thyroid Stimulating Hormone). Parallèlement, une deuxième analyse exploratoire a révélé que le THS était associé à une augmentation du cholestérol à lipoprotéines de haute densité ("bon") et à une réduction du cholestérol LDL ("mauvais").

En effet, dans cette étude, qui portait sur 218 femmes ménopausées, ces changements de métabolites ont été partiellement inversés par le THS, qui semblait également augmenter les taux de lipoprotéines de haute densité, ou "bon" cholestérol, chez certaines des femmes. “Nos résultats indiquent que l'instauration d'un THS au début de la ménopause, [ou] pendant la transition ménopausique, offre le meilleur effet cardioprotecteur", a déclaré le co-auteur de l’étude, Eija K. Laakkonen, dans un communiqué de presse.

Ménopause : attention aux maladies cardiaques

En général, les femmes appartenant entre 48 et 52 ans devenant ménopausées subissent une baisse des œstrogènes et une augmentation de l'hormone folliculo-stimulante (FSH). Selon les scientifiques, la ménopause prédispose donc les femmes aux maladies cardiaques, car celles-ci se développent généralement 10 ans plus tard que chez les hommes avec un risque augmente après la ménopause. “Cette étude établit un lien entre les changements hormonaux pendant la ménopause et les altérations métaboliques qui favorisent les maladies cardiaques”, a assuré le co-auteur de l’étude.

Des études antérieures ont suggéré que la ménopause est associée à des niveaux de métabolites favorisant les maladies cardiaques. Cependant, cette étude est la première à établir un lien entre ce changement et les modifications des hormones sexuelles féminines.

"La ménopause est inévitable, mais il est possible que le changement négatif des métabolites puisse être atténué par une alimentation saine et une activité physique. En particulier, les femmes doivent faire attention à la qualité des graisses dans leur alimentation et faire suffisamment d'exercice pour maintenir une bonne condition cardiorespiratoire", conclut l’auteur de l’étude.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Menopause modulates the circulating metabolome: evidence from a prospective cohort study, European Journal of Preventive Cardiology, 12 mai 2022. 

https://academic.oup.com/eurjpc/advance-article/doi/10.1093/eurjpc/zwac060/6580397

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.