Sommaire

Fatigue, brouillard cérébrale, perte de mémoire, léthargie, douleurs articulaires… Ross Tomkins a enduré ces symptômes pendant des années avant de parvenir à mettre un mot sur son mal-être. Si de nombreux médecins n’ont cessé de lui répéter que ses symptômes étaient psychosomatiques, le patient britannique a fini par obtenir un diagnostic : ce dernier est victime de ménopause masculine. On parle d’andropause.

Au même titre que les femmes victimes de ménopause, au fil des ans, les hommes connaissent aussi des perturbations. L’andropause se caractérise par une baisse du taux de testostérone et d’autres hormones. Elle implique souvent des symptômes comme une baisse d’énergie, une perte de concentration, une prise de poids et un dysfonctionnement érectile.

Il faut toutefois noter que le phénomène de déficit androgénique chez l'homme est très différent de la ménopause chez la femme : ce phénomène est progressif et n'implique pas la fin de la fertilité, contrairement à la ménopause chez les femmes. L’andropause concernerait 10 à 20 % des hommes après 50 ans, et jusqu’à 50 % après 70 ans, estime Livi, plateforme de téléconsultation.

Visiblement, dans certains rares cas, l’andropause peut toucher des hommes plus jeunes. C’est ce qui semble être arrivé à Ross Tomkins, qui a dû consulter de nombreux médecins avant de pouvoir avoir un diagnostic. Il se confie à la presse britannique sur ses symptômes.

Andropause : "Les médecins pensaient que c’était dans ma tête"

Ross souffrait depuis plusieurs années à cause de ces symptômes. Or, il ne parvenait pas à avoir des réponses sur l’origine de son mal. Aucun médecin n’a pu lui apporter de réponses.

"À l’époque, j’attribuais ma fatigue à mon travail [Ross venait de créer son entreprise et était papa de deux enfants en bas âge, ndlr], confie-t-il à nos confrères anglais du Daily Mail. Malheureusement, ni mon médecin généraliste ni aucun des endocrinologues du NHS [sysème de santé publique angalis, ndlr] n'ont pu m'aider. En fait, l'un d'eux m'a même dit que les symptômes étaient tous ‘dans ma tête’. Ce sont mes douleurs articulaires qui m’ont amené à consulter. Mais c’est bien le brouillard cérébral qui était le symptôme qui m’inquiétait de loin le plus. Je tenais le volant et je ne pouvais plus dire un mot, ni même penser".

Comme son nom l'indique, le brouillard cérébral génère une sensation floue dans le cerveau. Vous ne pouvez plus penser rapidement et précisément ni vous concentrer. Ce trouble cognitif peut survenir suite à une infection : plusieurs patients victimes de Covid-19 ont fait état de ce genre de symptômes. Or, le brouillard cérébral peut être accentué par le stress ou l’anxiété.

Ménopause masculine : "ma thyroïde était en cause"

"Lorsque le brouillard cérébral est survenu, c’était un moment déterminant. Après avoir discuté avec ma femme, c’est là que nous avons décidé de nous tourner vers d’autres spécialistes que les médecins du NHS", raconte Ross.

Le patient a consulté ce qu’on appelle un physiothérapeute : ce dernier lui a proposé la méditation et la cristallothérapie. Or, ces méthodes n’ont pas porté leurs fruits.

La physiothérapie est proposée aux personnes qui souhaitent retrouver leurs capacités physiques pour réaliser les activités quotidiennes, et ce, en fonction de leurs antécédents.

"J’avais une carence en iode et j’avais besoin de médicaments pour la thyroïde"

Ce n’est que lorsque Ross a consulté ce qu’appelle "un médecin privé pour hommes" à Londres, qu’il a découvert qu’il présentait un faible taux de testostérones. "Je n’oublierai jamais mon premier rendez-vous avec le Dr Willis, se remémore Ross. Je ne savais pas par où commencer, mais il a écouté attentivement. Après avoir entendu mon histoire, il est devenu évident pour lui que ma testostérone était faible. J’avais une carence en iode et j’avais besoin de médicaments pour la thyroïde".

L'iode est ce qui permet à la thyroïde de produire des hormones. Chez l’homme, l’hypothyroïdie peut en effet mettre la libido à mal, causer des troubles de l’érection et/ou à un retard à l’éjaculation. Pour cette raison, les troubles thyroïdiens pourraient également être responsables d’infertilité masculine. La thyroïde peut avoir un impact sur le taux de testostérones.

"Des tests sanguins ont confirmé le diagnostic", ajoute Ross.

"J’ai enfin retrouvé mon énergie, j’avais l’impression d’être à nouveau un adolescent"

Ross a finalement pu être traité avec ce qu’on appelle la thérapie de remontage de testostérone (TRT). Le TRT est reconnu par les la Food and Drug Administration comme traitement pour les hommes qui manquent ou ont des concentrations faibles de la testostérone.

"Je me souviens avoir été émerveillé lorsque j’ai retrouvé une certaine clarté dans mes pensées, lorsque je me suis débarrassé de mes douleurs articulaires et quand j’ai enfin retrouvé mon énergie. J’avais l’impression d’être à nouveau un adolescent", décrit Ross.

Avoir une bonne hygiène de vie permet de lutter contre l’andropause

Le père de famille a également dû revoir son alimentation et être actif physiquement pour maintenir son taux de testostérone. Après plusieurs années de traitement, il a eu la possibilité de cesser la prise de compléments en iode.

Pour lutter contre l’andropause, il est recommandé de réguler son poids, de limiter l’alcool, de rester actif et d’avoir un sommeil réparateur.

Aujourd’hui, Ross a 44 ans, et n’hésite pas à partager son histoire pour aider d’autres hommes dans le même cas que lui et pour permettre de mieux reconnaître les symptômes du manque de testostérone.

Si vous avez 40 ans et plus et que vous ressentez des symptômes semblables à ceux que décrit Ross, il est important d’en parler à votre médecin traitant ou à un andrologue.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.dailymail.co.uk/femail/article-10427607/Father-two-44-diagnosed-male-menopause.html 

https://www.livi.fr/en-bonne-sante/andropause/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.