Les dangers du Tramadol

Sous haute surveillance depuis 2012, le Tramadol® est un médicament antidouleur pouvant avoir des effets secondaires dangereux. Nausées, constipation, vertiges, confusion, dépendance... Découvrez la liste de ses effets indésirables et les conseils du médecin pour les éviter.

Les dangers du Tramadol© Istock

Le Tramadol® est un antidouleur qui fait partie de la famille des opiacés, utilisé pour soulager la douleur après un accident, une chirurgie, ou encore dans le cas de douleurs chroniques. Délivré uniquement sur ordonnance, cet antalgique de palier II, selon l’OMS, se trouve dans de nombreux médicaments, comme Topalgic®, Ixprim®, Contramal®, Monoalgic®, Zaldiar® ou encore Ultram®.

En France, la prise de tramadol a augmenté de 68 % en seulement 11 ans, selon un rapport de l'Agence nationale de sécurité du médicament, faisant de lui l’antalgique opioïde le plus consommé dans notre pays. Mis au point dans les années 1970, ce médicament a détrôné la codéine après le retrait du dextropropoxyphène (Di-Antalvic) en 2011.

Selon l'Observatoire français des médicaments antalgiques, le tramadol est pris par 46 % d'hommes et 54 % de femmes. L'âge moyen des patients est de 53 ans.

Tramadol : attention à votre système digestif

Ce médicament "présente des risques d’effets secondaires au niveau du système digestif" met en garde le Pr Jean-François Bergmann, chef de service de médecine interne à Paris. Par ailleurs, des chercheurs suisses ont mis en évidence un lien entre le Tramadol® et des risques de fortes hypoglycémies, imposant l’hospitalisation du patient.

Parmi les symptômes qu'il provoque, on peut citer les douleurs abdominales, les flatulences, les nausées, ou encore les vomissements. "Le Tramadol® est aussi très fréquemment à l’origine de constipation, ajoute le Pr Julien Nizard, chef du Centre fédératif douleur, soins palliatifs et de support à Nantes (Loire-Atlantique).

Selon la Revue Médicale Suisse, cela peut s'expliquer par sa "pharmacologie particulière". Car "en plus de ses propriétés agonistes sur les récepteurs aux opioïdes, le tramadol inhibe le recaptage de la noradrénaline et de la sérotonine", comme peuvent le faire certains antidépresseurs, réputés induire des nausées et vomissements.

Que faire ? Si les symptômes sont intenses, arrêtez le traitement et contactez votre médecin. "S’ils sont plus modestes, diminuer la dose est suffisant" indique le Pr Nizard. Pour contrer la constipation, des mesures hygiéno-diététiques peuvent suffire. "Sinon, on peut proposer un laxatif osmotique, comme le Macrogol®."

En outre, si vous souffrez de troubles hépatiques, il est primordial de discuter avec votre médecin d’une prise de Tramadol®. Les effets secondaires pourraient être plus intenses pour vous, le foie jouant un rôle important dans son élimination.

Vidéo : L'astuce pour soulager une douleur

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s): Remerciements au Pr Julien Nizard, chef du centre fédératif douleurs soins de support à Nantes (Loire-Atlantique) et au Pr Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne de l’hôpital Lariboisière à Paris.
"État des lieux de la consommation des antalgiques opioïdes et leurs usages problématiques", ANSM, février 2019. 
Le tramadol : un analgésique atypique, Revue Médicale Suisse, 2001. 
La rédaction vous recommande sur Amazon :