Les dangers du Tramadol

Sous haute surveillance depuis 2012, le Tramadol® est un médicament antidouleur pouvant avoir des effets secondaires dangereux. Lesquels ? Comment les éviter ? Medisite vous répond.

Publicité

Tramadol : attention au système digestif

Délivré uniquement sur ordonnance, le Tramadol®, antalgique de palier II selon l’OMS, se trouve dans de nombreux médicaments, comme Topalgic®, Ixprim®, Contramal®, Monoalgic®, Zaldiar® ou encore Ultram®. Mais "il présente des risques d’effets secondaires au niveau du système digestif" prévient le Pr Jean-François Bergmann, chef de service de médecine interne à Paris. Par ailleurs, des chercheurs suisses ont mis en évidence un lien entre le Tramadol® et des risques de fortes hypoglycémies, imposant l’hospitalisation du patient.

A lire aussi : Médicaments

Quels symptômes ? Douleurs abdominales, flatulences, nausées, vomissements. "Le Tramadol® est aussi très fréquemment à l’origine de constipation, ajoute le Pr Julien Nizard, chef du centre fédératif douleur soins de support à Nantes (Loire-Atlantique).

Publicité
Publicité

Que faire ? Si les symptômes sont intenses, arrêtez le traitement et contactez votre médecin. "S’ils sont plus modestes, diminuer la dose est suffisant" indique le Pr Nizard. Pour contrer la constipation, des mesures hygiéno-diététiques peuvent suffire. "Sinon, on peut proposer un laxatif osmotique, comme le Macrogol®."

A savoir : si vous souffrez de troubles hépatiques, il est primordial de discuter avec votre médecin d’une prise de Tramadol®. Les effets secondaires pourraient être plus intenses pour vous, le foie jouant un rôle important dans son élimination.

Tramadol : des risques de confusion et de vertiges

"Si le Tramadol® est un bon antalgique, ce n’est pas un médicament anodin" affirme le Pr Bergmann. Des effets secondaires touchant la sphère neuropsychique ont été observés chez certains patients.

Quels symptômes ? Etourdissements, vertiges, confusion, somnolence, fatigue, maux de tête, bouffées de chaleur, nervosité, tremblement.

Que faire ? En cas de symptômes légers, diminuez la dose. S’ils sont plus marqués, stoppez le traitement et contactez votre médecin.

A savoir : des liens entre épilepsie et Tramadol® ont été démontrés. Si vous êtes épileptiques non traités ou prenez déjà des traitements favorisant les convulsions, il est impératif d’en discuter avec votre médecin.

Le Tramadol peut rendre dépendant

Dérivé morphinique, le Tramadol® est un antalgique prescrit pour soulager les douleurs modérées à sévères. Des cas de dépendance et de difficultés à interrompre le traitement ont été rapportés. Trois facteurs peuvent augmenter ce risque : la dose prise, la durée de traitement et les caractéristiques de l’individu. "Sans que l’on puisse encore bien l’expliquer, certains sont plus à risque que d’autres" explique le Pr Nizard.

Quels symptômes ? Sueurs, tremblements, sensation de froid, douleurs, palpitations…

Que faire ? "Pour s’en sortir, il faut diminuer très progressivement la dose journalière lorsqu’on prend du Tramadol® sur une longue durée." Une prise en charge psychologique lors du sevrage peut aider.

Comment la prévenir ? "Pour les personnes souffrant de douleurs chroniques, il est important de diminuer la dose du traitement dès que les douleurs sont moins intenses." En plus de limiter les risques de dépendance, cela évitera l’accoutumance.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X