Démence : ces médicaments augmentent le risque de 50%

Publié le 28 Juin 2019 à 17h51 par Louise Ballongue, journaliste santé
Des chercheurs ont démontré un lien évident entre la prise d’anticholinergiques et un risque accru de démence chez les personnes âgées. Explications.

Les médicaments anticholinergiques seraient-ils à éviter ? Selon les résultats de l'étude parue dans la revue JAMA Internal Medicine, le 24 juin 2019, c'est un grand oui. Les chercheurs ont en effet démontré le lien entre la prise de médicaments anticholinergiques et un potentiel risque de démence chez les personnes âgées.

Les anticholinergiques, des médicaments dangereux

Les anticholinergiques sont des médicaments prescrits contre l'hyperactivité de la vessie, la dépression, la maladie de Parkinson, l'épilepsie, les allergies ou encore l’incontinence…. Ils inhibent l'action de l'acétylcholine, un neurotransmetteur qui intervient dans le cerveau et le système nerveux parasympathique.

Or bien que l’on connaisse déjà leurs effets secondaires à court terme, provoquant des pertes de mémoire et des confusions, on peut se demander leurs conséquences à long terme.

Pour le savoir, des chercheurs de l'université de Nottingham ont analysé les données de plus de 58.000 personnes souffrant de démence, et de 225.000 témoins. Les participants, tous âgés de plus de 55 ans, avaient en moyenne 82 ans.

Dans la période précédant le diagnostic (une dizaine d'années), 57 % des patients ont pris des anticholinergiques, contre 51 % des témoins.

En moyenne, les personnes qui ont eu un diagnostic de démence ont reçu six prescriptions pour ces médicaments, contre quatre pour les témoins. Les médicaments les plus prescrits étaient des antidépresseurs, des médicaments contre les vertiges et des antimuscariniques contre les problèmes d'hyperactivité de la vessie.

50 % de risque de démence chez les plus de 55 ans

Après avoir diagnostiqué tous les participants, les résultats montrent un risque de démence lié aux médicaments anticholinergiques : pour ceux qui en avaient consommé le plus, le risque de démence augmentait de 49 % par rapport à ceux qui n'en avaient jamais pris.

Plus précisément, les médicaments concernés par ce risque étaient des antidépresseurs, des antipsychotiques, des médicaments contre la maladie de Parkinson, l'épilepsie ou les troubles de la vessie.

L'association entre anticholinergiques et démence était plus forte lorsque la maladie était diagnostiquée avant 80 ans. Si le lien de cause à effet était démontré, cela signifierait qu'environ 10 % des démences diagnostiquées au Royaume-Uni seraient dues aux anticholinergiques.

Par ailleurs, l'étude suggère que ces médicaments doivent être prescrits avec précaution chez les personnes d'âge moyen et les personnes âgées. Tom Dening, qui a participé à ces analyses, a expliqué qu'en dépit des risques, il était important que les patients prenant de tels médicaments ne les arrêtent pas brusquement, car cela pourrait être beaucoup plus nocif.

La bonne attitude à adopter ? Allez voir votre médecin pour examiner les avantages et les inconvénients de ce traitement.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X