Scorbut (carence en vitamine C) : définition, symptômes et traitement

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLe scorbut est une maladie provoquée par une carence en vitamine C. C’est une maladie grave, devenue très rare en France. On la rencontre encore cependant dans certaines catégories de la population, aux conditions de vie précaires. Le traitement du scorbut est réalisé par la supplémentation en vitamine C.
Scorbut (carence en vitamine C) : définition, symptômes et traitement Istock

Définition

La vitamine C, ou acide ascorbique, ne peut être ni produite ni stockée par l’organisme... C'est pourquoi sa carence peut entraîner la survenue du scorbut. C'est une maladie devenue rare en France, mais présente chez les populations en situation précaire. Elle est due à une carence profonde et prolongée. Cette carence peut être liée à un défaut d’apport ou à des besoins augmentés en vitamine C. Un apport nul en vitamine C pendant 3 mois peut provoquer le scorbut.

Attention, il s’agit d’une maladie grave pouvant provoquer le décès.

La maladie de Barlow correspond au scorbut chez le jeune enfant, mal nourri, avec des laits artificiels transformés dans lesquels la vitamine c a été détruite par la chaleur. Elle provoque des douleurs osseuses et des hématomes. Elle doit être évoquée face à un enfant qui pleure ou qui crie quand on le touche.

Chiffres              

Le scorbut est devenu une maladie très rare. Mais elle était très fréquente au XVIIIe siècle chez les marins effectuant de longs voyages.

Aujourd’hui, le scorbut revient essentiellement chez les populations défavorisées et aux conditions de vie précaires.  La « mal-bouffe », avec ses produits préparés peu coûteux est très riche en graisse et pauvre en vitamine C, essentiellement retrouvée dans les fruits et légumes frais.

En France, seulement 37 cas ont été relevés entre 1965 et 2013, mais il en existe très probablement davantage. En 2015, des médecins du CHU de Limoges ont à eux seuls identifié 10 cas de scorbut.

Cette maladie est surtout à rechercher chez les personnes défavorisées, alcooliques, atteintes de cancer ou de pathologies psychiatriques.

Photo : affections scorbutiques des gencives

Photo : affections scorbutiques des gencives© Creative Commons

Crédit : This image is a work of the Centers for Disease Control and Prevention, part of the United States Department of Health and Human Services, taken or made as part of an employee's official duties. As a work of the U.S. federal government, the image is in the public domain. © CC/Domaine public - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Scorbutic_gums.jpg

Symptômes

Le scorbut est devenu si rare que cette maladie n’est pas systématiquement évoquée, d’autant que ses symptômes peuvent être évocateurs de nombreuses autres pathologies plus fréquentes.

Il s’agit principalement :

  • D’une grande fatigue, ou asthénie inhabituelle.
  • D’un amaigrissement.
  • D’une perte d’appétit.
  • De faiblesses articulaires.
  • De douleurs ostéo-articulaires diffuses.
  • D’un syndrome hémorragique : purpura, ecchymoses, hématomes...
  • De manifestations cutanées : poils en « tire-bouchon », chute de cheveux, apparition de petits boutons sur la peau (hyperkératose folliculaire).
  • De manifestations bucco-dentaires : gingivite, saignements gingivaux, perte de dents...
  • D’œdèmes des membres inférieurs.
  • D'un essoufflement ou dyspnée à l’effort puis au repos.
  • D’un état dépressif.
  • D’une altération profonde de l’état général pouvant mener au décès.

Causes

Le scorbut est dû à une carence en vitamine C. L’apport journalier recommandé de vitamine est de 110 mg par jour pour un adulte de moins de 60 ans et de 120 mg par jour pour les sujets âgés. Un apport quotidien suffisant en fruits et légumes peut couvrir les besoins, sans supplémentation. 

Photo : modèle en 3D d'une molécule d'acide ascorbique (vitamine C)

Photo : modèle en 3D d'une molécule d'acide ascorbique (vitamine C)© Creative Commons

Crédit : Dschanz — selbst erstellt mit PyMol © CC/Domaine Public - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki

Facteurs de risques

Les principaux facteurs de risque du scorbut sont liés à une insuffisance d’apport en vitamine C, c’est-à-dire une malnutrition. L’absence de consommation de fruits et de légumes frais, la sur-consommation de plats préparés ou de fast-food peut favoriser le scorbut. Enfin, la précarité et l’isolement sont les principaux facteurs de risque, notamment chez les sujets âgés. Il convient également d’être prudent lorsque l’on fait un régime trop restrictif.   

Personnes à risque

Même si le scorbut est devenu rare, certaines personnes sont aujourd’hui à risque.

Il s’agit :

  • Des personnes des milieux défavorisés ou en état de précarité, qui ne se nourrissent pas assez ou mal.
  • Des personnes âgées vivant en institution.
  • Des personnes isolées.
  • Des personnes ayant des besoins accrus en vitamine C, comme les diabétiques.
  • Des sujets atteints de pathologies psychiatriques.
  • Des sujets atteints de cancer.
  • Des fumeurs.
  • Des alcooliques chroniques.
  • Des personnes suivant des régimes alimentaires très restrictifs.

Durée 

Les problèmes hémorragiques disparaissent après 48h jours de traitement (administration de vitamine C). L’état général peut nettement s’améliorer en une quinzaine de jours. Sans traitement, le scorbut peut conduire à la mort.

Qui, quand consulter ?

Les personnes à risque de scorbut sont malheureusement peu ou mal suivies, souvent en raison de leur précarité ou de leur isolement. Une consultation chez le médecin généraliste peut suffire à évoquer le diagnostic face à une personne présentant des symptômes de scorbut et ayant des conditions de vie à risque. Un examen clinique et un bilan biologique à la recherche de carences, notamment en vitamine C permettront de faire le diagnostic de scorbut. 

 Photo : la suspicion d'un scorbut passe par un bilan biologique

Photo : la suspicion d'un scorbut passe par un bilan biologique© Fotolia 

Examens et analyses

Le seul examen nécessaire pour faire le diagnostic de scorbut est un bilan biologique avec un dosage de la vitamine C.

Un taux de vitamine C inférieur à 2,5g/ml de sang confirme le scorbut.  

Le bilan biologique permettra également de dépister d’autres carences, bien souvent associées au scorbut en raison du mode de vie des sujets atteints (fer, autres vitamines, sels minéraux…). 

Traitement

Le traitement du scorbut est simple. Il consiste en l’administration orale de vitamine C à raison de 1 gramme par jour, pendant au moins 15 jours. Il est nécessaire d’assurer un suivi et une supplémentation régulière pour éviter la rechute si les conditions de vie ne s’améliorent pas.

Le syndrome hémorragique disparaît après 2 jours de traitement et l’état général peut nettement s’améliorer en une quinzaine de jours.

Mon conseil de médecin généraliste : La vitamine C suffit-elle contre le scorbut ?

"Il est également nécessaire de supplémenter les autres carences souvent associées. En effet, les conditions de vie des sujets atteints de scorbut ne se limitent pas une carence vitaminique. La reprise d’une alimentation équilibrée est indispensable."

Prévention

La prévention du scorbut passe par une alimentation équilibrée, avec une consommation suffisante de fruits et légumes frais. Les régimes trop restrictifs sont à éviter. Une surveillance des sujets à risque est nécessaire.

Mon conseil de médecin généraliste : Faut-il prendre de la vitamine C en hiver ?

"La supplémentation hivernale d’une petite dose de vitamine C permet également de renforcer l’immunité et de diminuer le risque de contracter des viroses (maladie déclenchée par un virus et sa propagation dans l'organisme)."