C'est un cri d'alarme que lance Françoise Barré-Sinoussi, présidente de Sidaction. À cinq jours du week-end du Sidaction, qui aura lieu du 26 au 28 mars, la présidente de l'association et prix Nobel de médecine Françoise Barré-Sinoussi alerte sur l'impact qu'a eu l'épidémie de coronavirus sur la lutte contre le sida. "L'impact a malheureusement été important. Sur l'année écoulée, les dépistages ont chuté jusqu'à 50% dans certains pays, et l'utilisation de la prophylaxie préexposition [PrEP] a fortement reculé, en lien avec l'épidémie de Covid", assure-t-elle ce dimanche 21 mars dans le JDD.

"Jusqu'à 150 000 décès supplémentaires d'ici à 2022"

Les chiffres des infections projetées sont très inquiétants. "Des projections par modélisation de l'Onusida font craindre jusqu'à 300 000 cas d'infection de plus et jusqu'à 150 000 décès supplémentaires d'ici à 2022 en liaison avec la Covid", révèle celle qui a codévouvert du VIH. Face à ces infections à venir en hausse et au net recul des dépistages et de l'utilisation de la PrEP, Françoise Barré-Sinoussi martèle "qu'il faut mobiliser, et (que) le Sidaction [du 26 au 28 mars] sera là pour ça".

Malgré tout, la présidente de Sidaction veut rester positive et estime que la recherche massive réalisée pour lutter contre le coronavirus pourrait être utile contre le VIH. "Peut-être aussi que la Covid va nous permettre d'apprendre des choses sur le VIH. On n'avait jamais essayé jusqu'à présent de vaccin à ARN contre le VIH. Moderna, entre autres, est en train d'en développer un : je ne sais pas si ça va marcher, mais on apprend les uns des autres", conclut Françoise Barré-Sinoussi.

Sources

Françoise Barré-Sinoussi, présidente de Sidaction : "On pourrait perdre dix ans de lutte contre le sida", JDD, dimanche 21 mars 2021. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.