Sur les réseaux sociaux, de nombreux habitants de l’agglomération lilloise se plaignent de symptômes qui ressemblent à ceux de l’angine, de la rhinopharyngite ou du syndrome grippal. Inquiets, un certain nombre d’entre eux craignent qu’il puisse s’agir d’une nouvelle pathologie, voire d’un variant lillois du coronavirus.

“Maladie de Lille” : les symptômes rapportés par les patients

Maladie de Lille”, “variant Masséna” ou “Solfé-rhinopharyngite” : tels sont les sobriquets qui lui ont d’ores et déjà été attribués, en référence à certains quartiers festifs de la Capitale des Flandres. Les internautes affirment être tombés malades après être sortis dans des bars ou des boîtes de la ville, ou après avoir assisté au match du LOSC en Ligue des champions au stade Pierre-Mauroy, mercredi 15 septembre, ce qui les a fait penser à un nouveau cluster.

Parmi les symptômes rapportés par les patients, on peut citer :

  • les maux de gorge ;
  • l’aphonie ;
  • la fatigue ;
  • la toux ;
  • les maux de tête ;
  • l’enrouement.

Selon les témoignages de patients, ces signes dureraient de quelques jours à deux semaines.

Pas de “variant lillois” mais un retour des virus saisonniers

En réponse à ces préoccupations, le corps médical se veut rassurant : pas de nouveau virus à l’horizon, mais simplement le grand retour des affections saisonnières, parfaitement normal à la mi-saison. Il s’agirait donc de simples angines, rhinopharyngites et trachéites, qui s’expliquent d’autant plus que l’on assiste à un recul des gestes barrières.

“Ce sont des pathologies assez fréquentes, notamment au moment des changements de climat”, explique le Dr Audrey Lombart, médecin généraliste, dans les colonnes de La Voix du Nord. En revanche, cette dernière ne constate pas “d’angine bizarroïde”, ni “d’activité anormale”, comme pourraient le laisser penser la récente avalanche de tweets suspicieux.

Même son de cloche du côté de Sophie Prévot, médecin à Lille, interrogée par France bleu Nord : "Il faut vraiment être rassuré par rapport à cette épidémie saisonnière de virus respiratoire. C'est très casse-pied mais c'est particulièrement bénin et ça arrive tous les ans... Il n'y a rien de plus cette année." Selon elle, aucun cas de "maladie de Lille" spécifique à la région. "Ce serait étonnant que les virus ORL ne circulent qu'à Lille", plaisante-t-elle.

Pour Philippe Froguel, patron de l’EGID et généticien, cette réaction disproportionnée sur Twitter et TikTok s’inscrit dans ce qu’il appelle “l’effet Covid”. “Aujourd’hui, dès que quelqu’un a un pet de travers, il y a un mécanisme de lanceur d’alerte qui se déclenche [...] Mais je ne pense pas qu’un truc se passe à Lille, particulièrement, on n’a rien qui le démontre”, précise-t-il.

Tous les tests PCR se sont avérés négatifs

La piste d’un variant du Covid-19 est, elle aussi, écartée, puisque tous les tests PCR des personnes concernées se sont avérés négatifs. “On a été informés par un médecin traitant qui a observé une recrudescence des symptômes pseudo-grippaux chez des étudiants de la métropole lilloise. Après investigation, la suspicion de Covid-19 a été écartée puisqu’on était sur des PCR négatives”, a réagi un membre de l’ARS, interrogé par nos confrères de BFMTV.

“En revanche, si vous avez de la toux et des maux de gorge, le réflexe, c’est effectivement de faire un test PCR”, conseille le Dr Lombart.

Sources

«Maladie de Lille»: faut-il s’inquiéter de ce virus qui fait causer?, La Voix du Nord, 17 septembre 2021. 

La mystérieuse "maladie de Lille" inquiète les réseaux sociaux nordistes, l'ARS rassure, BFMTV, 17 septembre 2021. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.