Tiques : ces choses que vous devriez absolument savoir

Publié le 08 Juillet 2019 à 14h38 par Agathe Boussard, journaliste santé
Responsables d’une douzaine de maladies différentes, dont la maladie de Lyme, les tiques peuvent être très dangereuses, et parfois même mortelles. Voici tout ce qu’il faut impérativement connaître sur ces bestioles si redoutables : les saisons où elles sont les plus dangereuses, les zones où elles sont les plus nombreuses, les pathologies qu'elles transmettent, les gestes à ne surtout pas faire pour les retirer et bien sûr comment s'en protéger.

Tiques : ces choses que vous devriez absolument savoir© Istock

Mauvaise nouvelle… le ministère de la Santé a relevé une hausse importante du nombre de cas de la maladie de Lyme en 2018. Pire, derrière cette explosion se cacherait une épidémie liée à l’expansion des tiques. Le directeur du centre de ressources TickEncounter de l’Université de Rhode Island, Thomas Mather, estime lui, que s’il n’y a pas nécessairement plus de tiques, elles se trouvent dans plus d'endroits. Plus de personnes sont donc susceptibles d’en rencontrer. Aux États-Unis, les chiffres sont alarmants. Depuis 25 ans, les cas de maladies transmises par les tiques sont en perpétuelle hausse. La maladie de Lyme, en particulier, a explosé, augmentant de 300% dans le nord-est et de 250% dans les États du centre-nord. En France aussi, le nombre de malades explose. En 2018, plus de 67 000 cas de maladie de Lyme ont été diagnostiqués, soit une hausse considérable par rapport à 2017.

Les tiques : quelles sont les saisons à risques ?

Dans l'hexagone, les tiques les plus courantes sont les tiques dites dures appartenant au genre Ixodes. Leur cycle de vie se décompose en trois étapes : d’abord le stade de larve puis celui de nymphe avant d’atteindre le stade de l’âge adulte. Lors de chaque étape, la tique se nourrit une seule fois de sang. C’est précisément à ce moment, lorsqu’elle se nourrit de sang, qu’elle peut transmettre certains agents infectieux dont notamment la bactérie Borrelia, connue pour être à l’origine de la maladie de Lyme. Les tiques peuvent vivre jusqu’à trois ans. Leur durée de vie dépend de plusieurs facteurs comme le climat, la température ou encore le taux d’humidité.

À des températures extrêmement basses (inférieures à moins 20°C) ou très élevées (supérieures à 41°C), les tiques ne peuvent survivre. Elles ont également besoin d'humidité pour se développer. Ainsi, elles préfèrent les hivers doux aux hivers rudes et les étés chauds et humides aux étés secs. Elles sont ainsi particulièrement actives en automne et au printemps. Oiseaux, reptiles, mammifères ou encore rongeurs, les tiques parasitent une grande diversité d’hôtes.

Où vivent les tiques ?

On trouve des tiques partout en France, dans les villes, en zones rurales, dans les jardins mais aussi à l’intérieur de nos maisons ! Ces acariens se propagent de différentes manières (rongeurs, animaux domestiques, oiseaux migrateurs). Si votre animal de compagnie est infesté de tiques, il y a des chances pour que votre maison le soit aussi. Et il est difficile ensuite de s’en débarrasser. Les tiques peuvent rester chez vous pendant une durée variable, allant, selon les espèces, de 24 heures à plusieurs jours.

Quelles sont les maladies transmises par les tiques ?

La maladie de Lyme n’est pas la seule transmise par les tiques aux hommes. La tique peut transmettre des bactéries responsables de rickettioses (maladies infectieuses dues à des micro-organismes et voisines du typhus), tularémie (maladie infectieuse du lapin et du lièvre provoquant fièvres, frissons, douleurs digestives...) ou anaplasmose granulocytaire (maladie fébrile provoquant myalgies, céphalées, sensations de malaises...). Ces pathologies sont à traiter par antibiotiques pendant une durée d’une à deux semaines selon la maladie. La tique peut aussi transmettre des parasites, à l’origine de la babébiose (infection des globules rouges provoquant fièvres, courbatures, fatigue...), traitables avec des antibiotiques et antiparasitaires. Par ailleurs, elle peut causer, via la transmission d'un virus, la méningo-encéphalite (inflammation simultanée du cerveau et des méninges).

Contrairement aux idées reçues, les tiques ne volent et ne sautent pas. Elles n’ont pas non plus d’antennes. Comme les araignées, elles ont 8 pattes. Avant de se jeter sur leur proie, elles se cachent dans les hautes herbes ou dans les arbustes. Puis, attendent jusqu’à ce qu’un animal ou une personne s’approche d’elles. Elles s’agrippent alors sur vos vêtements ou dans les poils de vos animaux de compagnie !

Quand une tique vous mord, vous ne ressentez généralement aucune douleur sur le moment. Pour quelle raison ? Quand elle s’accroche à vous, la tique sécrète de la salive anticoagulante qui contient des substances anesthésiantes. Ainsi, un des grands risques est que vous n’aperceviez votre morsure que plusieurs heures ou même jours plus tard !

La transmission de la maladie n’est également pas instantanée. Il faut, par exemple, attendre entre 36 à 48 heures pour que la bactérie à l’origine de la maladie de Lyme passe d’une tique à l’homme. À noter que la maladie ne se transmet pas d’homme à homme, ni même d’un animal infecté à un homme. De même, toutes les tiques ne sont pas infectées. Naturellement, elles ne le sont d’ailleurs pas. Elles deviennent infectées uniquement lorsqu’elles se nourrissent du sang d’animaux eux-mêmes contaminés.

Comment reconnaître les tiques dangereuses ?

Au stade de larve ou de nymphe, les tiques sont difficilement visibles par un œil humain. Une larve mesure entre 0,5 et 1,5 mm et la nymphe entre 1 à 2,5 mm, soit l’équivalent d’une graine de pavot. Les femelles adultes sont plus aisément détectables puisqu'elles mesurent 4 mm de long, soit environ deux fois plus que les mâles. L’accouplement se produit sur l’hôte sur lequel la femelle et le mâle se trouvent. La taille de la tique peut vous permettre de savoir s'il y a un risque d'infection. En effet, l'homme est uniquement attaqué par les nymphes ou les adultes. Une larve, reconnaissable par ses 6 pattes, n'attaque que les petits animaux, présents sur le sol (hérissons, rongeurs...).

Morsure de tique : les gestes à ne pas faire !

Attention aux rumeurs ! Selon les experts, la technique selon laquelle l’huile de cuisine étouffe la tique est inefficace, contre-productive voire dangereuse ! Il est également déconseillé d'utiliser du savon. Selon Pascale Frey-Klett, directrice de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), interrogée par l'AFP : "il ne faut utiliser aucune molécule extérieure car cela va stresser la tique et augmenter ainsi le risque qu’elle rejette les agents infectieux dans le corps de la personne ou de l’animal piqué". La scientifique ajoute même qu'utiliser de l'huile augmenterait les chances de tomber malade !

Les étapes à suivre pour retirer une tique :

  • Privilégiez une paire de pinces à bout pointu et retirez la tique dès que possible, délicatement, en essayant de l'attraper le plus près possible de la peau. Tirez vers le haut afin d'éviter qu'il reste des morceaux.
  • Ne jetez pas la tique. Conservez là dans un sac et apportez là le plus rapidement à votre médecin. Vous pouvez également prendre une photo de la bestiole et l'envoyer à TickSpotters qui identifiera le type de tique.
  • Nettoyez soigneusement la zone touchée avec de l'alcool.
  • Consultez sans tarder un médecin. Un traitement antibiotique pourra vous être prescrit.

La maladie de Lyme, une des maladies transmises par les tiques, se caractérise dans la plupart des cas par une plaque rouge et ronde au niveau de la zone de morsure. Cette plaque disparaît après quelques semaines. Les symptômes de Lyme sont multiples (syndrome grippal, fatigue inexpliquée et inhabituelle, paralysie faciale, migraines, douleurs articulaires...).

Comment se protéger des morsures de tiques ?

Si vous aimez vous balader dans la nature, il est important de vous protéger. Voici quelques conseils simples à suivre :

  • Portez des vêtements longs et placez les jambes de votre pantalon dans vos chaussettes. La tique ne pourra pas toucher votre peau.
  • Utilisez un répulsif adapté sur la peau.
  • Dans une région à risques, traitez, avant votre balade, vos vêtements (chaussures, chaussettes, pantalons...) avec une solution adaptée.
  • Après une sortie dans la nature, examinez votre corps (dans et autour de vos oreilles, dans votre nombril, derrière vos genoux, entre vos jambes, autour de votre taille, sur votre cuir chevelu...) et assurez-vous de l'absence de tiques.
La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X