"Il est temps d'aller au-delà de la conception de la maladie de Lyme comme d'une simple maladie qui ne provoque qu'une éruption cutanée", a déclaré Brian Fallon, médecin psychiatre à l'Institut psychiatrique de l'État de New York et professeur de l'Université de Columbia. “En plus du risque de problèmes cardiaques, rhumatologiques et neurologiques graves, la maladie de Lyme peut également entraîner de graves problèmes de santé mentale”, en particulier au cours de la première année suivant l’infection.

Maladie de Lyme : des taux de décès par suicide plus élevés

Pour mener leur étude, les chercheurs américains et danois ont analysé les dossiers médicaux de près de sept millions de personnes vivant au Danemark sur une période de 22 ans. Avec cette méthode, ils ont comparé les données de santé mentale des individus diagnostiqués de la maladie de Lyme au reste de la population danoise. Les patients qui avaient des antécédents de troubles mentaux ou de tendances suicidaires avant le diagnostic de la maladie de Lyme ont été exclus de l'analyse.

Résultats : les patients atteints de la borréliose de Lyme semblent présenter un risque plus élevé de développer des troubles mentaux et seraient deux fois plus susceptibles d’essayer de mettre fin à leurs jours. L'analyse a également révélé que ces personnes présentaient un taux de troubles affectifs 42 % plus élevé que les autres, tels que la dépression et le trouble bipolaire.

Bien que la plupart des cas puissent être guéris avec une cure d'antibiotiques oraux de deux à quatre semaines, 10 à 20 % des patients continuent à souffrir de fatigue, de douleurs chroniques, ou de troubles cognitifs qui peuvent durer des mois, voire des années après le traitement. Dans les cas les plus graves, les malades présentent des troubles de la concentration, de la mémoire, du sommeil, de l'irritabilité et un dysfonctionnement nerveux douloureux.

Borréliose de Lyme : plus de 50 000 cas par an en France

La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, est transmise lors d’une piqûre de tiqueinfectée par une bactérie de la famille des spirochètes. L’infection est souvent sans symptôme mais elle peut, dans certains cas, entraîner une maladie invalidante (douleurs articulaires durables, paralysie partielle des membres…).

Cette infection est souvent difficile à diagnostiquer, notamment parce que les morsures de tiques passent facilement inaperçues, et que les premiers signes de la maladie sont des symptômes grippaux classiques. Néanmoins, cette pathologie n’est pas contagieuse.

Selon les dernières données de Santé publique France, il y aurait environ 104 cas pour 100 000 habitants par an en France (données recueillies entre 2017 et 2018).

Morsure de tique : comment se protéger ?

Il existe de fortes disparités des incidences au niveau régional dans l'Hexagone. Ainsi, les risques de se faire mordre par une tique porteuse de la maladie sont plus élevés dans les régions de l'Est et du Centre du territoire métropolitain (Alsace, Lorraine et Limousin).

Les morsures de ces acariens parasites peuvent survenir en forêt, mais aussi dans des prairies ou des jardins, publics ou privés. Pour les éviter, il faut préférer les sentiers bien entretenus et éviter les hautes herbes. Lors d’activités en pleine nature, il est conseillé de se couvrir les bras et les jambes, et d’inspecter son corps en rentrant chez soi.

En cas de morsure, il faut surveiller la zone blessée : si une plaque rouge et ronde s’étend en cercle à partir de la zone de piqûre, il faut rapidement consulter un médecin.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://ajp.psychiatryonline.org/doi/10.1176/appi.ajp.2021.20091347 

https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2021/borreliose-de-lyme-donnees-epidemiologiques-2019 

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/maladie-de-lyme 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.