Sommaire

Le régime sans sel : trop restrictif voire dangereux

Autrefois prescrit régulièrement aux hypertendus, le régime sans sel n’a plus la cote, car il est jugé trop restrictif, voire inefficace.

"Personnellement chez les personnes qui faisaient un régime sans sel, je n’ai pas noté de modifications très significatives au niveau de leur tension. Le régime ne semble avoir d’intérêt que chez les personnes consommant trop de sel quotidiennement", explique le Dr Luc Bodin, médecin généraliste. Or apporter un peu de sel dans l’alimentation est indispensable même chez l’hypertendu. "Le sel marin contient beaucoup de sels minéraux qui sont très bons pour la santé à condition qu’on en prenne raisonnablement", précise le spécialiste.

L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "Je ne prescris pas de régime sans sel strict ni de très hyposodé. L’objectif est de faire consommer aux hypertendus environ 6g de sel par jour contre 10 g en moyenne en France. Dans le traitement de l’hypertension, il y a des diurétiques qui font perdre du sel, et ça peut mal se passer si les patients appliquent un régime sans sel trop strict. Les consignes doivent être relativement raisonnables, car on a besoin de sel."

Le sel : pas toujours en cause dans l'hypertension

Le sel est-il vraiment en cause dans l’hypertension ? La question fait polémique dans le monde scientifique.

Pour certains médecins, il est inutile de réduire la consommation de sel chez tous les individus. Selon certains travaux, le sel n’est pas un facteur déclencheur de l’hypertension artérielle. Pour preuve, une restriction en sel chez des normaux-tendus n’entraîne pas de baisse significative de la tension.

Ce point de vue reste néanmoins à relativiser. En effet, pour d’autres chercheurs, une trop forte consommation de sel induit forcément une hausse de la pression artérielle et peut entraîner des risques cardio-vasculaires. Le sel ne conduirait pas forcément à l’hypertension, mais une fois l’hypertension installée, mieux vaut par mesure de précaution ne pas en abuser.

L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "Il est assez simple de mesurer la quantité de sel consommé par les patients via leur natriurèse (taux de sodium dans les urines). On constate avant traitement qu’il n’y a pas une consommation de sel énorme chez tous les hypertendus". En clair, notre expert, même s'il conseille le respect du principe de précaution, n'observe pas de lien systématique entre consommation de sel et hypertension.

L’alcool fait plus grimper la tension que le sel

Quand on est hypertendu, la consommation d’alcool a plus d’incidence que celle en sel sur la tension.

"La consommation chronique excessive d’alcool élève la pression systolique comme la diastolique* et ce, parallèlement à la dose ingérée. De plus l’alcool détruit les cellules du myocarde, le muscle cardiaque", met en garde le Dr Michel Brack, dans son livre " L’Hypertension Artérielle". La consommation de boissons alcoolisées ne doit donc pas dépasser 3 verres de vin chez l’homme et 2 verres chez la femme.


L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "L’alcool fait monter énormément la pression artérielle. C’est une des causes de résistance à l’hypertension artérielle. Quelqu’un qui est hypertendu et qui boit de l’alcool multiplie son risque de faire un AVC (accident cardio-vasculaire) par 4."

* : La pression systolique correspond à la pression artérielle mesurée lors de la phase de la systole, c'est-à-dire lors de la contraction du coeur. La pression diastolique correspond elle a la phase de relâchement du coeur (diastole). La pression systolique doit être inférieure à 140 millimètres de mercure et la pression diastolique inférieure à 90 millimètres de mercure. Au dessus de ces chiffres, on parle d'hypertension artérielle.

Dans la moitié des cas, le sel ne serait pas en cause

Les médecins estiment qu’une personne sur deux ayant de la tension est sensible au sel. L’arrêt ou l’allégement en sodium dans l’alimentation des hypertendus serait donc inefficace chez les sujets insensibles.

Pour savoir si on est sensible ou pas au sel, il suffit de faire un test. Diminuez votre consommation en sel pendant un mois : si vous ne voyez pas de variation au niveau de votre tension, c’est que vous êtes probablement insensible au sel.

"On se retrouve avec des phénomènes épi-génétiques. Des personnes ont des gènes particuliers qui vont réagir selon leur régime alimentaire ou leur mode de vie et ainsi favoriser ou non certains troubles comme l’hypertension," explique le Dr Luc Bodin, médecin généraliste.

L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "Le problème de l’hypertension artérielle est qu’elle est multifactorielle. Chez certains, la quantité de sel ingérée va donner de l’hypertension et chez d’autres pas du tout. Ce qui fait que les gens ne sont pas sensibles aux mêmes traitements".

Perdre du poids, plus efficace que supprimer le sel ?

Les personnes hypertendues en surpoids peuvent faire baisser leur tension en modifiant leur régime alimentaire et en perdant simplement quelques kilos !

"On retrouve 3 fois plus d’hypertendus chez les obèses que chez les sujets présentant un poids normal. Les sujets qui présentent un surpoids ont un débit cardiaque augmenté, une augmentation du volume sanguin et des artères plus rigides. Le responsable majeur de ces modifications est une sécrétion élevée en insuline en réaction à des taux de sucre très élevés dans le sang," souligne le Dr Michel Brack ("L’hypertension artérielle").

Une étude de 2006 menée sur des patients obèses indique d’ailleurs que les personnes qui ont fait baisser leurs niveaux sanguins d'insuline en consommant moins de féculents et d’aliments sucrés ont obtenu une baisse significative de leur pression artérielle élevée et ce, même s’ils ont aussi nettement augmenté en parallèle leur consommation de sel !

L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "Perdre environ 10% de son poids est l’un des traitements de l’hypertension. Le seul problème, c'est que l’effet s’épuise au fil du temps. Mais pendant quelques mois voire de petites années, une perte de poids qui se maintient est aussi efficace qu’un béta bloquant en monothérapie".

Aliments transformés : vrais ennemis des hypertendus

Le sel se cache principalement dans les aliments transformés : charcuterie, conserves, fromages, plats préparés… En cas d’hypertension, pour ne pas dépasser le seuil des 6 g/jour, il faut éviter ce type d'aliments.

Pour limiter votre consommation de sodium, le Dr Michel Brack préconise dans son livre " L’Hypertension Artérielle" de : "préparer les repas avec des produits frais, de rincer les légumes en conserve et d’évitez les fromages fondus, aillés ou bleus."

L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "Les aliments industriels sont trop salés. Le sel y est utilisé d’ailleurs principalement comme exhausteur de goût. Je conseille à mes patients hypertendus de consommer le moins possible de produits transformés."

Consommer du potassium au lieu de supprimer le sel

Le déséquilibre entre le sodium et potassium est en partie à l’origine de l’hypertension artérielle. Donc au lieu de diminuer le sel, il conviendrait plutôt d’augmenter la dose en potassium journalière. En moyenne, une personne consomme 3100 milligrammes de potassium par jour, soit 1600 mg de moins que la dose recommandée.

"La balance de sodium et potassium est en général déficitaire pour le potassium alors que ces deux minéraux sont antagonistes. Ils permettent l’équilibre au niveau cellulaire. On trouve essentiellement le potassium dans les fruits et légumes. On trouve également dans les pharmacies des sels de régime à base de potassium", précise le Dr Luc Bodin, généraliste.

L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "Effectivement, d’après l’étude américaine Dash sur l’impact de l’alimentation sur l’hypertension artérielle, quand on donne aux patients un régime riche en fibres, légumes et fruits, on constate une diminution de l’hypertension artérielle".

Diminuer le tabac limite les risques cardio-vasculaires

Une fois que l’hypertension est installée, diminuer le sel peut être un atout, mais si vous fumez, mieux vaut arrêter avant tout le tabac !

"Le tabagisme augmente le rythme cardiaque et la pression artérielle. Il augmente les résistances artérielles périphériques en stimulant le système sympathique. Il peut être responsable d’une constriction aiguë des artères, voire de spasmes au niveau des coronaires", rappelle le Dr Michel Brack, dans son livre "L’Hypertension Artérielle". Le tabac tendrait également à annuler l'effet des traitements contre l’hypertension !


L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "La nicotine elle-même a des effets hypertenseurs : la pression artérielle augmente dans les minutes qui suivent l’inhalation de fumée de cigarette et cet effet dure de 15 à 30 minutes, pour une seule cigarette. Mais le tabac est surtout c’est un co-facteur de risque majeur de maladies cardio-vasculaires. À arrêter donc en priorité en cas d’hypertension artérielle."

L’exercice régulier prévient les risques cardio-vasculaires

Faire de l'exercice régulièrement, environ 3 fois par semaine, fait baisser la tension plus manifestement que le sel ; en particulier chez les hypertendus qui n’y sont pas sensibles. L’absence d’activité physique fait en effet partie des facteurs de risque cardio-vasculaire de l’Étude Interheart menée dans 52 pays. Le tout est d’en faire à son propre rythme

"Pour faire baisser la tension on peut faire des petits riens comme s’arrêter une station de métro plus tôt ou prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur", précise le Dr Luc Bodin, médecin généraliste.

L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "Cela fait partie des règles contre l’hypertension. Un patient hypertendu devrait faire de l’exercice physique au moins 3 fois 45 min par semaine et de préférence une activité de fond : vélo, natation, footing pour voir un effet significatif sur sa tension."

Le yoga une nouvelle solution contre l’hypertension ?

La pratique du yoga est efficace pour faire baisser la tension selon plusieurs essais cliniques. Une étude publiée dans la revue "The Lancet" en 1975, indiquait déjà une baisse de la pression systolique de 168 à 141 mmHg et de 100 à 84 mmHg pour le diastolique chez un groupe de personnes pratiquant le yoga.

"Le stress, comme le tabac, favorise la contraction des artères et a tendance à favoriser l’hypertension. A contrario, la vagotonie, qui est apportée par la détente et par la méditation, provoque une ouverture des artères et donc une baisse de la tension", explique le D Luc Bodin, médecin généraliste.

L’avis du Dr Bruno Schnebert, cardiologue : "Je ne suis pas vraiment convaincu. Ça laisse planer l’idée qui y a un lien entre stress et hypertension car même si effectivement le stress fait monter la pression, c’est uniquement de manière très ponctuelle. Après, ça ne peut pas faire de mal donc pourquoi pas ".

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Remerciements aux docteurs Bruno Schnebert, cardiologue et auteur de " Soigner l’hypertension ", éd. Fleurus, 2007 et Luc Bodin, médecin généraliste, www.medecine-demain.com,  auteur de " Fini l’hypertension !" , éd. Jouvence, 2011

“L’Hypertension Artérielle” du Dr Michel Brack, éd. Alpen, 2009

Etude “Effects of Sodium Restriction on Blood Pressure, Renin, Aldosterone, Catecholamines, Cholesterols, and Triglyceride”, de Niels A. Graudal, MD, Anders M. Galløe, MD, Peter Garred, DrMedSci, 1998

Etude “Long term effects of dietary sodium reduction on cardiovascular disease outcomes: observational follow-up of the trials of hypertension prevention (TOHP)”, de N. Cook, J. Cutler, E. Obarzanek, 2007

Etude Abdul-Rahman M, et al. “A High-Fat Diet in Obese Patients Induces Weight Loss, Leads to Improved Insulin Resistance, and Lowers Systolic Blood Pressure Despite Marked Increase in Dietary Sodium Intake.” Endocrine Practice. Abstract-Obesity #201. Volume12, Supplement 2, Page 50. 2006.

Etude américaine Dash (Dietary Approaches to Stop Hypertension), 1997-1999

Etude Interheart Salim Yusuf, Steven Hawken, Stephanie Ôunpuu, Tony Dans, Alvaro Avezum, Fernando Lanas, Matthew McQueen, Andrzej Budaj, Prem Pais, John Varigos, Liu Lisheng, "Effect of potentially modifiable risk factors associated with myocardial infarction in 52 countries (the INTERHEART study): case-control study," The Lancet, vol. 364, no 9438, 11 septembre 2004.

Etude Patel C. 12 monts follow up of yoga and biofeedback in the management of hypertension », The Lancet, 1975 jul 19;2(7925):93-5

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.