C'est une révolution dans le traitement dans le cancer des ovaires. Le cancer des ovaires est un des plus foudroyants et meurtriers chez la femme. S'il est le huitième cancer de la femme en termes de fréquence, il est le quatrième en termes de décès. En effet, il s'agit d'un tueur silencieux, car les symptômes ne se manifestent qu'à un stade très avancé de la maladie, ce qui retarde le diagnostic.

C'est donc une nouvelle extrêmement prometteuse qui vient d'être annoncée ce lundi 20 septembre lors du Congrès de la Société européenne d’oncologie. Un nouveau traitement "très efficace" combinant deux médicaments réduirait les tumeurs chez près de la moitié des patientes atteintes d'une forme avancée de la maladie.

46% des femmes ont vu leur tumeur des ovaires rétrécir

Comme le rapporte The Guardian, des milliers de femmes souffrant d'un cancer des ovaires pourraient bénéficier de ce traitement révolutionnaire mis au point par une équipe de l'Institute of Cancer Research (ICR) de Londres et une autre du Royal Marsden NHS Foundation Trust. Les deux médicaments agissent ensemble pour bloquer les signaux dont les cellules cancéreuses ont besoin pour se développer. Cela pourrait offrir une nouvelle option de traitement pour les femmes qui souffrent d'un cancer des ovaires ne répondant pas à la chimiothérapie ou à l'hormonothérapie. Sur 24 patients, âgées de 31 à 75 ans, 46% ont vu leur tumeur des ovaires rétrécir de manière significative après avoir été traitées avec les médicaments VS-6766 et defactinib.

À noter que les femmes ayant participé à l'essai clinique souffraient d’un "cancer séreux de bas grade", une forme de la maladie qui se développe plus lentement, mais qui ne réagit pas aux traitements connus. Les experts ont déclaré que ce type de cancer a tendance à se développer à un plus jeune âge et que moins de 13% des patientes répondent à la chimiothérapie et moins de 14% à l'hormonothérapie.

"Surmonter la capacité du cancer à développer une résistance au traitement est un énorme défi pour la recherche sur le cancer", a déclaré le professeur Kristian Helin, directeur général de l'Institute of Cancer Research (ICR), au Guardian.

23 mois avant que le cancer ne progresse

Les participantes à l'essai clinique ayant testé ce traitement ont vécu en moyenne 23 mois avant que leur cancer ne progresse. Selon les deux équipes de chercheurs britanniques ayant mis au point ce traitement, les résultats qualifiés de "fantastiques" des premiers essais de la nouvelle combinaison médicamenteuse suggèrerait que le traitement a été "très efficace". Face à premier succès, les chercheurs ont donc déjà entamé un essai de phase 2. Les chercheurs espèrent que ces résultats pourront constituer une avancée significative dans le traitement du cancer des ovaires séreux de bas grade si les résultats sont reproduits lors des essais à plus grande échelle à venir.

"Cette étude a permis une compréhension approfondie de la façon dont le cancer alimente sa croissance et développe une résistance à un traitement très ciblé pour les patients qui ont actuellement peu d'options de traitement", conclut le professeur Hélin.

Sources

"Highly effective" ovarian cancer treatment could help thousands of women, The Guadrian, 19 septembre 2021. 

https://www.theguardian.com/society/2021/sep/19/highly-effective-ovarian-cancer-treatment-could-help-thousands-of-women

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.