Entorse de la cheville

Définition

L’entorse est une déchirure ligamentaire. Lorsqu’il s’agit d’une simple distension, elle est bénigne. En cas de rupture, elle est dite grave. Cette lésion est très fréquente (6 000 nouveaux cas par jour en France). Elle représente, tous sports confondus, 15 à 20  % des traumatismes sportifs.

Causes

Un faux pas, un saut ou une chute peuvent être à l’origine d’une entorse. Le pied part brutalement vers le bas et en dedans.

Symptômes

La douleur est variable, parfois non ressentie et son intensité n’est pas proportionnelle à la gravité. On peut entendre un craquement, signe de rupture du ligament. Quand la cheville s’est refroidie, la douleur revient et l’œdème apparaît. Une ecchymose peut survenir, à la partie externe de la cheville et du pied, se déplaçant vers les orteils. L’appui peut être impossible.

Prévention

Le premier des conseils concerne le chaussage. Il faut éviter toute chaussure qui aggrave l’instabilité (talons hauts et fins). Ensuite, si on fait du jogging, il vaut mieux courir sur un sol régulier meuble, sans trous. Et ne pas faire d’imprudence sous prétexte que l’on porte une chevillère, aussi rigide qu’une chaussette.

Examens

Pour poser le diagnostic de l’entorse, le médecin généraliste effectue d’abord un examen clinique avec recherche un gonflement pré et sous malléolaire externe, palpation pour trouver les points douloureux et l’étude de la mobilité.

Au terme de l'examen clinique, un examen radiographique doit être demandé au moindre doute de façon à pouvoir éliminer les diagnostics différentiels de l'entorse de cheville. Enfin, on peut aussi avoir recours à l'échographie pour visualiser les différents types de lésions.

Traitements

Pour cicatriser les ligaments de la cheville, il faut l’immobiliser. La cicatrisation est de 3 semaines pour une entorse bénigne et le double pour une entorse grave. Sachant que les mouvements du pied dans l’axe ne tirent pas sur les ligaments, le plâtre est souvent inutile. Celui-ci peut d’ailleurs être responsable d’une fonte musculaire, d’une décalcification osseuse, ou d’une phlébite. Le traitement le plus fréquent consiste à placer un bandage élastique.

Un autre traitement, permettant également l’appui et un chaussage normal, consiste à placer une attelle pneumatique. Des antalgiques et des anti-inflammatoires participent au confort sans modifier la cicatrisation. Enfin, la rééducation  n’est pas systématique et généralement pas utile.

Évolution

Il ne faut pas banaliser la chose et risquer de méconnaître une autre lésion susceptible de bénéficier avant son aggravation d’une opération chirurgicale, comme une fracture.

Ensuite, si le traitement n’est pas adéquat, il y a un risque d’instabilité de la cheville. Le patient éprouve alors un sentiment d’insécurité qui s’aggrave en faisant du sport ou en marchant sur un terrain irrégulier et peut faire une récidive à n’importe quel moment.

Enfin, on observe souvent des séquelles douloureuses d’autant plus intenses et fréquentes que le traitement initial était insuffisant ou absent.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.