Antidiabétiques oraux : des effets secondaires ?

Ecouter l'article :

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLe traitement de référence pour le diabète de type 2 est constitué d'un ensemble de mesures diététiques et d'hygiène de vie. Quand cela ne suffit pas, des antidiabétiques oraux et/ou injectables peuvent être prescrits. Comme avec tout traitement, des effets indésirables liés à ces médicaments existent, mais certains gestes simples permettent le plus souvent de les prévenir. Le point avec le Dr Pierre Nys.

Quand les mesures diététiques ne suffisent pas, des antidiabétiques oraux et/ou injectables sont prescrits. Comme avec tout traitement, quelques complications peuvent survenir lors de la prise du médicament. Généralement bien tolérés, ils ne sont pas sans inconvénients. Sans oublier que les effets secondaires peuvent varier selon les individus.

Faisons le point selon les différents traitements :

Les biguanides :

La metformine, de la famille des biguanides, est le premier médicament prescrit en cas de diabète de type 2.

Elle peut occasionner des troubles digestifs : ballonnements, diarrhées, nausées, inconfort abdominal... ces effets sont moins fréquents si le médicament est pris en cours ou en fin de repas mais aussi en modifiant la posologie, les modalités de prises.

L’effet indésirable le plus grave mais très rare de la classe des biguanides est l’acidose lactique, son pronostic est très défavorable. Les acidoses lactiques rapportées chez des patients recevant de la metformine sont dues soit à des prescriptions inappropriées, au non-respect des contre-indications ou à des mauvaises précautions d’emploi.

Le Dr Pierre Nys précise que "ces complications autrefois rencontrée avec l’INSORAL – qui n’est plus commercialisé – est exceptionnelle avec la metformine."

Les sulfamides hypoglycémiants et les glinides

L’hypoglycémie est l’effet secondaire le plus fréquent. Les sujets âgés et les patients ayant une insuffisance rénale sont les plus exposés aux accidents hypoglycémiques.

Les hypoglycémies peuvent survenir lorsque le traitement est trop dosé, lors de la prise de boissons alcoolisées, après un repas supprimé, un exercice physique inhabituel. Les hypoglycémies sous sulfamides hypoglycémiants sont souvent plus graves et plus prolongées que celles observées sous insuline.

Pour éviter les oublis, il est possible d'aménager le traitement et la prise de médicaments en fonction de son mode de vie.

Contrairement aux sulfamides hypoglycémiants les glinides ne sont pas contre-indiqués en cas d’insuffisance rénale modérée, cependant ils seront prescrits avec prudence chez les sujets âgés. Ils sont éliminés par voie biliaire et sont en revanche contre-indiqués en cas d'insuffisance hépatique.

Les alphaglucosidases

Les effets secondaires sont d’ordres digestifs et fréquents mais sans gravité : flatulence, inconfort intestinal, diarrhée et ils peuvent diminuer avec le temps.

En augmentant progressivement la posologie jusqu’à la dose souhaitée cela permet de prévenir ou de diminuer ces effets indésirables.

Les incrétines

Des nausées ou vomissements sont fréquents. On ne connaît pas encore tous les effets secondaires à long terme, car les molécules sont trop récentes, mais des pancréatites ont été décrites.

Si vous oublier vos médicaments trop souvent à un même horaire, il peut être intéressant de réfléchir à des aménagements plus adaptés à vos habitudes de vie pour avoir votre traitement à proximité, à l’heure de la prise. Vous pouvez programmer un rappel pour la prise de votre traitement sur votre téléphone portable, votre agenda électronique.

Source(s):

Livre : Dr Pierre Nys "Le nouveau régime IG antidiabète" 2019

Facultés de Médecine de Toulouse