Sommaire

Un reflux gastro-œsophagien

Il existe de rares cas pour lesquels la mauvaise haleine a une origine digestive. Un reflux gastro-œsophagien peut ainsi être une cause à identifier.

Pourquoi ?
"Le reflux gastro-œsophagien va induire une acidification de la muqueuse de la bouche", explique Dr Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’Union française pour la santé bucco-dentaire. Le milieu déséquilibré va alors être propice au développement des bactéries émettant les composés volatils sulfurés malodorants.
Le reflux gastro-œsophagien peut être dû au dysfonctionnement du clapet entre l’œsophage et l’estomac ou encore à une hyperpression abdominale liée à l’obésité ou à une grossesse.

Ce qu’il faut faire :
Il faut bien sûr traiter la cause à sa source, en diminuant les sécrétions acides ou en favorisant la vidange de l’estomac à l’aide de médicaments spécifiques. Parallèlement, on veillera à garder une bonne hygiène buccale, à savoir un lavage de dents deux fois par jour et l’utilisation du fil dentaire tous les soirs.

Fissure sur la langue : un nid à bactérie

L’aspect de la langue peut aussi expliquer une mauvaise haleine. Si l’on a une langue pourvue de replis ou de fissures, on est plus à risque de développer une halitose.

Pourquoi ?
"Les langues très fissurées favorisent la stagnation et le développement des bactéries responsables de l’émission de composés volatils sulfurés", ceux-là même qui entraînent une haleine fétide, explique le Dr Lequart. "C’est aussi pour ça que lorsque l’on souffre de mauvaise haleine, il est conseillé de se brosser la langue, parce que 80% des bactéries de la bouche se trouvent sur la partie visible de la langue."

Ce qu’il faut faire :
On opte pour un brossage régulier de la langue, avec une brosse à langue conçue à cet effet. "On évite d’utiliser sa brosse à dent, car si les poils de la brosse à dents sont trop rigides, ils vont entraîner des microlésions à la surface de la langue, dans lesquelles ces bactéries responsables de l’halitose vont s’engouffrer", alarme le chirurgien-dentiste. En revanche, les brosses à dents pourvue d’une surface en silicone prévue pour la langue au dos des poils peuvent être une bonne option.

Sinusite : un écoulement au fond de la gorge

"Les problèmes de mauvaise haleine d’origine non buccale ne représentent que 30% des causes", rappelle le Dr Lequart. Parmi eux : les causes ORL pour oto-rhino-laryngologiques comme une sinusite ou une inflammation des amygdales (amygdalite).

Pourquoi ?
"La sinusite donne lieu à un jetage postérieur, c’est-à-dire à un écoulement en fond de gorge du liquide sinusien", détaille le chirurgien-dentiste. Or, ce liquide peut occasionner de mauvaises odeurs. Quant à l’amygdalite, "elle favorise le développement des bactéries émettant des composés volatils sulfurés malodorants dans le replis des amygdales."

Ce qu’il faut faire : prendre un traitement pour venir à bout de la sinusite ou de l’amygdalite, tout en gardant une hygiène bucco-dentaire irréprochable. Le Dr Christophe Lequart recommande par ailleurs l’utilisation de bains de bouche formulés spécialement pour les problèmes de mauvaise haleine, à utiliser par exemple en attendant que l’infection guérisse.

Des médicaments contre le stress

Si le stress en soi n’induit pas spécialement de mauvaise haleine, les médicaments utilisés pour diminuer le stress (anxiolytiques, antidépresseurs, psychotropes) peuvent entraîner une halitose.

Pourquoi ?
"Les anxiolytiques, les antidépresseurs et les psychotropes ont une action sur la production de salive", souligne le spécialiste. "Ils vont avoir tendance à diminuer la production salivaire et donc à favoriser la mauvaise haleine." La sécheresse buccale favorise en effet la prolifération de bactéries émettrices des composés malodorants.

Ce qu’il faut faire : mieux vaut chercher la cause de ce stress et agir sur celle-ci plutôt que de tenter de réduire son stress par des médicaments. Les méthodes de relaxations naturelles (yoga, respiration, phytothérapie, acupuncture, homéopathie etc.) peuvent aussi être intéressantes car elles entraînent moins d’effets secondaires.

Gingivite : des bactéries coincées dans la bouche

"70 % des causes de mauvaise haleine ont une origine bucco-dentaire", précise le Dr Christophe Lequart.
On peut distinguer trois grandes causes bucco-dentaires : la présence de caries, d’une maladie des gencives (gingivite ou parodontite) et la présence de restaurations inadaptées à la dentition (bridge, couronne, plombage…).

Pourquoi ?
Dans ces trois situations, ce sont des bactéries cachées dans certains recoins qui sont responsables de la mauvaise haleine.

"Les maladies gingivales comme laparodontite sont caractérisées par une poche entre la racine et la gencive dans laquelle va venir s’accumuler de la plaque dentaire, composée de salive, de bactéries", explique le Dr Lequart.Certaines vont dégrader les protéines présentes dans les débris alimentaires et synthétiser des composés volatils sulfurés responsables de la mauvaise haleine." De plus, les saignements des gencives fragilisées par une gingivite ou une parodontite vont également apporter des protéines aux bactéries qui vont aussi les transformer en composés malodorants.

Ce qu’il faut faire : soigner la carie ou à stopper l’évolution de la maladie parodontale. Par ailleurs, le Dr Christophe Lequart rappelle qu’une bonne hygiène bucco-dentaire comprend un brossage matin et soir pendant deux minutes et le passage du fil dentaire ou de brosses interdentaires chaque soir pour enlever les débris alimentaires entre les dents.

Un manque d’hydratation

Une hydratation insuffisante peut éventuellement être une cause de mauvaise haleine, en particulier chez les personnes âgées.

Pourquoi ?
En effet, chez les personnes âgées, les problèmes de mauvaise haleine sont souvent liés à une diminution de la production de salive. Les glandes salivaires fonctionnent moins bien, ce qui augmente la sécheresse buccale et la prolifération de bactéries. De plus, les personnes âgées ont tendance à moins s’hydrater, ce qui n’arrange rien.

Le fait de boire (de l’eau de préférence) régulièrement permet une hydratation des muqueuses buccales, de la surface de la langue et des gencives. De plus, cela nettoie la bouche d’éventuels résidus alimentaires et de bactéries néfastes, au moins en surface.

Ce qu’il faut faire : "il est conseillé de s’hydrater régulièrement, surtout si l’on souffre de mauvaise haleine", conseille le Dr Lequart. Les recommandations actuelles sont de l’ordre d’1,5 litre d’eau par jour, réparti dans la journée.

Une consommation d’alcool ou de tabac trop importante

Certains aliments favorisent la mauvaise haleine, comme l’oignon, l’ail ou encore les épices. Mais ce qu’il faut réellement éviter pour éloigner tout risque d’halitose, c’est l’alcool et le tabac.

Pourquoi ?
"L’alcool et le tabac ont pour effet d’assécher la muqueuse buccale, ce qui favorise la formation et le développement des bactéries responsables de la synthèse des composés volatils sulfurés", résume le Dr Christophe Lequart. Or, ce sont ces composés qui entraînent une mauvaise haleine.

Ce qu’il faut faire : alcool et tabac sont bien évidemment à éviter ou du moins à limiter, en particulier si l’on souffre de mauvaise haleine malgré une hygiène bucco-dentaire irréprochable.

Sources

Remerciements au Dr Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’Union française pour la santé bucco-dentaire.

Fiche conseil "Halitose : la mauvaise haleine n’est plus une fatalité" de l’Union Française pour la santé bucco-dentaire

Site de l’Association Dentaire Française

Vidéo : 5 trucs anti tartre ultra efficaces !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.