Il pensait que c’était un simple mal de dents mais échappe à la mort

Publié le 31 Juillet 2019 à 10h28 par Agathe Boussard, journaliste santé
Alors qu’il pensait avoir un simple mal de dents, un père de famille américain s’est retrouvé intubé pendant plus d’une semaine. Ses douleurs étaient en réalité le signe d’une infection beaucoup plus rare et mortelle : l’angine de Ludwig.
Istock

Michael Louisor revient de loin. Ce père de deux enfants qui a frôlé la mort n’a pourtant rien vu venir.

Tout commence le week-end de la fête des pères. L’américain qui habite Brooklyn avec sa famille a très mal aux oreilles. Il décide de ne pas se soigner. "Je pensais que ça irait mieux", a-t-il déclaré à Daily Mail. Le lendemain, le père de famille, âgé de 48 ans, commence à avoir mal à une gencive. Ce changement de douleur le convainc à prendre des antalgiques. Mais rien n’y fait.

Deux jours après les premières douleurs, Michael Louisor découvre, après une sieste, que son cou a enflé. Son état se dégrade au fur et à mesure. Il éprouve des difficultés à parler, luttant même pour respirer. "Je ne parvenais pas à retenir les liquides et commençais à avoir de la fièvre.", a-t-il confié à la presse. Sa femme tente tant bien que mal de le convaincre d’aller aux urgences. Le new-yorkais finit par accepter.

L'angine de Ludwig : une infection rare et mortelle

C’est seul que Michael Louisor se rend à la salle d'urgence du "Mount Sinai Brooklyn" à Midwood. Il est alors immédiatement pris en charge par une équipe de médecins. Pour le Dr Sam Huh, président de l'oto-rhino-laryngologie de l'hôpital, les symptômes du père de famille sont typiques de l’angine de Ludwig.

Un auxiliaire médical se charge cependant de lui envoyer une photo de Michael. La maladie étant assez rare, le Dr Huh souhaitait être sûr de ne pas se tromper dans l’interprétation. Après avoir examiné la photo, l'otorhinolaryngologiste confirme le premier diagnostic de l’équipe médicale. Selon lui, il s’agit bien de l’angine de Ludwig.

Cette forme d’angine est une infection buccale cutanée potentiellement mortelle. Elle touche les tissus de la partie inférieure de la bouche et bloque les voies respiratoires. Cette infection qui commence habituellement sous la langue s’accompagne d’une sensation d’étouffement, voire d’étranglement. En effet, la zone infectée gonfle rapidement ce qui peut bloquer les voies respiratoires.

Quand le président de l'oto-rhino-laryngologie rencontre Michael pour la première fois, ce dernier a du mal à avaler. Sa voix est très feutrée. Les problèmes d’élocution font partie des symptômes de l’angine de Ludwig qui incluent également une douleur au cou, une difficulté à avaler, un gonflement de la langue, une fatigue ou encore une salivation excessive.

Les causes de l’angine de Ludwig

Cette infection cutanée ou angine de Ludwig peut avoir plusieurs causes : une blessure à la bouche, une infection bactérienne (abcès dentaire…)... Dans le cas de Michael Louisor, son angine de Ludwig proviendrait d’une infection dentaire de sa molaire inférieure gauche. Le père de famille a été transporté dans une salle d’opération où il a été intubé. Les médecins l’ont gardé à l’hôpital pendant deux semaines, une période durant laquelle le new-yorkais a perdu un peu plus de 9 kg.

À sa sortie de l’hôpital, le père de famille a décidé d’adopter un mode de vie plus sain. Il a commencé un régime et a arrêté de fumer. Une très bonne nouvelle lorsque l'on sait que fumer accroît les risques d’infections et peut allonger la durée de guérison.

Un appel à mieux écouter son corps

Depuis cet épisode douloureux, Michael Louisor considère son corps autrement et souhaite faire passer un message. "Si vous avez mal, vous ne pouvez pas ne pas agir. N’ignorez pas ce que votre corps vous dit. J’aurais vraiment pu en mourir et cela a totalement modifié ma perception des choses".

Selon le rapport 2017 de "BMJ Case Reports", les patients atteints d'angine de Ludwig ont une chance sur deux de survivre sans opération. Le Dr Huh prévient : "Même chez un individu en parfaite santé, l’angine de Ludvwig peut s'avérer mortelle, et ce, très rapidement, en une journée à peine". Pour quelqu'un comme Louisor: "Peut-être en quelques heures."

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :