Le variant britannique continue de se répandre dans le monde. Ce mercredi 20 janvier, l'OMS a annoncé qu'il était présent dans 60 pays et territoires la semaine dernière, soit 10 de plus qu’au 12 janvier. Comme le rapporte Le Monde, le variant sud-africain se diffuse quant à lui plus lentement et est présent dans 23 pays et territoires, soit trois fois plus qu'au 12 janvier.

Des cas liés au variant anglais découverts à Pékin

Signalé mi-décembre à l’OMS, le variant britannique est jugé 50 à 70% plus contagieux que le nouveau coronavirus originel, est présent dans les 6 zones géographiques de l’OMS, alors que le variant sud-africain n’est présent que dans 4 d’entre elles a souligné l’OMS sans toutefois préciser lesquelles. :

Pékin a annoncé ce mercredi 20 janvier le confinement strict de cinq quartiers de la banlieue sud de la capitale chinoise, après la découverte du variant anglais parmi une poignée de cas de contamination. Ces cas sont les premiers signalés dans la capitale, qui compte 21 millions d’habitants. La Chine avait déjà fait état de ce variant anglais à la fin de décembre chez une étudiante arrivée à Shanghaï en provenance du Royaume-Uni.

Deux autres nouveaux variants au Brésil

Ces variants, plus contagieux que le coronavirus initial, tendent à se multiplier. En effet, l'OMS a également alerté sur deux autres nouveaux variants du SARS-CoV-2 qui ont fait leur apparition au Brésil : le P1, apparu dans lÉtat de l’Amazonas et détecté aussi au Japon sur 4 personnes venues du Brésil, et un autre variant. Selon l'OMS, "il y a actuellement peu d’informations disponibles pour évaluer si la transmissibilité ou la sévérité sont modifiés par ces nouveaux variants".

L'institution souligne tout de même que leurs caractéristiques génétiques similaires aux variants britannique et sud-africain rendent nécessaires des études plus poussées. Beaucoup plus contagieux que le coronavirus originel, rien ne démontre pour l'instant qu'ils soient plus dangereux. La question de l’efficacité des vaccins contre ces nouveaux variants s’est également posée, mais là encore, les scientifiques sont confiants et rien pour l’instant ne démontre qu'ils soient moins efficaces pour protéger contre les variants du virus.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.