Ecouter l'article :

L'Agence régionale de santé de Normandie vient de rappeler à l'ordre l'hôpital de Bayeux pour avoi r utilisé "les fonds de flacons" pour constituer une septième dose de vaccin Pfizer. Comme le rapporte France Bleu Normandie, c'est le syndicat Force Ouvrière qui a donné "l'alerte" après un CHSCT de l'hôpital d'Aunay-Bayeux, qui a eu lieu début février. Le directeur de l'hôpital assure alors que parmi les 400 soignants vaccinés à l'hôpital de Bayeux, certains l'ont été avec des "fonds de flacon", rapporte Rodolphe Gosselin, secrétaire FO du comité hygiène et sécurité de l'hôpital.

"Quand on a tiré cinq ou six doses du vaccin Pfizer, il en reste un peu dans le fond, et on attend d'avoir plusieurs fonds de flacons pour pouvoir faire une dose supplémentaire", assure le syndicaliste à France Bleu Normandie. Une pratique confirmée par la direction de l'hôpital qui assure avoir vacciné de cette manière le grand public afin d'"éviter toute forme de gaspillage". Après l'alerte de FO, l'Agence régionale de santé de Normandie a rappelé à l'ordre l'hôpital. La pratique n'est en effet pas autorisée par les directives d'utilisation du vaccin, selon lesquelles chaque flacon Pfizer doit fournir cinq doses. Depuis la fin janvier, l'autorité européenne autorise uniquement à prélever une sixième dose.

"Cela multiplie le risque infectieux"

Depuis ce vendredi 19 janvier, l'hôpital de Bayeux a donc cessé d'utiliser les fonds de flacons. L'ARS a aussi demandé à l'équipe de vaccination de l'hôpital d'"identifier et informer tous les patients" qui ont reçu ces "doses supplémentaires". "C'est surtout la manière de faire qui pose problème, on va rechercher un petit fond de produit dans un autre flacon où on a déjà pioché six fois, on voit que cela multiplie le risque infectieux", estime le secrétaire FO.

L'hôpital estime de son côté que "le vaccin Pfizer est fabriqué dans d'immenses cuves qui correspondent à un numéro de lot chacune" et que le centre de vaccination "n'a jamais fait de mélange de flacons issus de lots différents". "La sécurité des patients et la qualité du vaccin n’ont donc jamais été compromis", assure l'hôpital auprès de France Bleu Normandie.

Jusqu'à 5 personnes en plus vaccinées par jour

La présidente du conseil de surveillance de l'hôpital de Bayeux, Mélanie Lepoultier, note quant à elle que "c'est une pratique partagée par plusieurs hôpitaux" et que "cette méthode permettait de vacciner jusqu'à cinq personnes supplémentaires en une journée", sans affecter la qualité vaccinale et la sécurité des personnes vaccinées.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.