Le vaccin Janssen, est-il sur le point de perdre son avantage ? Nécessitant une dose unique pour se prémunir contre la Covid-19, ce vaccin a été administré à plus de 900 000 personnes en France.

Alors que les autorités viennent de préconiser une troisième dose pour les personnes de plus de 65 ans vaccinées avec Pfizer, Moderna ou AstraZeneca, la HAS (Haute Autorité de Santé) conseille aux patients vaccinés avec le vaccin mis au point par Johnson & Johnson de passer sous l'aiguille une seconde fois.

Outre les plus de 65 ans, ce conseil s'adresse aussi aux personnes fragiles, victimes de maladies chroniques.

Pour rappel, le vaccin Janssen est le quatrième vaccin Covid à être autorisé au sein de l'Union européenne. Contrairement aux deux premiers vaccins autorisés (Pfizer/BioNTech et Moderna), le vaccin Johnson & Johnson n'est pas à ARN messager. Il s'agit d'un vaccin basé sur des adénovirus, comme celui d'AstraZeneca.

Vaccin Janssen : une dose de rappel avec un vaccin à ARNm est recommandée

"En effet, les études récentes suggèrent une réduction de l’efficacité de tous les vaccins, en particulier contre le variant delta [souche indienne de la Covid-19 devenue majoritaire en France, ndlr], soutient la HAS dans un communiqué du 24 août 2021. Cette baisse de la protection concerne essentiellement l’infection et les formes symptomatiques. On observe également une légère baisse d’efficacité sur les formes graves qui restent globalement bien couvertes par les vaccins. La baisse ne touche pas seulement les personnes âgées et les populations à risque de formes graves, mais ces dernières demeurent les plus affectées".

C'est pour cette raison que les autorités préconisent aujourd'hui une troisième dose de vaccin à destination des populations les plus vulnérables.

"En ce qui concerne les personnes primovaccinées avec le vaccin Janssen, la HAS recommande qu’une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Comirnaty® ou Spikevax®) leur soit proposée à partir de 4 semaines après la première injection". En claire, les personnes vaccinées avec le vaccin proposé par le laboratoire Johnson & Johnson ont la possibilité de se faire injecter une deuxième dose avec Pfizer ou Moderna.

"On pourrait démarrer début septembre

"On pourrait démarrer début septembre”, expliquait le ministre des Solidarités et de la Santé à propos des troisièmes doses. “Il y aurait forcément un délai d’au moins six mois entre la deuxième et la troisième injection". Le mardi 24 août, la Haute Autorité de Santé s'est positionnée en faveur de ce nouveau protocole.

La HAS propose d’injecter cette troisième dose en même temps que le vaccin contre la grippe saisonnière "dès lors qu’une personne sera éligible aux deux vaccinations". Selon l'autorité indépendante, "la majeure partie des publics prioritaires de la vaccination antigrippale présente également des risques de formes graves de Covid-19".

En ce qui concerne les plus jeunes, il n’y a pas de "donnée en faveur de l’administration systématique d’une dose de rappel au-delà des personnes ciblées par les annonces gouvernementales" et par l’avis de la HAS.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

Covid-19 : la HAS précise les populations éligibles à une dose de rappel de vaccin, HAS, 24 août 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.