Sommaire

Coronavirus : les anti-inflammatoires peuvent aggraver l'infection

Advil, Nurofen, Ibupradol… Autant de médicaments bien exposés dans nos armoires à pharmacie. Mais attention, ces comprimés ne doivent pas être pris par les personnes infectées au virus actuel qui contamine toute la France. Ils pourraient en effet causer une aggravation de la maladie.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a d'ailleurs alerté les Français sur ce risque en postant un message sur son compte Twitter : “La prise de médicaments anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone...) pourrait être un facteur d'aggravation de l'infection" a-t-il indiqué.

Il recommande à la population de “prendre du paracétamol en cas de fièvre”. “Et si vous êtes déjà sous anti-inflammatoires ou en cas de doute, demandez conseil à votre médecin".

Un constat partagé par bon nombre de médecins, qui évoquent des cas de patients jeunes atteints de cette infection qui se retrouvent dans un état grave après avoir pris des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (Ibuprofène, kétoprofène…).

Les anti-inflammatoires et la cortisone doivent être bannis. Non seulement ils ne sont pas indispensables, mais en plus ils peuvent entraîner de vrais risques pour le patient, prévient le Dr Franiatte.

Par ailleurs, d'après le médecin, la balance bénéfices/risques est assez intéressante dans cette situation : l'arrêt de ce type de médicaments engendre très peu de risques, voire un risque quasi-nul.

Que provoquent-ils ?

La prise d’anti-inflammatoires diminue les défenses immunitaires et ce, chez les jeunes patients comme les plus âgés.

Dans le cas de ce virus, et comme dans toute infection bactèrienne, les anti-inflammatoires font baisser localement le nombre de cellules de l’immunité, souligne le généraliste.

Résultat : vous êtes plus faible face à l'infection.

Mais bonne nouvelle, les anti-inflammatoires sont facilement remplaçables par un médicament courant : le doliprane, qui soulage la douleur mais n'est pas un anti-inflammatoire.

C'est d'ailleurs ce qu'a conseillé de prendre le Ministre de la Santé, en recommandant la prise de paracétamol.

Les personnes souffrant d'hypertension sont plus à risque

D’après une étude menée par des scientifiques de l'hôpital universitaire de Bâle, en Suisse, et de l'université de Thessalonique en Grèce, les personnes souffrant d'hypertension artérielle pourraient être plus à risque de présenter des symptômes graves ou mortels en cas d'infection au virus SARS-CoV-2, en raison de l'action de leurs médicaments.

Cette étude explique que les inhibiteurs de l'ECA et les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (des médicaments utilisés notamment dans le traitement de l’hypertension artérielle, ndlr) peuvent modifier la forme des cellules d'une personne de manière à ce que le coronavirus puisse plus facilement les infecter.

Concrètement, le virus adhèrerait davantage aux cellules en les attaquant en se fixant sur une enzyme bien spécifique : l’enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2).

D'après les scientifiques, pour limiter cet effet, les personnes qui souffrent d'hypertension artérielle "doivent prendre des médicaments qui augmentent la quantité d'ACE2 qu'ils ont sur leurs cellules, afin de contrôler leur maladie".

Ils doivent également parler de la balance bénéfices/risques liée à la prise de médicaments.

Pour le moment, nous manquons de recul vis-à-vis de ces résultats et les risques liés à l'arrêt des médicaments hypertenseurs peuvent être plus grands que les bénéfices. Il faut donc rester très prudent !, rappelle le Dr Franiatte.

En effet, en arrêtant subitement leur traitement, les personnes atteintes d'hypertension peuvent souffrir de graves troubles cardiaques.

Traitements contre le diabète : quels risques en cas de Covid-19 ?

Traitements contre le diabète : quels risques en cas de Covid-19 ?

Toujours d’après la même étude, les personnes qui prennent des médicaments contre le diabète de type 1 ou de type 2 sont également à risque.

Ces deux formes de diabète sont traitées par différents antidiabétiques, oraux ou injectables : metformine, sulfamide, insuline, inhibiteurs de la DPP4…

Le problème ? Certains de ces traitements pourraient faciliter l’accès du virus à nos cellules.

Le SARS-CoV-2 adhèrerait mieux aux cellules et les attaquerait en se fixant sur une enzyme : l’enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2).

Or, "l'expression de l'ACE2 augmente avec le diabète et le traitement avec des inhibiteurs de l'ECA (thérapie de première intention potentielle pour toutes les personnes souffrant d'hypertension et de diabète, ndlr) augmente l'expression de l'ACE2", soulignent les scientifiques.

Par conséquent, “l'expression de l'ACE2 faciliterait l'infection par cette forme mortelle de pneumonie” et "le traitement du diabète avec des médicaments stimulant l'ECA2 augmenterait le risque de développer une infection grave et mortelle”.

Toutefois, il ne s’avère encore que d'une hypothèse.

Ces résultats ne fournissent pas encore de preuves suffisantes pour établir un lien sérieux entre la consommation de ces médicaments et un risque plus élevé de mourir de cette pneumonie mortelle.

> De plus en plus de femmes renoncent à la chirurgie esthétique et utilisent cette pilule à la place.

Sources

Are patients with hypertension and diabetes mellitus at increased risk for COVID-19 infection ?, The Lancet, 11 march 2020.

mots-clés : Diabète
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.