La Chine reconfine 108 millions de personnes

Après la découverte de 34 nouveaux cas de COVID-19 dans la province de Jilin, la Chine a décidé de reconfiner 108 millions de personnes. Elle espère par cette mesure éviter l’apparition d’une seconde vague d'épidémie de Coronavirus.

La Chine veut éviter à tout prix une deuxième vague d’épidémie de COVID-19. C’est pourquoi, après avoir vu 34 cas de contaminations au SARS COV 2 apparaitre dans la province de Jilin, les autorités ont à nouveau imposé des mesures restrictives aux habitants.

COVID-19 : Une province coupée du reste du pays

Le gouvernement a mis un frein au déconfinement lancé dans cette province du nord est de la Chine. Il a instauré une nouvelle période de quarantaine pour près de 108 millions de personnes après l’apparition de nouveaux cas de COVID-19.

Avec 127 personnes infectées et deux morts, le Jillin n’a pas été la région la plus touchée par l’épidémie. Toutefois, les autorités - inquiètes de voir apparaître une seconde vague de l’épidémie, ont décidé d’agir après avoir enregistré 5 nouveaux cas en un week-end. 

Reconfinement en Chine : des mesures drastiques

Les bus et les trains ne circulent plus dans les villes de cette région. Les écoles ont à nouveau fermé leurs portes et des dizaines de milliers de personnes ont été mises en quarantaine. Le retour de ces mesures, quelques semaines seulement après le lancement du déconfinement, a été dur à accepter pour la population.

Fan Pai, qui travaille à Shenyang, une ville de la province voisine du Liaoning également sous tension, a confié à Bloomberg “les enfants qui jouent dehors portent à nouveau des masques” et le personnel médical ont renfilé  des vêtements de protection. "C'est frustrant parce que vous ne savez pas quand cela se terminera", reconnaît-elle.  

De plus, les personnes qui quittent la région de Jilin sont soumises à une quarantaine pouvant atteindre 21 jours lorsqu’elles se rendent dans une autre partie de l’empire du milieu. De nombreux Chinois ont ainsi renoncé à leurs déplacements. 

Les services de livraison ont été, pour la plupart, interrompus. Par ailleurs, les médicaments contre la fièvre sont interdits dans les pharmacies pour empêcher les gens de cacher leurs symptômes

La Chine vit dans la crainte d’une seconde vague

Les nouveaux cas enregistrés dans la province de Jilin nourrit les craintes des régions voisines comme celle de Liaoning. De nombreux témoignages indiquent que les contrôles se font plus stricts dans ces zones, même si aucun cas n'a encore été officiellement signalé dans ces lieux.

Les responsables de la santé n’ont pas encore déterminé l’origine du nouveau cluster. Toutefois, pour eux, les contaminations pourraient provenir de personnes ayant été en contact avec des rapatriés infectés de Russie, deuxième pays le plus touché par la maladie en termes de contaminations avec au moins 290 000 cas recensés.

Cette possibilité inquiète les experts de l'empire du Milieu. “La majo­rité des Chinois sont encore vulné­rables au Covid-19 car il n’y a pas assez d’im­mu­nité collec­tive”, a expliqué l’épi­dé­mio­lo­giste chinois Zhong Nanshan à CNN ce week-end. “Nous faisons face au même défi que les pays étran­gers”.

Si la Chine a fait l’objet de plusieurs critiques face à sa réponse tardive dans la gestion de l’épidémie de Wuhan, les autorités ont mis en place des mesures drastiques, présentés dans notre diaporama, pour freiner le nouveau virus et l’apparition d’une seconde vague.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.