Sommaire

Les restrictions de déplacements, mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus, commencent à être levées progressivement dans plusieurs pays. Les Français, mais aussi les Italiens et les Espagnols, retrouvent petit-à-petit une certaine liberté. Mais, Hans Kluge, directeur Europe de l’OMS, s'inquiète. Il craint une seconde vague de COVID-19 à l’automne... encore plus meurtrière !

L’OMS est “très préoccupée par une double vague à l’automne”

Déconfinement ne veut pas dire : fin de l’épidémie de COVID-19. Toutefois, ce fait ne semble pas être intégré par tous les Européens. Et cela inquiète fortement les experts de santé.

Dans une interview accordée au Telegraph, le directeur Europe de l’OMS, il estime que le vieux continent doit “se préparer à une seconde vague mortelle du coronavirus”.

Il reconnait "Je suis très préoccupé par une double vague à l’automne, nous pourrions avoir une deuxième vague de Covid et une autre de grippe saisonnière ou de rougeole". Il a ajouté ensuite “Il y a deux ans, 500 000 enfants n'avaient pas reçu leur premier vaccin contre la rougeole”.

Lors de cet entretien, le spécialiste a rappelé que sur les 43 pays européens qui avaient adopté des restrictions pour faire barrière à la pandémie, 32 étaient en train de lever certaines de ces règles. Pour éviter de nouvelles contaminations, il est donc impératif pour lui d’accompagner l’assouplissement du confinement avec des mesures de contrôles comme chercher et tester les personnes en contact avec les nouveaux cas de coronavirus.

“Certains pays disent "nous ne sommes pas comme l'Italie" et puis deux semaines plus tard, boum! Ils peuvent malheureusement être frappés par une deuxième vague”, a-t-il précisé au journal britannique en ajoutant ensuite “cette pandémie n'est pas terminée”.

Déconfienement : éviter le scénario de la grippe espagnole

Les scientifiques s’accordent, en effet, pour dire qu’une seconde vague de l’épidémie est fortement probable en l'absence de traitement ou de vaccin. Ils sont nombreux dans le monde médical, à l’exemple du Professeur Chris Whitty médecin-chef de l'Angleterre, à craindre un scénario similaire à celui observé lors de l'épidémie grippe espagnole.

La seconde vague de cette pandémie survenue l’automne 1918, avait été plus mortelle que le premier épisode qui s’était déroulé au printemps précédent. Plusieurs raisons expliqueraient ce bilan plus lourd : la souche apparue à l'automne était plus virulente et la population avait baissé sa garde.

Profiter de l'accalmie pour se préparer à la seconde vague

Pour le directeur Europe de l’OMS Hans Kluge, les populations des pays en cours de confinement doivent continuer à être vigilantes et maintenir les gestes barrières. Il a déclaré sur les ondes d’Europe 1 : "il est très important de rappeler à tous et à toutes que tant qu'il n'y aura pas de vaccin et de traitement efficace, il n'y aura pas de retour à la normale. Ce virus ne disparaîtra pas tout simplement, alors le comportement personnel de chacun d'entre nous va déterminer le comportement du virus."

Il recommande également aux gouvernements européens de profiter de "l'accalmie" dans l'activité du virus ainsi que dans les hôpitaux pour tirer des leçons du premier combat mené contre le nouveau coronavirus. Il préconise aussi de travailler sur les mesures à prendre pour faire face à une potentielle seconde vague.

L'expert appelle également les élus à se pencher sur le système de santé de leur pays. "La santé publique mérite vraiment une place prioritaire dans l'agenda politique", a-t-il dit à la radio française. "C'est important que les politiciens, les chefs d'État, les Premiers ministres, n'oublient pas cette importance. Avant, on disait 'la santé est importante pour l'économie'. Aujourd'hui nous l'avons vu, sans santé il n'y a pas d'économie, il n'y a pas de sécurité nationale", a-t-il conclu.

CDC : "Nous allons avoir l'épidémie de grippe et l'épidémie de coronavirus en même temps"

CDC : "Nous allons avoir l'épidémie de grippe et l'épidémie de coronavirus en même temps"© Adobe Stock

L'OMS n'est pas la seule à craindre une seconde vague de COVID-19. Les autorités médicales américaines sont également très inquiètes. "Il est possible que l'hiver prochain, le virus soit encore plus agressif que pour la période que nous venons de traverser, a déclaré Robert Redfield, directeur du CDC, dans une interview accordée au Washington Post. Et quand je partage mon opinion avec les autres, ils ne comprennent pas ce que je veux dire".

Pourtant, selon le directeur du CDC, l'explication est simple : "Nous allons avoir l'épidémie de grippe et l'épidémie de coronavirus en même temps", a-t-il déclaré.

Covid-19 et grippe en même temps : "une pression inimaginable sur le système de santé"

Le fait d'avoir deux éclosions de pathologies respiratoires simultanées mettrait une pression inimaginable sur le système de santé, a-t-il poursuivi. Avec plus de 1,49 million de cas et près de 90 décès (au 18 mai 2020), les États-Unis sont le pays le plus touché par le coronavirus. Ce nouveau virus a submergé les hôpitaux et généré des pénuries de kits de test, de ventilateurs (ou respirateurs artificiels) et d'équipements de protection pour les agents de santé.

Robert Redfield a ainsi déclaré que les responsables fédéraux et étatiques devaient profiter des mois à venir pour se préparer à ce qu'il nous attend. Les autorités devraient encore sensibiliser la population à l'importance de poursuivre les mesures d'éloignement social, a-t-il déclaré. Ils doivent également intensifier massivement leur capacité à identifier les personnes infectées par le biais de tests, et à trouver toutes les personnes avec lesquelles ils ont été en contact. De cette manière, ils pourraient limiter les nouveaux cas.

Robert Redfield a également déclaré que lui, ainsi que d'autres membres de la Maison-Blanche, ont saisi l'importance de la distanciation sociale "et l'énorme impact qu'elle a eu sur cette épidémie dans notre pays".

Dans le cadre du déconfinement progressif aux USA, des directives instaurées par la Maison-Blanche ont été publiées la semaine dernière. Elles ont été prises en faveur d'une réouverture progressive du pays et annoncent des tests pratiqués par les équipes du CDC sur les cas asymptomatiques, qui sont déjà en cours dans des établissements de santé de quatre États : le Nebraska, le Nouveau-Mexique, le Dakota du Nord et le Tennessee.

Covid-19 : quelles mesures aux USA pour anticiper la deuxième vague ?

Covid-19 : quelles mesures aux USA pour anticiper la deuxième vague ?© Istock

Le CDC a rédigé des directives détaillées pour les gouvernements des différents États pour garantir un déconfinement en toute sécurité. Robert Redfield a déclaré que ces directives seront "accessibles au public sous peu".

Recruter du personnel soignant

Le CDC compte environ 500 employés aux USA, travaillant sur une variété de problèmes de santé publique. Désormais, la plupart d'entre eux seront affectés à la lutte contre le Covid-19, a précisé le chef du CDC.

Le CDC prévoit également d'embaucher au moins 650 autres experts pour "augmenter considérablement" le personnel de santé publique dans les États et aider à la recherche, entre autres, a-t-il ajouté.

Le recours à des bénévoles

Robert Redfield a reconnu qu'une main-d'œuvre plus importante était nécessaire. Il a évoqué la possibilité de faire appel à des volontaires du Peace Corps et d'AmeriCorps (association mettant à disposition des volontaires formés aux États-Unis pour aider les états dans des conditions difficiles, relevant du domaine social et économique).

Des "recenseurs" pour retrouver toutes les personnes qui ont été en contact avec les malades

En outre, le chef du CDC mentionne aussi le Bureau du recensement des États-Unis, lorsqu'il évoque les soutiens possibles. Il s'agit d'une administration publique américaine qui donne des estimations sur les populations américaines et mondiales.

Si l'organisation a précédemment suspendu ses opérations en raison de la pandémie, Robert Redfield indique qu'il serait possible d'avoir recours aux recenseurs. "Ils pourraient être formés pour faire partie d'un effort complet de recherche des contacts", a-t-il dit. Concrètement, les USA pourraient faire appel aux recenseurs pour retrouver les personnes qui ont été en contact avec les patients diagnostiqués positifs au Covid-19.

L'ancien directeur du CDC, Tom Frieden, a estimé que jusqu'à 300 000 traceurs de contact seraient nécessaires aux États-Unis. Le Johns Hopkins Center for Health Security et l'Association of State and Territorial Health Officials - qui représente les services de santé des États - estiment que 100 000 traceurs de contact supplémentaires sont nécessaires et demandent 3,6 milliards de dollars en financement d'urgence du Congrès.

"Ce sont toutes des discussions qui se poursuivent pour essayer de déterminer quelle est la stratégie optimale à utiliser", a-t-il déclaré. "Et cela peut être une combinaison des trois."

Covid-19 : l'intérêt de se faire vacciner contre la grippe

Covid-19 : l'intérêt de se faire vacciner contre la grippe© Istock

Pendant les mois d'été, les autorités de santé américaines devraient convaincre les Américains d'anticiper l'automne en se faisant vacciner contre la grippe, selon le directeur de la CDC. De cette façon, on pourrait limiter le nombre de personnes hospitalisées pour la grippe. Selon Robert Redfield, se faire vacciner contre la grippe, "pourrait permettre à votre mère ou à votre grand-mère, qui pourraient contracter le coronavirus, d'avoir un lit d'hôpital".

En effet, en réduisant le nombre de patients hospitalisés à cause de la grippe, on assurerait plus de lits pour les malades du Covid-19.

Heureusement, l'arrivée du nouveau coronavirus aux États-Unis est intervenue alors que la saison régulière de la grippe diminuait, a-t-il encore relevé.

Si la première vague de l'épidémie de coronavirus et de la saison de la grippe avait atteint son apogée en même temps, "cela aurait pu être vraiment, vraiment, vraiment difficile compte tenu des capacités des hôpitaux".

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

'The pandemic is not over': WHO chief urges Europe to brace for second wave, Telegraph 14 mai 2020

Exclusive: Second more deadly wave of coronavirus 'to hit Europe this winter', The Telegraph, 18 mai 2020

"Sans santé, il n'y a pas d'économie", assure le patron Europe de l'OMS, Europe 1, 15 mai 2020

CDC director warns second wave of coronavirus is likely to be even more devastating, The Washington Post, 22 avril 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.