Deconfinement : les departements ou le taux d’incidence est le plus bas

À quinze jours du déconfinement, annoncé le 3 mai 2021, les indicateurs épidémiologiques sont encore loin d’être au vert. En effet, la quasi-totalité des départements français ont un taux d’incidence supérieur à 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants - une majorité dépasse même les 400 cas. Or, ce dernier chiffre était considéré comme le “seuil d’alerte maximal” pouvant justifier un confinement par zone, il y a seulement quelques semaines, avant que cette mesure ne soit étendue à l’échelle nationale.

Pourtant, six départements semblent se démarquer avec un taux d’incidence inférieur à 250 cas pour 100 000 habitants et sont donc les mieux partis pour aborder sereinement le déconfinement. Nous vous les listons dans ce diaporama.

Déconfinement : quels établissements rouvriront en premier ?

Jeudi 15 avril, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a donné plus de détail sur le plan de réouverture des établissements fermés, pour certains, depuis six mois. Ces déclarations faisaient suite à une réunion qui s’était tenue le jour-même à l’Élysée.

Mi-mai, “des lieux où l’on ne prend pas de risques”, tels que les terrasses des restaurants et cafés, les musées et certaines activités de plein air pourraient rouvrir, sous réserve de la mise en place de règles sanitaires strictes. Suivra une réouverture progressive des autres établissements, “toutes les trois semaines si tout va bien”, a indiqué le président de la République lors d’une visioconférence avec une quinzaine de maires.

Les commerces jugés “non-essentiels” devraient, eux aussi, rouvrir leurs portes autour du 15 mai. Quant aux autres lieux culturels, comme les cinémas et les salles de spectacle, et les salles intérieures des bars et restaurants, aucune date n’a été annoncée.

En ce qui concerne l’enseignement, les écoles maternelles et élémentaires devraient rouvrir le 26 avril, suivies par les collèges et lycées le 3 mai, avec une rentrée en demi-groupes pour ces derniers. Pour l’instant, la sortie du couvre-feu n’est pas encore prévue.

Le confinement pourrait-il être prolongé ?

Bien sûr, ce calendrier de déconfinement progressif ne sera mis en place que si la situation sanitaire évolue de façon positive. Or, pour l’instant, les indicateurs sont encore loin d’être au vert. Interrogé par nos confrères de La Voix du Nord, le Pr Philippe Amouyel, professeur de Santé publique à l’université de Lille, estime que “les quatre semaines de confinement imposées par le Président pourraient être prolongées”.

“L’impact des mesures prises risque d’être long. Nous sommes encore sur un plateau de contamination qui reste très élevé (de l’ordre de 40 000 par jour). Dans le Nord, nous sommes plus haut que lors de la première vague et nous tenons grâce aux déprogrammations. Oui, le problème est que le niveau de contamination reste trop élevé et que si on libère trop vite, l’épidémie va reprendre rapidement”, précise l’expert.

Il déplore également la réticence de nombreux français fasse à la vaccination, qui risque de nous empêcher d’atteindre l’immunité collective, indispensable pour pouvoir retrouver une vie normale. D’après lui, la vaccination va heurter un plafond de verre aux alentours de 60 % de personnes vaccinées en France et cela ne sera pas suffisant pour atteindre l’immunité collective, qui dépasse les 80 %”.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.