Covid-19 : les ronfleurs ont un risque plus élevé de mourir

Selon une récente étude menée par les scientifiques de l’Université de Warwick (Royaume-Uni), le risque de mourir du coronavirus serait plus élevé chez les ronfleurs. Cette conclusion a été publiée le 8 septembre dans la revue Sleep Medecine Reviews.
Covid-19 : les ronfleurs ont un risque plus élevé de mourirIstock

Réalisée par des scientifiques britanniques de l’Université de Warwick, l’étude révèle que des personnes atteintes du syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) ont plus de risques de mourir ducoronavirus. L’apnée du sommeil est une maladie très fréquente puisqu'elle touche environ 2,5 millions de personnes en France. Elle se caractérise par un trouble de ventilation nocturne due à des pauses respiratoires.

Pour rappel, parmi les personnes les plus à risques de complications en cas de Covid-19, on retrouve les populations de plus de 60 ans, les patients qui souffrent de pathologies cardiaques (comme l'hypertension artérielle) ou de maladies chroniques respiratoires. Les patients atteints d’un cancer font également partie des individus fragiles.

Coronavirus : les ronfleurs ont trois fois plus de risque de mourir

Pour arriver à la conclusion de leur étude, les experts de l’Université de Warwick ont analysé dix-huit travaux menés précédemment sur l’apnée du sommeil. Celle-ci provoque des ronflements et des étouffements lorsque les muscles se détendent et bloquent pendant un instant les voies respiratoires durant le sommeil.

Selon les scientifiques, les personnes souffrant de SAOS aurait plus de risques d’être hospitalisés ou de mourir du Covid-19. L'étude révèle que leur risque de décès serait environ trois fois plus élevé.

“Il est probable que le Covid-19 augmente le stress oxydatif et l’inflammation. Il aurait également des effets sur les voies de la bradykinine (qui aident normalement à contrôler la pression artérielle) qui sont également affectées chez les patients souffrant d’apnée obstructive du sommeil. Lorsque vous avez des individus dans lesquels ces mécanismes sont déjà affectés, il ne serait pas surprenant que la Covid-19 les affecte plus fortement”, explique le Dr Michelle Miller, l’un des auteurs de l’étude.

Une étude ciblée sur des patients diabétiques

L'étude britannique a été menée sur 1 300 patients diabétiques souffrant d’apnée obstructive du sommeil. Et pour cause, ce trouble du sommeil est davantage fréquent chez les personnes diabétiques, mais aussi les personnes en surpoids ou celles qui ont de l’hypertension artérielle. Ces dernières courent un plus grand risque que d’autres et doivent rester très vigilants face à la Covid-19.

“Il s'agit d'un groupe de patients qui devraient être plus conscients du fait que l'apnée obstructive du sommeil pourrait être un risque supplémentaire s'ils contractent la Covid-19. Assurez-vous de respecter votre traitement et prenez autant de précautions que possible pour réduire votre risque, comme le port d'un masque, la distanciation sociale et le dépistage dès que vous remarquez des symptômes", ajoute le Dr Miller.

D’autres études restent nécessaires pour pouvoir réellement mesurer l’impact de l’apnée obstructive du sommeil sur les patients atteints du Covid-19. Néanmoins, ces premiers résultats devraient inciter les populations à prendre les précautions nécessaires.

Il reste un problème à prendre en compte : de nombreuses personnes ne sont pas conscientes d’être atteinte d’apnée du sommeil et ne réalisent pas les risques qu’ils encourent

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.