Covid-19 : les actes medicaux qui ont enregistre le plus de deprogrammations

Dans un précédent article, nous vous avions listé les opérations susceptibles d’être déprogrammées à cause de la deuxième vague de Covid-19. Mais savez-vous quelles sont les interventions chirurgicales et les rendez-vous médicaux qui ont le plus pâtis de cette crise sanitaire ? Découvrez-les dans ce diaporama, chiffres à l’appui.

2 millions d’opérations annulées pendant la première vague

La Fédération hospitalière de France (FHF) vient de publier les données dont elles disposent sur les déprogrammations. Et les chiffres sont alarmants. Pas moins de deux millions d’hospitalisations ont été annulées dans les établissements publics et privés, rien qu’entre le milieu du mois de mars et le milieu du mois de juin.

Par ailleurs, un demi-million de consultations médicales importantes ont été décommandées, dont certaines concernaient le suivi de patients victimes d’un infarctus ou d’un accident vasculaire cérébral.

L’activité chirurgicale a baissé de 58 % au printemps dernier

Si l’on rapporte ces chiffres en pourcentage, l’activité chirurgicale a été diminuée de 58 % entre le 16 mars et le 10 mai 2020, la chirurgie ambulatoire étant la plus impactée, puisqu’elle concerne souvent des opérations moins urgentes. De son côté, l’activité de médecine a baissé de 39 %.

D’après la FHF, ce retard dans les prises en charge n’a pas pu être complètement rattrapé. D’autant qu’avec la deuxième vague de Covid-19, de nouvelles déprogrammations ont eu lieu.

“Il y aura plusieurs milliers de morts supplémentaires par cancer”

Frédéric Valletoux, président de la Fédération, estime que certaines déprogrammations relèvent de “l’absurdité”, puisque certaines régions ont été relativement épargnées par la première vague ; leurs hôpitaux étaient donc moins saturés. “Pendant la deuxième vague, la situation a été mieux gérée, avec des déprogrammations graduelles et régionalisées”, précise-t-il.

Dans une interview accordée à La matinale de LCI, Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer et généticien, affirme lui aussi que le deuxième confinement n’a pas entraîné autant de déprogrammations que le précédent. Il prévoit néanmoins une hausse de la mortalité par cancer dans les mois et les années à venir.

"Il y a une absolue certitude qu’il y aura plusieurs milliers de morts supplémentaires par cancer qu’il n’aurait dû y en avoir s’il n’y avait pas eu le Covid", déplore Axel Kahn. Un excès de mortalité qui pourrait aussi être constaté chez les patients en attente de greffe, ou atteints de maladies cardiovasculaires.

Les hôpitaux entament une reprogrammation progressive 

La FHF a toutefois indiqué ce mardi 24 novembre que les hôpitaux commencent une “reprogrammation très, très prudente” des actes chirurgicaux et médicaux, hors Covid-19. “Dans le cas où il y a eu déprogrammation, il y a, depuis la fin de semaine dernière ou le début de cette semaine, en fonction des territoires, une reprogrammation progressive”, a annoncé Zaynab Riet, déléguée générale de la Fédération, lors d'une conférence de presse.

> De plus en plus de femmes renoncent à la chirurgie esthétique et utilisent cette pilule à la place.

Sources

Les données alarmantes de la déprogrammation, Journal International de Médecine, 24 novembre 2020.

"Il y aura plusieurs milliers de morts supplémentaires par cancer" : Axel Kahn alerte sur la déprogrammation des soins, LCI, 23 novembre 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.