Le vaccin a-t-il fait sa première victime ? Le 4 janvier dernier, un gynécoloque américain de 56 ans est décédé à Miami après avoit été vacciné contre la Covid-19. Comme le rapporte Pourquoi docteur ?, le médecin est mort d'un purpura thrombopénique immunologique (PTI). Il s'agit d'un trouble sanguin entraînant la destruction des plaquettes de sang, ce qui empêche sa bonne coagulation. Ayant été vacciné le 18 décembre dernier contre le coronavirus, le 18 décembre dernier, sa femme est convaincue que sa mort est lié au vaccin Pfizer qu'il a reçu.

Pour l'instant, aucun lien de causalité n'a encore été démontré entre son décès et l'injection du vaccin, mais son épouse assure dans un long post Facebook que le médecin a présenté de petites tâches rouges sur les mains et les pieds seulement trois jours après l'administration du vaccin. Elle explique que le docteur aurait immédiatement compris qu'il s'agissait de petites hémorragies causées par l'infiltration du sang sous la peau et se serait rendu aux urgences. Malgré le diagnostic de PTI établi, il serait mort quelques jours plus tard. Les médecins ne seraient pas parvenues à faire remonter son taux de plaquettes dans le sang.

Pfizer nie pour l'instant toute implication

Selon les propos de la femme du médecin rapportés par The New York Times, l'homme ne présentait pas d'antécédents médicaux majeurs. De son côté, Pfizer nie tout lien entre le décès du médecin et son vaccin. "À ce jour, des millions de personnes ont été vaccinées et nous surveillons de près tous les événements indésirables chez les personnes recevant notre vaccin", a estimé le laboratoire dans un communiqué relayé par l’agence de presse Bloomberg. "Il est important de noter que les événements indésirables graves, y compris les décès sans rapport avec le vaccin, sont malheureusement susceptibles de se produire", conclut Pfizer.

Une autopsie a été réalisée et on en saura davantage sur l'implication du vaccin dans les causes du décès du praticien de 56 ans dans les prochains jours. En France, 422 127 personnes ont été vaccinées au 17 janvier, et seulement six cas d'effets indésirables, avec une évolution favorable, ont été rapportés par l'ANSM : 4 cas de réactions allergiques et 2 cas de tachycardie.

6 cas d'effets indésirables en France

L’ANSM a également été informée du décès d’une personne résidant en Ehpad et vaccinée contre la Covid-19 le 13 janvier avec le vaccin Comirnaty. "Aucun effet indésirable immédiat n’a été constaté suite à la vaccination", indique l'Agence. Si le décès est intervenu environ deux heures après la vaccination et a pu susciter des doutes, le patient ne présentait pas de signes physiques de réactions allergiques. "Au regard de ces éléments, des antécédents médicaux et du traitement lourd de la personne, rien ne permet de conclure que ce décès est en lien avec la vaccination", ajoute l'Agence du médicament.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.