Sommaire

Certains dentifrices et bains de bouche seraient susceptibles de neutraliser le virus à l’origine du Covid-19 à hauteur de 99,9%. C'est ce qu'il ressort d'études réalisées en octobre par Colgate, et menées en partenariat avec le Rutgers New Jersey Medical School’s (NJMS) Public Health Research Institute et les laboratoires Regional Biosafety. Ainsi, comme le rapporte Le Matin, les dentifrices contenant du zinc ou du chlorure d'étain, ainsi que les bains de bouche contenant du chlorure de cétylpyridinium (CPC), arrivent à neutraliser rapidement ce virus.

En pratique, ce sont les dentifrices Colgate Total et Meridol qui auraient neutralisé le virus après deux minutes de contact, tandis que les bains de bouche Colgate Plax et Colgate Total auraient eu une efficacité similaire au bout de 30 secondes, selon les résultats de l'étude. "Nous en sommes à un stade très précoce de nos recherches cliniques, mais les résultats préliminaires cliniques et de laboratoire sont très prometteurs", assure le Dr Maria Ryan, directrice clinique pour Colgate.

Des produits qui réduisent la transmission et la propagation du virus

Selon elle, "le brossage des dents et les bains de bouche ne constituent pas un traitement ni une méthode de protection complète contre l’infection, mais ils peuvent contribuer à réduire la transmission et ralentir la propagation du virus, complétant ainsi les bénéfices du port du masque, de la distanciation physique et du lavage de main fréquent".

Parallèlement à l’étude en laboratoire, une étude clinique financée par Colgate impliquant environ 50 sujets Covid-19 hospitalisés a été menée à l’Albert Einstein Institute de Sao Paulo. Cette étude a démontré la capacité de Colgate Total (avec CPC et zinc), Colgate Peroxyl, et Colgate PerioGard à réduire sensiblement la quantité de virus dans la bouche de manière temporaire. Les chercheurs prévoient de communiquer leurs conclusions début décembre.

Selon le Dr David Alland, responsable et chef des maladies infectieuses et directeur du Center for COVID-19 Response and Pandemic Preparedness, qui a mené l’étude Rutgers NJMS avec ses confrères les Drs Pradeep Kumar et Riccardo Russo, "étant donné que la salive peut contenir des quantités de virus comparables à celles trouvées dans le nez et la gorge, il semble probable que le virus SARS-CoV-2 issu de la bouche contribue à la transmission de la maladie, particulièrement chez les personnes asymptomatiques, qui ne toussent pas". Il assure ainsi que "cela laisse supposer que la réduction du virus dans la bouche peut contribuer à prévenir la transmission pendant la période où les produits d’hygiène dentaire sont actifs".

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.