Cela fait déjà un mois que des équipes mobiles de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se rendent chez des particuliers, pour remonter les chaînes de contamination du Covid-19. Les personnes suspectées d’être infectées par le coronavirus peuvent ainsi bénéficier d’un accompagnement, de tests de dépistage ou encore d’équipements de protection, sans avoir à sortir de chez elles.

COVISAN : des brigades sanitaires cassent les chaînes de transmission du virus

Baptisé COVISAN, ce dispositif a été lancé le 15 avril dans quatre établissements pilotes (l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, l'hôpital Avicenne, l'hôpital Bichat-Claude Bernard et l’hôpital Louis-Mourier), avant d’être déployé dans d’autres hôpitaux d'Île-de-France. Son but : “éviter une nouvelle vague de patients graves et pouvoir sécuriser le déconfinement”, peut-on lire sur le site de l’AP-HP.

Interrogé par l’AFP, Nicolas Javaud, chef de service aux urgences adultes de Louis-Mourier, précise qu’envoyer des équipes mobiles (terme préféré à celui de “brigade”) permet de "détecter les cas possibles, les isoler et casser les chaînes de transmission".

Visiter les cas suspects et repérer les cas contacts

Un des rôles principaux de ces soignants est d’interroger les patients signalés par les médecins de ville ou les services hospitaliers, comme étant un cas possible de Covid-19. Ils essayent ensuite de repérer tous les contacts qu’ils ont pu avoir au cours des jours précédents (famille, amis, collègues, voisins, personnel du supermarché…) et appellent ces derniers pour les inviter à s’isoler en attendant d’être testés, s’ils estiment qu’ils ont pu être contaminés par le patient.

Au total, 800 personnes ont été formées pour se rendre au domicile de personnes suspectées d’être contaminées au Covid-19, ou déjà testées positives. Plus de 300 visites ont déjà été réalisées, et 1 400 personnes ont été contactées. Ces dernières se sont vu proposer plusieurs mesures : dépistage, conseils, équipement en masque et solution hydroalcoolique, voire hébergement hors du domicile afin de respecter au mieux la quarantaine.

Le nombre de cas contacts risque d’augmenter avec le déconfinement

Pour l’instant, seuls trois des 52 “cas contacts” rencontrés par les équipes de l’hôpital Louis-Mourier ont été testés positifs au coronavirus. Le Dr Javaud précise toutefois que “pendant le confinement, les cas contacts étaient principalement intra-familiaux”, ce qui contribue à expliquer le faible taux de contamination. “Avec le déconfinement, les enquêtes vont devoir probablement s'élargir aux collègues de travail, aux amis".

Parmi les partenaires de ce dispositif, on peut citer la ville de Paris, le département de Seine-Saint-Denis, l’URPS Ile-de-France, les CPTS des territoires pilotes, la Croix-Rouge et Accor.

Sources

Des équipes mobiles de l'AP-HP dans les familles pour "casser les chaînes" de contamination, Orange & AFP, 14 mai 2020. 

Déconfinement : COVISAN, dispositif de dépistage et d'accompagnement des personnes COVID +, AP-HP, 14 mai 2020.

Comment les "brigades" Covid-19 cassent-elles les chaînes de transmission du coronavirus ?, France Info, 13 mai 2020.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.