Covid-19 : comment se manifeste le syndrome du cœur brise ?

Alors qu'on commençait à croire que la Covid-19 nous a fait tout voir, le syndrome du cœur brisé fait couler de l'encre et inquiète les médecins. L’alerte a été lancée par la cardiologue Claire Mounier-Véhier qui, dans un récent communiqué, indique que le coronavirus semble lié à une hausse des "cœurs brisés". Le Pr Mounier-Véhier est cardiologue au CHU de Lille et cofondatrice de Agir pour le Cœur des Femmes.

Nommé originellement "tako-tsubo" dès les années 1990, le syndrome du cœur brisé se manifeste par des symptômes proches de l’infarctus, principalement chez la femme plutôt anxieuse, particulièrement au moment de la ménopause et chez les personnes en situation de précarité. "C’est une urgence cardio-vasculaire encore trop méconnue, à prendre très au sérieux, tout particulièrement en cette période de Covid", met en garde le Dr Mounier-Véhier.

Attention, s'il s'apparente à un infarctus, il n’est pas lié à une obstruction des artères coronaires. Lors d'une situation de stress aigu, le système nerveux s'active, déclenchant la production d’hormones de stress, les catécholamines. Ces dernières accélèrent le rythme cardiaque, augmentent la pression artérielle et contractent les artères coronaires.

"Sous l'effet d’une libération massive de ces hormones de stress, une partie du cœur peut ne plus se contracter. Le cœur se ballonne et prend une forme d'amphore", décrit la cardiologue. C'est le syndrome du cœur brisé. 

La pandémie, qui fait planer un climat anxiogène et stressant, pourrait bien être à l'origine d'une augmentation de victimes du syndrome du cœur brisé. Faites défiler notre diaporama et découvrez les symptômes d'alerte.

Syndrome du cœur brisé : le stress peut paralyser le muscle cardiaque

"L’accumulation de stress conduit à une fragilité émotionnelle, qui peut aboutir à une paralysie du muscle cardiaque, explique le Pr Claire Mounier-Véhier. Le cœur se met en état de sidération face à l’événement de trop, qui aurait pu être anodin en d’autres circonstances".

Ce phénomène peut causer la mort subite, mais aussi des embolies artérielles. Heureusement, selon le cardiologue, cette forme d’insuffisance cardiaque aigue est le plus souvent réversible quand la prise en charge cardiologique est précoce.

En cause l’excès de stress psychosocial et la précarité économique 

Une étude menée par des chercheurs de l’université de Zurich, publiée en 2015 dans la revue New England Journal of Medecine, avait déjà démontré l'impact des chocs émotionnels (perte d’un être cher, rupture amoureuse, annonce d’une maladie…) et physiques (intervention chirurgicale, infection, accident, agression …) sur le cœur.

Une autre étude américaine parue en juillet 2020 a souligné que la pandémie Covid-19 a été considéré comme responsable de nombreux de nouveaux cas de Takostubo : ils ont été multipliés par 4,58 dans plusieurs pays. "En cause  l’excès de stress psychosocial et la précarité économique sont à l’origine de cette flambée de Takostubo !", déplore l'association Agir pour le Cœur des Femmes. 

Selon le Dr Claire Mounier-Véhier ainsi que la Fédération Française de Cardiologue, les femmes seraient en première ligne. "Leurs artères sont particulièrement sensibles aux effets des hormones du stress et se spasment plus facilement", précise l'experte. Quels sont les symptômes qui doivent alerter ? On les aborde dans notre diaporama.

Sources

Et si on parlait aussi des cœurs brisés à la St Valentin ? Ruptures sentimentales, sociales, économiques…Principales causes du Tako-tsubo, syndrome du cœur brisé, Agir pour le coeur des femmes, 27 janvier 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.