COVID-19 : ces masques sont réutilisables à l'infini !

Les masques anti-covid nous accompagnent désormais dans de très nombreux gestes quotidiens. Ce qui finit par peser sur notre porte-monnaie. Heureusement, le modèle chirurgical éphémère et polluant n’est pas notre seule solution. Des masques réutilisables à l’infini ont été mis au point.
COVID-19 : ces masques sont reutilisables a l-infini !

Dans les transports en commun, au travail, à l’école, dans la rue… le masque est devenu obligatoire désormais dans le cadre de la plupart de nos activités quotidiennes. Pour suivre les recommandations des professionnels de santé et des autorités, nous devons ainsi nous procurer un grand nombre de masques.

Masques anti-coronavirus : on a besoin d’environ 60 par mois

En effet, il est recommandé de changer de masque toutes les 4 heures aussi bien pour la version chirurgicale que celle en tissu. Il est aussi conseillé d’en changer lorsque ce dernier est humide ou sali, mais également quand il a été manipulé. Les FFP2 peuvent, de leur côté, être utilisés jusqu’à 8 heures, mais ne doivent pas être remis après avoir été enlevés. Les experts s’accordent pour dire qu’il faut compter au moins 2 masques par jour, soit 62 par mois.

Ainsi s’ils sont les simples d’utilisation, les masques à usage unique - dont le prix a été réglementé - finissent par représenter une dépense conséquente à la fin du mois (la boîte de 50 masques est à 47,50 euros, 95 centimes l’unité). En juillet, l’association de consommateurs CLCV a estimé qu’une personne dépensait 57 euros par mois en masques (deux du lundi au vendredi, un les samedi et dimanche).

Les masques en tissu dont les tarifs varient en moyenne entre 4 et 20 euros est une solution plus économique : environ 24€ par mois (8 masques mensuels).  Ils sont en effet lavables. Toutefois en fonction de leur composition, ces derniers perdre de leur efficacité de filtration à chaque lavage. Selon les tissus utilisés, ils peuvent être lavés 5, 10, 20 ou 30 fois. AFNOR, l’association française de normalisation qui homologue les masques en tissu, rappelle que l’usure du produit peut se manifester par :

  • des déchirures au niveau des plis ;
  • des coutures défaites ;
  • des l iens détendus

De nouveaux masques réutilisables à l’infini

Face à cette problématique économique et écologique, plusieurs entreprises françaises ont développé de nouveaux types de masques réutilisables. Leur durée de vie est beaucoup plus importante, jusqu’à plus de 100 utilisations.

Pour tenir cette promesse, les inventeurs se sont tournés vers d’autres matières comme le silicone ou des bio-plastiques. Par ailleurs, ils ont aussi travaillé sur les filtres. Si ces derniers doivent être régulièrement changés chez la plupart de ces nouveaux modèles, ils limitent la pollution et les coûts. Les différents produits sont présentés dans notre diaporama

Pour limiter l’empreinte écologique de la lutte contre le coronavirus, Geochanvre, une entreprise de l'Yonne, a eu pour sa part imaginé un masque biocompostable. Il est à base de composé d’un feutre filtrant 100% végétal, en fibres naturelles de chanvre français. Si son coût est similaire aux masques chirurgicaux, il a l’avantage de régler la problématique du recyclage.

Source(s):