Covid-19 : ces aliments et emballages sur lesquels le virus reste apres les courses

Lorsque l’épidémie de Covid-19 a débuté, nombreux étaient ceux qui se méfiaient des denrées qu’ils ramenaient des courses, jusqu’à établir parfois une sorte de "sas de décontamination" maison pour s’assurer de ne pas faire rentrer le virus au sein du foyer. Si ce temps n’est pas si loin, il n’était pas non plus insensé. Des chercheurs britanniques se sont de nouveau penchées sur le sujet de l’infection par contact alimentaire, à la demande de la Food Standards Agency (FSA), l’organisme responsable de la protection de la santé publique nationale liée à l’alimentation au Royaume-Uni.

Un taux de survie du virus variable selon les aliments

Alors que plus de 10 000 cas positifs sont encore recensés chaque jour en France, le Covid-19 poursuit sa lancée épidémique à travers le monde. Dans leur nouvelle étude, publiée dans la revue spécialisée de la Food Standards Agency, la survie de la charge virale du Covid peut significativement varier selon les aliments et les emballages répertoriés.

Parmi les aliments observés se trouvaient notamment des fruits et légumes proposés en vrac et sans leur emballage tels que des brocolis, pommes, poivrons et framboises notamment. Les produits frais étudiés comprenaient des aliments comme du jambon en tranches, du cheddar, des viennoiseries et des croûtes de pain blanc et brun.

“Les aliments testés ont été sélectionnés car ils sont généralement vendus en vrac dans les rayons des supermarchés ou non couverts dans les comptoirs de charcuterie ou les étals de marché, ils peuvent être difficiles à laver et ils sont souvent consommés sans autre transformation, c'est-à-dire sans cuisson”, ont précisé les auteurs de l’étude. Concernant les emballages passés en phase de test, “ils ont été sélectionnés car ce sont les matériaux d'emballage alimentaire les plus couramment utilisés ou la consommation du produit peut impliquer un contact direct de la bouche avec l'emballage”.

Le virus face aux pommes et aux olives

Parmi la liste des aliments observés en contact avec le Covid-19, il a été constaté que le virus avait été rendu inactif au bout d’une heure sur les pommes et les olives. “Nous suggérons que les produits chimiques, tels que les flavonoïdes, présents dans la peau des pommes et des olives inactivent le virus

Dans le diaporama ci-après, découvrez les 5 aliments et emballages sur lesquels le virus du Covid-19 reste actif plusieurs heures, voire même plusieurs jours, avant que sa charge virale ne baisse.

Le fromage

1/5
Covid-19 : ces aliments et emballages sur lequel le virus reste après les courses

Le fromage, et particulièrement le cheddar selon l’étude, a conservé des traces du virus à sa surface durant plusieurs jours. “Pour le fromage cheddar et le jambon en tranches, stockés dans des conditions réfrigérées et une plage d'humidité relative, les niveaux de virus sont restés élevés jusqu'à une semaine plus tard, lorsque la période de test a été arrêtée”, ont indiqué les chercheurs.

Le jambon

2/5
Covid-19 : ces aliments et emballages sur lequel le virus reste après les courses

Au même titre que les tranches de cheddar analysées, le jambon à la coupe a lui aussi vu le virus survivre plusieurs jours à son contact. Une autre étude internationale avait observé la survie du Covid-19 durant 231 jours sur des tranches de charcuterie transformée.

Les viennoiseries

3/5
Covid-19 : ces aliments et emballages sur lequel le virus reste après les courses

Les résultats de l’étude ont constaté que le virus diminuait sa charge virale au bout de quelques heures sur les croissants et les pains au chocolat. “Ces pâtisseries sont enrobées d'une dorure liquide, qui peut avoir un effet inhibiteur sur le virus”, selon les spécialistes.

Les canettes en aluminium

4/5
Covid-19 : ces aliments et emballages sur lequel le virus reste après les courses

Pour ce qui concerne les emballages, la durée de survie de la charge virale s’est montrée variable selon les supports. Une “baisse significative des niveaux de contamination virale au cours des 24 premières heures” sur la surface des cannettes en aluminium.

Voir la suite du diaporama

Les barquettes fraîcheur en plastique

5/5
Covid-19 : ces aliments et emballages sur lequel le virus reste après les courses

Au même titre que les cannettes en aluminium, les barquettes en plastique (en polyethylene terephthalate ou PET1) ont vu la charge virale du Covid-19 considérablement diminuer dans les 24 heures, “dans toutes les conditions d’humidité relative” étudiées par les chercheurs.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.food.gov.uk/research/survival-of-sars-cov-2-on-food-surfaces-lay-summary

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.