Coronavirus : un patient a attrapé le COVID-19 deux fois en 48 jours

Un Américain de 25 ans a attrapé deux fois le COVID-19 en 48 jours. Il s’agit du 1ᵉʳ cas recensé au pays de l’oncle Sam et du 5e au niveau mondial.
Istock

Alors que l’immunité au SARS-CoV-2 est au cœur des réflexions alors que nous tentons de sortir de la crise du COVID-19. Le cas présenté dans la revue scientifique The Lancet Infectious Diseases, le 13 octobre 2020, a de quoi inquiéter. Un jeune homme du Nevada (USA) a été contaminé par le nouveau coronavirus deux fois en 48 jours.

COVID-19 : deux infections en moins de 2 mois

Cet Américain de 25 ans avait des symptômes légers du COVID-19 lorsqu’il a été testé positif pour la première fois le 18 avril dernier. Il souffrait de toux, de nausées, de diarrhées ainsi que de maux de gorge et de tête. Le malade s’est rétabli en quelques semaines et a été déclaré guéri après deux tests négatifs.

Toutefois, si les recherches actuelles suggèrent que les personnes guéries seraient immunisées contre le nouveau coronavirus plusieurs mois. Le patient a présenté à nouveau des signes de la maladie le 5 juin. Cette fois-ci, les attaques du SARS-CoV-2 étaient beaucoup plus virulentes. Il présentait notamment des difficultés respiratoires importantes. Ces troubles l’ont conduit à être placé sous oxygène. Si le jeune homme est parvenu à se remettre, son cas intéresse fortement les scientifiques.


Il a attrapé deux formes différentes du SARS-CoV-2

Les analyses, réalisées sur les échantillons prélevés sur le malade, révèlent que l’homme avait été infecté à deux reprises par deux variantes du virus différentes. "La discordance génétique des deux spécimens de SRAS-CoV-2 était plus grande que ne pouvait être expliquée par l'évolution in vivo à court terme", expliquent les auteurs de l’étude de cas.

Le jeune américain dont l’identité n’a pas été dévoilée est le 5e cas de "recontamination sévère" recensé à travers le monde : les précédents se trouvaient à Hong-Kong, en Belgique, aux Pays-Bas et en Équateur.

Les malades guéris du COVID-19 ne serait pas à l’abri

Face à cette découverte, les chercheurs de l’Université du Nevada mettent en garde contre une seconde infection. "Une exposition antérieure au SRAS-CoV-2 pourrait ne pas garantir une immunité totale dans tous les cas. Tous les individus, qu'ils aient déjà reçu un diagnostic de Covid-19 ou non, doivent prendre des précautions identiques pour éviter l'infection par le SRAS-CoV-2", préviennent-ils.

Il est ainsi primordial de respecter les gestes barrières et le port du masque, même pour les personnes qui ont déjà été infectées par le nouveau coronavirus. Le Pr Mark Pandori, auteur principal de l’étude de cas, précise : "il y a toujours de nombreuses inconnues sur les infections au SARS-CoV-2 et la réponse du système immunitaire, mais nos travaux montrent qu’une infection antérieure pourrait ne pas nécessairement protéger contre une infection future".

Il estime que des travaux supplémentaires sont nécessaires pour mieux cerner le nouveau virus. "Il faut davantage de recherches pour comprendre combien de temps dure l’immunité contre le SARS-CoV-2 et pourquoi certaines de ces deuxièmes infections, bien que rares, sont plus sévères", ajoute l’expert.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Genomic evidence for reinfection with SARS-CoV-2: a case study, The Lancet Infectious Diseases, le 13 octobre 2020