Le coronavirus échappé d'un laboratoire chinois selon le Pr Luc Montagnier

Le coronavirus, est-il sorti accidentellement d'un laboratoire chinois à la recherche d'un vaccin contre le SIDA ? D'après le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008 pour la "découverte" du VIH, c'est une évidence. Révélations.
Le coronavirus échappé d'un laboratoire chinois selon le Pr Luc MontagnierIstock
Sommaire

C'est une révélation déroutante. Le professeur Luc Montagnier a expliqué jeudi 16 avril au magazine "Pourquoi Docteur ?", pourquoi il ne croit pas que le Covid-19 provienne d'une contamination dans un marché animalier à Wuhan.

Certaines recherches du laboratoire auraient dépassé les limites

"Le laboratoire de la ville de Wuhan s'est spécialisé sur ces coronavirus depuis le début des années 2000. Ils ont une expertise dans ce domaine" déclare le spécialiste. "Cela m'a poussé à regarder de près la description du génome et la séquence ARN du virus".

C'est ainsi qu'a démarré le début d'une analyse "qui a été faite, non seulement par moi, mais aussi et surtout par mon collègue mathématicien, Jean-Claude Perrez, qui continue à développer cette biomathématique, c'est-à-dire l'application des mathématiques à la biologie", poursuit le professeur.

Il explique avoir analysé "dans les moindres détails" la séquence avec son collègue. Mais "on n'a pas été les premiers, puisqu'un groupe de chercheurs indiens a essayé de publier une analyse qui montre que le génome complet de ce coronavirus avait des séquences d'un autre virus, qui est le VIH, le virus du sida", explique-t-il.

"L'histoire du marché aux poissons est une belle légende"

Le professeur affirme alors que le groupe de chercheurs indien a dû se rétracter après sa publication à cause de "l'énorme pression" subie. Mais il assure que la "vérité scientifique finit toujours par émerger de tout ce qu'on veut cacher".

Selon lui, la séquence de VIHaurait été insérée dans le génome du coronavirus pour tenter de faire un vaccin contre le VIH. "C'est un travail d'apprenti sorcier", commente-t-il, avant d'ajouter que "ce virus a échappé à ses propres auteurs.

L'histoire du marché aux poissons est une belle légende mais ce n'est pas possible. Il y a très peu de chances qu'un virus de chauve-souris se transforme. Je pense, et c'est l'hypothèse la plus raisonnable, qu'ils voulaient faire un vaccin contre le VIH", précise le professeur.

"La nature ne tolère pas n'importe quoi"

L'expert va ensuite encore plus loin : "malheureusement, en biologie moléculaire on peut faire des bricolages, mais on a oublié que nous sommes dans la nature depuis des millions d'années, et que la nature ne tolère pas n'importe quoi. Et quand elle souffre, elle essaye de les éliminer (les corps étrangers, ndlr)", déplore-t-il.

Il indique ensuite que le virus mute naturellement, en passant d'une personne infectée à une autre. Mais, seule bonne nouvelle sur ce sombre tableau "même si on ne fait rien, les choses vont s'arranger, mais au prix de beaucoup de morts", regrette le Pr Montagnier.

"C'est au gouvernement chinois de prendre ses responsabilités"

L'expert regrette qu'actuellement les publications sur l'origine du coronavirus soient interdites, en l'absence de l'accord des autorités gouvernementales chinoises.

Cela renvoie l'idée que la science ne dépend pas de la vérité, de la réalité des choses... mais de la volonté des personnes. Personne n'aura plus confiance dans ce que dit la science, regrette le spécialiste.

L'expert souligne cependant que la Chine "n'est pas la seule responsable", bien que son but n'est pas de "faire une enquête policière". "Il y a une aide américaine derrière ces équipes chinoises. Mais il faut attendre. J'espère tout de même que la Chine est assez grande pour reconnaître son erreur", conclut l'expert, en ajoutant, malgré tout, que "l'erreur est humaine".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.