Coronavirus : pourquoi le vaccin de Sanofi sera-t-il distribué en premier aux États-Unis ?

Ce mercredi, le directeur général du groupe pharmaceutique Sanofi a affirmé que le groupe servirait "en premier" les États-Unis s’il trouvait un vaccin contre le Covid-19, car le pays "partage le risque" des recherches.
Coronavirus : pourquoi le vaccin de Sanofi sera-t-il distribué en premier aux États-Unis ?Istock
Sommaire

C'est une annonce qui fait débat. Le directeur général du laboratoire français Paul Hudson à l'agence Bloomberg, a déclaré ce mercredi 13 mai que "Sanofi servira les Etats-Unis en premier s'il trouve un vaccin contre le nouveau coronavirus" puisque le pays "partage le risque" des recherches. Des propos jugés "choquants" par bon nombre de politiciens et de chercheurs. Le laboratoire est d'ailleurs revenu peu après sur cette annonce.

Les États-Unis servis en premier : un privilège "jugé inacceptable"

Mercredi soir, le groupe Sanofi a créé le polémique en déclarant qu’il servirait en priorité les Etats-Unis s’il trouvait un vaccin contre le Covid-19.

Le gouvernement américain a ainsi "le droit aux plus grosses pré-commandes", a expliqué Paul Hudson, en raison de sa prise de risque dans la recherche d'un vaccin aux côtés du géant pharmaceutique.

Ils "obtiendront les vaccins en premier", a poursuivi Paul Hudson, car "ils ont investi pour essayer de protéger leur population". Une avance qui sera de quelques jours ou quelques semaines sur le reste du monde, a-t-il précisé.

Une annonce qui n'a pas plu à tout le monde, notamment au gouvernement français.

Edouard Philippe, qui s’est entretenu avec le président du groupe pharmaceutique, a affirmé que "l’égal accès de tous au vaccin n’est pas négociable".

Un discours partagé par la secrétaire d’Etat à l’économie, Agnès Pannier-Runacher, qui s'est exprimée au micro de Sud Radio : "Pour nous, ce serait inacceptable qu’il y ait un accès privilégié de tel ou tel pays sous un prétexte qui serait un prétexte pécuniaire." Elle a avoué avoir "immédiatement contacté" le groupe pharmaceutique français après les propos de son directeur général.

Pour le Premier ministre, il ne faut pas oublier que Sanofi est avant tout "une grande entreprise profondément française".

Il a ajouté que le président du conseil d’administration de Sanofi, le français Serge Weinberg lui a donné "toutes les assurances nécessaires quant à la distribution en France d’un éventuel vaccin Sanofi". L'entreprise pharmaceutique aurait en effet toutes les capacités nécessaires de production en France.

Vaccin contre le Covid-19 : une source de profit ?

Quelles sont les raisons qui poussent le groupe a vouloir servir en premier les Etats-Unis ?

Pour Paul Hudson, reponsable CGT chez Sanofi et interviewé sur France info, ce sont avant-tout des enjeux financiers.

"Il est hors de question que, quel que soit le laboratoire pharmaceutique, un laboratoire fasse de l'argent avec un vaccin contre le coronavirus au regard de la pandémie et du danger sanitaire que ça représente."

En résumé : ce vaccin ne doit pas être une source de profit. Le responsable a d'ailleurs "que derrière les paroles du directeur de Sanofi, c'est une volonté d'obtenir de l'argent de l'Europe."

Une contradiction avec le don - gigantesque - qu'a fait Sanofi à ses actionnaires.

Le journal Sud Ouest nous avait ainsi appris fin avril que "l’assemblée générale annuelle du groupe français Sanofi se tient ce mardi 28 avril. A l’ordre du jour figure notamment le versement prévu de près de 4 milliards d’euros de dividendes aux actionnaires."

Le groupe ne manque donc pas d'argent selon Paul Hudson, qui souligne que "ces quatre milliards peuvent servir à développer ce vaccin sans avoir à quémander de l'argent public par ailleurs".

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.