Ecouter l'article :

Le coronavirus impacte-il durablement vos reins ? C'est l'inquiétude du professeur Oliver Gross, membre du département de néphrologie et de rhumatologie du centre médical universitaire de Göttingen, en Allemagne. Comme le rapporte news-medical.net, dès le printemps dernier, la néphrite, inflammation du rein, associée au coronavirus a été identifiée comme un signal d'alerte précoce d'une évolution sévère de la maladie. En effet, les reins sont un organe ciblé très tôt par le coronavirus. Le groupe de recherches dirigé par le professeur Gross a donc examiné 223 patients dans une étude et en a inclus 145 dans une cohorte prédictive. Il a conclu que les changements urinaires précoces, facilement détectables, permettaient de détecter une évolution plus sévère de la Covid-19 chez les patients admis en soins intensifs ou décédés de la maladie.

Les reins, "sismographe de l'évolution de la maladie"

Lors du Congrès de l'Association européenne du rein et de l'Association européenne de dialyse et de transplantation qui se tient du 5 au 8 juin, le Pr. Oliver Gross, responsable de l'étude publiée en mai 2020 dans The Lancet, a rappelé que "cela signifie que les valeurs rénales sont un sismographe pour l'évolution de la maladie Covid-19". Les lésions rénales sont cependant plus qu'un simple marqueur prédictif de l'évolution et des complications de la maladie, mais représentent aussi un facteur de risque de mortalité très important. Plusieurs études ont montré que chez les patients atteints par la Covid-19, l'atteinte rénale, c'est-à-dire l'albuminurie (et/ou l'hématurie), survient souvent à un stade précoce de l'évolution de la maladie. Une étude chinoise a conclu qu'un problème rénal chez les patients contaminés par le Covid-19 aggravait considérablement l'issue de la maladie virale et multipliait par dix la mortalité (1,25% des patients sans atteinte rénale sont décédés contre 11,2% des patients avec atteinte rénale).

Jusqu'à présent, la survenue d'une insuffisance rénale aiguë était le seul facteur prédictif indépendant connu de mortalité du coronavirus, mais il semble que les premiers signes d'atteinte rénale, tels que la protéinurie, l'hypoprotéinémie et le déficit en antithrombine III, aient une importance prédictive également. Cela soulève la question de savoir si des impacts spécifiques à long terme sur les reins peuvent être redoutés après avoir été infecté par le coronavirus. Les données sur l'insuffisance rénale aiguë (IRA) sont relativement claires : dans les cas d'IRA, la fonction rénale se rétablit au bout de sept jours, à la différence de la maladie rénale aiguë, dans laquelle la récupération de la fonction rénale prend plus de temps, à savoir jusqu'à 90 jours. Cependant, il existe également de nombreux patients chez lesquels la fonction rénale ne se rétablit pas du tout, mais se détériore progressivement au cours de la maladie, c'est-à-dire qui développent une maladie rénale chronique. Des informations de Chine assurent que cela serait aussi le cas pour l'infection rénale chronique due au coronavirus.

Vers une maladie rénale chronique ?

"Nous pouvons donc dire qu'un peu plus de la moitié des patients qui acquièrent une infection rénale aiguë développeront par la suite une maladie rénale chronique. Ce taux peut également être attendu après une infection rénale aiguë associée à la Covid-19. Il est important d'amener les personnes touchées en soins de suivi néphrologique afin que la perte de la fonction rénale soit ralentie ou, si possible, arrêtée par un traitement adéquat", alerte le Pr. Gross. La conclusion la plus importante tirée par l'expert est que "le rein doit être au centre du suivi Covid-19, en plus des poumons, du cœur et du système nerveux". Les modifications tissulaires moléculaires entraînées par le coronavirus sur les reins pourraient causer des dommages à long terme aux reins alors qu'un traitement précoce peut stopper la perte de la fonction rénale.

Sources

COVID-19 can cause long-term consequences for the kidneys, news-medical.net, 7 juin 2021. 

https://www.news-medical.net/news/20210607/COVID-19-can-cause-long-term-consequences-for-the-kidneys.aspx

COVID-19-associated nephritis : early warning for disease severity and complications ?, The Lancet, 6 mai 2020. 

https://www.thelancet.com/pdfs/journals/lancet/PIIS0140-6736(20)31041-2.pdf

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.