Définition : qu'est-ce que l'insuffisance rénale ? 

Chaque minute, les reins en bonne santé filtrent environ 100 millilitres de sang, et produisent l'urine pour éliminer les déchets produits par le corps ou venant de l'alimentation (empêchant ainsi l'accumulation de toxines dans le sang).

Ils fabriquent également des hormones qui interviennent sur d'autres fonctions du corps, comme la production de globules rouges et la régulation de la pression artérielle. Ils régissent aussi à la concentration de certains minéraux (potassium, calcium, sodium...) et la quantité d'eau présente dans l'organisme. L'insuffisance rénale est une perte des fonctions rénales :

  • elle est brutale dans le cas d'une insuffisance rénale aigüe ;
  • elle est très progressive dans le cas d'une insuffisance rénale chronique.

Insuffisance rénale chronique ou aiguë ? 

L'insuffisance rénale aiguë

L'insuffisance rénale aigüe (IRA) est une diminution brutale, de l'ordre de 25 % à 50 % ou plus, du fonctionnement rénal pour une durée habituellement brève (quelques jours à quelques semaines).   

L'insuffisance rénale aigüe est en règle générale réversible, au moins partiellement. "Celle-ci n'est pas toujours spontanément réversible, mais le sera à l'aide d'un traitement adapté", commente Frank Martinez, néphrologue à l'hôpital Necker-Enfants malades à Paris.

L'insuffisance rénale chronique 

Dans ce cas, la perte de la fonction rénale est plus progressive, mais elle est plus définitive et très rarement réversible. On parle d'une insuffisance rénale chronique (IRC) lorsque l'insuffisance rénale persiste au-delà de trois mois.

Les chiffres de l'insuffisance rénale 

La Haute Autorité de Santé estime à 3 millions le nombre de Français atteints d'une insuffisance rénale chronique. "En France, 50 000 personnes sont traitées par dialyse et 40 000 personnes ont été greffées. Au total, 90 000 personnes sont traitées par une technique de substitution", note Frank Martinez. Il ajoute : "deux millions de personnes présentent une atteinte rénale modérée et 200 000 à 300 000 personnes souffrent d'une atteinte rénale sévère, la filtration rénale étant inférieure à 30 % de la valeur normale".

Insuffisance rénale : quels sont les symptômes ?

Il y a peu de symptômes de la maladie au cours des premières années, car les reins s’adaptent et compensent leur perte de fonction. Toutefois, certains signes peuvent être évocateurs :

  • l'hypertension artérielle ;
  • la polyurie : une augmentation de l'élimination d'eau ;
  • la nycturie : le fait d'avoir besoin d'uriner plusieurs fois par nuit.

La progression de l'insuffisance rénale entraîne une anémie à l'origine d'une fatigue. "Cette anémie ne se manifeste le plus souvent que lorsque les reins ont perdu 60 à 70 % de leurs fonctions", précise notre expert. "Très souvent, l'insuffisance rénale chronique est révélée par hasard lors d'un examen radiologique lors duquel sont observés des reins trop petits ou lors d'une prise de sang qui montre une anémie", poursuit-il. 

Quelles sont les causes du dysfonctionnement des reins ?

Insuffisance rénale chronique

L'hypertension artérielle et le diabète de type 2 sont des causes dominantes de l'insuffisance rénale chronique (IRC). Ils représentent près de la moitié de l'ensemble des causes. 

Insuffisance rénale aigüe

  • une insuffisance rénale aigüe (IRA) peut survenir lors d'un choc cardiogénique, sceptique, infectieux (Covid-19) ou toxique ;
  • certaines maladies auto-immunes comme le lupus ;
  • une obstruction des voies urinaires ;
  • à l'échelle planétaire, la cause la plus importante de l'IRA, est un état de grande déshydratation (par diarrhée).

Photo : l'anatomie des reins 

 Photo : l'anatomie des reins© Creative Commons

Blausen.com staff (2014). Medical gallery of Blausen Medical 2014 WikiJournal of Medicine 1 (2). DOI:10.15347/wjm/2014.010. ISSN 2002-4436., CC BY 3.0 https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Blausen_0592_KidneyAnatomy_01.png

Hilum : Renal hilum

Renal cortex : Cortex

Renal medulla : Médullaire

Renal papilla : Papille rénale

Renal pyramids : Pyramides

Renal columns : Colonne de Bertin

Fibrous capsule : Capsule

Minor calyx : Petit calice (Calice mineur)

Major calyx : : Grand Calice (Calice majeur)

Ureter : Uretère

Renal pelvis : Bassinet rénal

Renal vein : Veine rénale

Renal artery : Artère rénale

Quelles sont les conséquences d'une insuffisance rénale sur la santé ? 

L'insuffisance rénale est une destruction progressive des reins qui assurent de nombreuses fonctions au sein de l'organisme. Lesquelles consistent à : 

  • filtrer le sang pour éliminer les déchets issus du métabolisme (urée, créatinine, acide urique...) ;
  • maintenir l’eau à un niveau constant dans le corps ;
  • équilibrer les taux de sels minéraux nécessaires à l’organisme comme le potassium, le phosphore ou le sodium ;
  • produire des hormones, des enzymes et des vitamines indispensables à la fabrication des globules rouges, à la régulation de la pression artérielle et à la fixation du calcium.

Reins : quels sont les facteurs de risque ?

Les facteurs de risque de l'insuffisante rénale sont :

  • le diabète de type 2 ;
  • l'hypertension artérielle ;
  • le vieillissement ;
  • l'exposition à des médicaments toxiques (lors d'une chimiothérapie par exemple) ;
  • les maladies génétiques rares comme la polykystose rénale ;
  • des maladies auto-immunes ;
  • une grande prématurité ou grande hypotrophie à la naissance ;
  • une obésité morbide.

Insuffisance rénale : quelles sont les personnes à risque ?

"5 à 6 millions de personnes sont à risque d'atteinte rénale, soit 10 % de la population nationale française", précise le Dr. Frank Martinez.

Les personnes diabétiques (type 2) et en situation d'obésité ont plus de risques de développer une insuffisance rénale. En cause : une sclérose de certaines parties du rein, appelées les glomérules. "Cette sclérose des glomérules est à l'origine d'insuffisance rénale par le biais du diabète qu'elle induit, mais aussi indépendamment du diabète", note le néphrologue.

Les personnes âgées, à partir de 70 ans, ont plus de risques de développer une insuffisance rénale.

Reins : quelle est la durée de la maladie ?

Dans le cadre d'une IRA, la récupération est complète ou presque au bout de quelques jours ou quelques semaines, spontanément ou à l'aide d'un traitement adapté.

Dans le cadre d'une IRC, le patient ne guérira pas. Toutefois, il pourra suivre un traitement et/ou adopter un mode de vie qui ralentira voire stoppera la progression.

L'insuffisance rénale est-elle contagieuse ?

L'insuffisance rénale ne présente pas de caractère contagieux.

Insuffisance rénale : qui et quand consulter ? 

Le médecin généraliste ou de nombreux spécialistes (urologue, endocrinologue, cardiologue, oncologue...) peuvent être à l'origine du diagnostic de l'insuffisance rénale. "Ce sont eux qui dépistent l'atteinte rénale. Le plus souvent, le néphrologue sera consulté alors que l'insuffisance rénale aura déjà été diagnostiquée. Il ajustera le traitement, afin de ralentir voire de stopper la progression de la maladie. Il établira le niveau de fonction des reins et précisera la cause et les éléments d'aggravation possible", commente Frank Martinez.

Insuffisance rénale : les examens et analyses à faire 

Lorsqu'une hypertension artérielle est diagnostiquée, des tests biologiques seront effectués à la recherche d'une possible insuffisance rénale. Ce sera également le cas chez un patient souffrant de nycturie ou de polyurie. 

Diagnostic : les 5 stades de l'insuffisance rénale chronique 

Il existe cinq stades d'insuffisance rénale chronique, du stade 1, le moins grave, au stade 5, le plus grave :

  • Stade 1 : dysfonction rénale légère, plus de 90 % de la fonction rénale assurée.
  • Stade 2 : dysfonction rénale légère, entre 60 et 89 % de la fonction rénale assurée.
  • Stade 3 : insuffisance rénale modérée, entre 30 et 59 % de la fonction rénale assurée.
  • Stade 4 : insuffisance rénale chronique sévère, entre 15 et 29 % de la fonction rénale assurée.
  • Stade 5 : insuffisance rénale chronique terminale, moins de 15 % de la fonction rénale assurée.

Les complications de l'insuffisance rénale

L'hypertension artérielle va de pair avec l'insuffisance rénale. "C'est le cas dans près de 90 % des cas. L'organisme réagit en augmentant la pression de la tension artérielle. Il faut traiter cette tension et la faire diminuer car l'hypertension artérielle accélère la progression de l'insuffisance rénale chronique". 

Complications hors dialyse et greffe :

  • l'anémie ;
  • l'hypertension artérielle qui entraîne des risques cardio-vasculaires ;
  • l'atteinte du métabolisme minéral osseux : le rein joue un rôle important dans le maintien de la calcémie et de la phosphatémie. "Si les reins ne jouent plus leur rôle, les os peuvent se modifier" ; 
  • des complications urémiques (stade sévère et terminal) : grande fatigue, ralentissement, inappétence, neuropathie.

Complications liées aux insuffisances rénales traitées par dialyses et greffes :

La transplantation peut être à l'origine de complications infectieuses, de carcinomes et d'un diabète dit de "post-transplantation".

Les dialysés peuvent souffrir de malnutrition, de dénutrition, d'un défaut d'apport en protéine et présenter une inappétence, selon notre expert.

Quels sont les traitements si les reins ne fonctionnent plus ?

Avant le stade de l'insuffisance rénale sévère ou terminale, l'insuffisance rénale chronique (IRC) évolue progressivement et "nécessite une prise en charge dont l'intensité évolue progressivement. On ne guérit pas d'une IRC, mais on peut ralentir, voire bloquer sa progression. Si on arrive à traiter le diabète, faire maigrir le patient et traiter l'hypertension artérielle, la perte rénale pouvant aller jusqu'à plus de 10 % par an en moyenne peut chuter à 1 % de perte par an, soit un chiffre proche de celui de la perte physiologique de la fonction rénale liée à l'âge", pose Frank Martinez. Il faudra ainsi traiter le diabète et l'hypertension artérielle. 

Contre l'anémie : notre expert préconise une prescription érythropoïétine, une hormone qui entraîne une augmentation du nombre de globules rouges dans le sang. 

Lorsque l'insuffisance rénale atteint le stade terminal, il faut sans tarder instaurer un traitement qui se substituera aux reins, la dialyse et/ou la transplantation.

L'hémodialyse

"Le sang est filtré à travers un dialyseur ou 'rein artificiel', puis restitué", explique Ameli.fr. Cette technique concerne 93 % des patients sous dialyse en France.

La dialyse péritonéale

"Cette technique utilise les capacités de filtration du péritoine. Elle permet des échanges entre le sang et un liquide, nommé dialysat, introduit à l'intérieur de la cavité péritonéale au moyen d'un cathéter souple permanent placé par voie chirurgicale dans l'abdomen. L'objectif de ces échanges est de filtrer les déchets et d'éliminer le surplus d'eau", explique Ameli.fr

La transplantation rénale/greffe de reins

Pour la plupart des patients dialysés en dessous de 75 ans, une greffe rénale est le meilleur traitement pour améliorer la qualité et l'espérance de vie. Le rein peut provenir d'un donneur vivant (un parent compatible), ou d'une personne qui vient de décéder. "Pour les patients greffés, la qualité et la sensation de bien-être sont largement améliorées par rapport à la dialyse, très fatigante, assurant environ 15 à 20 % de la filtration rénale normale, contre 50 à 60 % en moyenne pour la greffe", pose notre expert. 

Dans le cadre de l'IRA, qui engage le pronostic vital du patient, c'est la cause qu'il convient de traiter. Mais avant cela, il faudra dialyser le patient jusqu'à ce que le fonctionnement rénal se rétablisse sous l'effet du temps et du traitement. 

Comment éviter la survenue d'une insuffisance rénale ?

Il est difficile d'éviter la survenue de l'insuffisance rénale, mais un contrôle efficace du diabète et de l'hypertension artérielle et un mode de vie sain peuvent limiter les risques, de progression trop rapide en particulier. 

De plus, plusieurs médicaments sont à éviter, comme les anti-inflammatoires non-stéroïdiens qui peuvent réduire la filtration rénale et les inhibiteurs de la pompe à proton qui "induisent un ensemble d'effets potentiellement délétères pour les reins, une néphrite rarement", développe Frank Martinez.

Autres moyens de prévention : 

  • la réduction pondérale ;
  • l'arrêt du tabac ;
  • le contrôle diététique de la glycémie.

Insuffisance rénale : quel régime alimentaire suivre ?

Les aliments interdits

Éviter les aliments trop riches en sel, en potassium et en phosphore.

Les aliments conseillés

Préférer les protéines d'origine végétale aux protéines d'origine animale. 

Peut-on consommer des proteines lorsqu'on souffre d'insuffisance rénale ?

La réponse du Dr Frank Martinez : "le contrôle de l'apport en protéine dans l' alimentation est important quand la filtration s'abaisse en dessous de 45 % de la valeur normale. Il est utile de consommer une quantité restreinte de protéine de bonnes qualités de bonne valeur biologique soit 0,6 à 0,8 gramme de protéine par jour et par kilo corporel. Ce régime alimentaire peut contribuer à ralentir la progression de l'insuffisance rénale et diminuer l'expression de l'urémie (excès de phosphore, excès d'acidité dans le sang)"

Associations et sites d'information

L'association France Rein

Le traitement de la maladie rénale chronique, ameli

Sources

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/insuffisance-renale

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2012-04/guide_parcours_de_soins_mrc_web.pdf