C’est le nouveau médicament qui suscite l’espoir. Le laboratoire américain Merck va demander l’autorisation de l’Agence des médicaments américaine (FDA) afin de commercialiser un traitement par voie orale contre le coronavirus qui "réduit de façon significative les risques d’hospitalisation ou de décès" selon le laboratoire. Si jamais cette pilule antivirale appelée molnupiravir était autorisée, il s’agira du premier médicament oral à être mis sur le marché pour soigner le coronavirus. Fabriquée par Merck et Ridgeback Biotherapeutics, la molécule était initialement conçue pour traiter la grippe. "C'est un traitement qui se prend rapidement et dès le premier symptôme clinique. Donc, il faut faire un test le plus vite possible et se tourner vers son médecin généraliste. Ensuite le traitement, à base de comprimé, dure 5 jours", explique auprès de LCI Philippe Bonnard, directeur médical de Merck. Selon l’AFP, notamment relayée par 20 Minutes, le laboratoire assure que ce médicament permet de diviser par deux les risques d’hospitalisation et de décès selon les résultats d’un essai clinique.

Des hospitalisations divisées par deux

Le laboratoire assure en effet que l’essai mené sur 775 personnes a démontré que le taux d’hospitalisation ou de décès chez les patients ayant reçu le médicament était de 7,3%, contre 14,1% chez ceux s’étant vu administrer un placebo. Le médicament a donc permis de diviser par deux les hospitalisations et de décès. Aucun mort n’a en effet été à déplorer chez les personnes qui avait reçu le molnupiravir, contre 8 décès chez le groupe des personnes ayant reçu un placebo. La pilule antivirale aurait également la capacité d’empêcher le virus de répliquer en permettant aux personnes ayant été en contact rapproché du virus de ne pas le développer. Les données ont été révélées ce vendredi 1er octobre et le professeur Peter Openshaw, de l’Imperial College de Londres, a qualifié le résultat de l’essai clinique de "remarquable s’il était confirmé". "Nous ne nous attendons pas vraiment à voir des données aussi impressionnantes pour un antiviral ", a-t-il confié.

Ce type de traitement par pilule orale est extrêmement avantageux car il permet de ne pas développer de formes graves et d’être traité à domicile, désengorgeant les services hospitaliers. "Les traitements antiviraux qui peuvent être pris à la maison pour garder les personnes infectées par le Covid-19 hors de l’hôpital sont absolument nécessaires", a en effet confié dans le communiqué de Merck Wendy Holman, une responsable de Ridgeback Biotherapeutics. Anthony Fauci, le conseiller de la Maison Blanche sur la crise sanitaire, a déjà assuré que les données de l’essai clinique étaient "impressionnantes". Pour rappel, les traitements anti-Covid actuellement disponibles tels que les anticorps monoclonaux ou le remdesivir de Gilead sont administrés par intraveineuse. "Ce n’est pas un médicament miracle, mais un outil pour accompagner la vaccination", assure de son côté sur Twitter Peter Hotez, professeur au Baylor College of Medicine de Houston au Texas. Le gouvernement américain a acheté à l’avance 1,7 million de doses du médicament pour un coût de 1,2 milliard de dollars avec une approche de tarification échelonnée.

Sources

Coronavirus : Merck demande l’autorisation aux Etats-Unis de commercialisation d’un médicament oral, 20 Minutes, 1er octobre 2021.

https://www.20minutes.fr/monde/3138107-20211001-coronavirus-merck-demande-autorisation-etats-unis-commercialisation-medicament-oral

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.