Ecouter l'article :

Un choc cytokinique ou syndrome de libération des cytokines est une production excessive de cytokines déclenchée par un agent pathogène et qui se manifeste par une violente réponse inflammatoire du système immunitaire. En d'autres termes, c'est une réaction de votre organisme, lorsque celui-ci est menacé.

"Les preuves s’accumulent pour suggérer qu’une partie des patients souffrant de formes sévères de Covid-19 sont sujets d’un syndrome de choc cytokinique", écrit Jessica Manson, spécialiste des phénomènes inflammatoires à l’University College Hospital de Londres.

Ce phénomène qualifié de "tempête hyperinflammatoire" est repéré et décrit depuis une vingtaine d’années seulement. Il a été pointé du doigt pour expliquer la dangerosité de deux autres maladies respiratoires provoquées par des coronavirus, comme le SRAS. On le suspecte aussi de s'être manifesté lors de grandes pandémies grippales, telle la grippe espagnole, qui a tué environ 50 millions de personnes en 1918-19.

Choc cytokinique : ce phénomène pourrait être responsable de la mort des patients

À titre d'informations, les cytokines se caractérisent par des substances naturellement produites par les cellules de votre système immunitaire afin de réguler l’action immunitaire. C'est une réponse naturelle de défense de l'organisme lorsqu'il est agressé.

On observe un emballement du système immunitaire débouchant sur une réaction hyperinflammatoire pouvant devenir létale. On parle aussi d’orage cytokinique !

Choc cytokinique : ce phénomène pourrait être responsable de la mort des patients

Pour le spécialiste américain en microbiologie et immunologie, Stanley Perlman, "une réponse immunitaire exubérante est ce qui véritablement tue les patients [atteints de Covid-19, ndlr] en détruisant les tissus. Mais ce n’est pas une certitude", ajoute-t-il.

La médecine voudrait atténuer ces réponses inflammatoires excessives

Face à ce phénomène, la médecine tente des essais. L'idée serait de pouvoir calmer la réaction hyperinflammatoire au niveau des poumons, sans pour autant abaisser les barrières immunitaires des malades victimes de coronavirus.

À Paris, le groupe hospitalier public AP-HP a lancé ces derniers jours l’essai CORIMMUNO pour tester plusieurs médicaments contre ces réactions inflammatoires excessives. "À l’heure actuelle, il n’existe aucune approche thérapeutique efficace et éprouvée contre ce phénomène", déplore le Pr Perlman.

L’universitaire en profite pour souligner que les corticoïdes, médicaments anti-inflammatoires courants, serait "à coup sûr délétère" pour les malades de Covid-19.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.