Selon un sondage réalisé par Le Figaro et France Info fin décembre, 58 % des Français ne veulent pas se faire vacciner contre la COVID-19. Et ce n’est pas le sex symbol de l’Hexagone des années 1960 qui montrera l’exemple. Brigitte Bardot ne cache pas son opposition au produit développé par Pfizer.

"Un phénomène envoyé par la nature pour rééquilibrer la chaîne écologique"

L’épidémie du coronavirus a fait de nombreuses victimes, aussi bien sur le plan sanitaire qu’économique, à travers le monde. Toutefois, Brigitte Bardot porte un regard sévère sur cette crise. Elle a confié aux journalistes du magazine Ici Paris paru le 6 janvier que 2020 a été "un désastre obsessionnel ravageur qui met le monde au bord du gouffre que l’être humain a lui-même provoqué, inconscient de sa faiblesse devant la force de la nature. Car le virus est un phénomène envoyé par la nature pour rééquilibrer la chaîne écologique saccagée par la puissance dominatrice humaine".

L’actrice de 86 ans fait partie des personnes à risque face au SARS-CoV-2. Pourtant, elle ne compte pas profiter des vaccins anti-covid. Lorsque les journalistes lui ont demandé si elle se ferait injecter les produits mis au point par Pfizer ou encore Moderna, elle n’a pas mâché ses mots. "Certainement pas !", a-t-elle répondu. Elle craint entre autres les "effets secondaires" méconnus. Elle a ensuite ajouté : "ce vaccin risque d’être inutilisable, car le virus va muter. Il a déjà commencé".

La protectrice de la cause animale s’inquiète aussi des conséquences de la recherche. "Ce n’est que le début d’une course au pognon pour les laboratoires et aux sacrifices par milliers pour les animaux-cobayes", assure-t-elle. L'octogénaire conclut "les animaux sont les souffre-douleur de l’humanité. Le virus est là pour remettre les pendules à l’heure !".

Brigitte Bardot n’est pas inquiète pour sa santé

Si la star connue pour ses coups de gueule, est si prompte à refuser le vaccin, c’est qu’elle n’est pas inquiète face à la COVID-19. Elle avait confié dans une précédente interview publiée dans les pages du JDD : "ce qui doit arriver, arrivera. En même temps, je ne vois personne et je ne sors pas de chez moi. Je n'ai pas de médecin (...) Ça fait quarante ans que je ne mange plus de viande. Je me contente de légumes, d'œufs et de salade."

"Ce ne sont pas mon cheval, mon cochon ou ma chèvre qui vont me le refiler. Je n'ai pas besoin de faire attention puisque je ne vois personne", avait-elle dit à d’autres confrères.

Pour mémoire, la campagne de vaccination contre la COVID-19 a débuté le 27 décembre. Les personnes pouvant en bénéficier actuellement sont :

  • les personnes âgées résidant en Ehpad et les personnels soignants de ces établissements ;
  • les personnels de santé, pompiers et aides à domicile de 50 ans et plus.

Les vaccins seront proposés aux personnes de plus de 75 ans qui ne résident pas en Ehpad à partir de fin janvier. Les plus de 65 ans et les soignants de plus de 40 ans devront surement attendre février/mars.

> De plus en plus de femmes renoncent à la chirurgie esthétique et utilisent cette pilule à la place.

Sources

La population française reste en majorité réfractaire à la vaccination, Le Figaro, 3 janvier  2021

Covid-19 : Brigitte Bardot prête à se faire vacciner ? “Ce vaccin risque d’être inutilisable”, Femme Actuelle, 6 janvier 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.