Ecouter l'article :

Nouveau rebondissement autour du vaccin AstraZeneca. Les 533 302 personnes de moins de 55 ans ayant reçu une première dose du vaccin d’AstraZeneca entre le samedi 6 février et le samedi 13 mars devraient recevoir leur deuxième injection avec un vaccin à ARN messager, c’est-à-dire un vaccin produit par Pfizer-BioNTech ou Moderna. C'est l'avis de la Haute autorité de santé, rendu ce vendredi 9 avril. Une décision qui fait notamment suite au communiqué de ce mercredi 31 mars de l'Agence européenne du médicament (EMA) qui a reconnu qu'il existait des risques "très rares" de caillots sanguins après une injection du vaccin AstraZeneca. La Haute Autorité de santé souhaite respecter l'intervalle de douze semaines préconisée entre les deux vaccins.

Dans son avis, la Haute Autorité de santé précise que "la stratégie de recourir à un schéma de vaccination en deux étapes utilisant pour la deuxième injection un vaccin relevant d’une technique différente de la première est appelée 'prime-boost hétérologue' et de nombreux arguments sont en faveur de cette stratégie, déjà mise à profit dans le contexte du développement de certains vaccins (VIH notamment)". Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a pour sa part assuré que ce choix était "totalement logique" ce vendredi 9 avril au matin sur RTL. Limiter les injections AstraZeneca "est une mesure de précaution" et "il est tout à fait normal de proposer une deuxième injection d'ARN messager dans les 12 semaines" qui suivent afin de respecter les délais selon lui. Il a rappelé notamment qu'il faisait partie des plus de 530 000 personnes ayant reçu une première injection d'AstraZeneca et ayant moins de 55 ans. Le ministre de la Santé a d'ailleurs reçu ce lundi 3 mai après-midi une injection de vaccin anti-Covid Moderna à Melun, en Seine-et-Marne, où il avait déjà reçu une première dose d'AstraZeneca début février.

L'OMS s'oppose à "l’interchangeabilité des vaccins

La HAS recommande toutefois "de mettre en place en place très rapidement une étude pour évaluer en vie réelle la réponse immunitaire conférée par le schéma de vaccination mixte recommandé". Un choix qui n'a pas été validé par l'OMS, qui s'oppose au changement de vaccin entre les deux doses, faute de "données adéquates". Les experts de l’OMS ont en effet assuré que "l’interchangeabilité des vaccins n’est pas quelque chose qu’ils pouvaient recommander à ce stade" via leur porte-parole, Margaret Harris, lors du briefing régulier de l’ONU à Genève ce 9 avril.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Covid-19 : quelle stratégie vaccinale pour les moins de 55 ans ayant déjà reçu une dose d’AstraZeneca ?, Haute Autorité de santé, avis du 9 avril 2021. 

AstraZeneca : les moins de 55 ans devraient avoir un autre vaccin en 2e dose, selon Olivier Véran, RTL, 9 avril 2021. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.