Santé Canada ne compte formuler aucune nouvelle recommandation après que deux personnes au Royaume-Uni ont signalé avoir subi des réactions allergiques graves au vaccin de Pfizer-BioNTech. Selon le Huffington Post, l'agence fédérale estime "que les avantages du vaccin l’emportent sur les risques".

En effet, dans un communiqué publié ce samedi 12 décembre, Santé Canada dit avoir examiné les éléments de preuve connus à ce jour sur ces cas d'allergie et confirme que "la monographie de produit et les directives de santé publique actuelles sont appropriées". L'agence fédérale estime en effet que les deux personnes s'étant plaint d'allergies après avoir reçu le vaccin Pfizer-BioNTech avaient déjà eu des antécédents de réactions allergiques graves et avaient sur elles un auto-injecteur d’adrénaline. Elles ont par ailleurs toutes deux reçu des soins et sont maintenant rétablies. Pour rappel, le Royaume-Uni est le premier pays à lancer une campagne de vaccination en utilisant le produit conçu et fabriqué par Pfizer-BioNTech.

Santé Canada estime en outre que tous les vaccins sont accompagnés d’une mise en garde contre le risque de réactions allergiques graves, dont l’anaphylaxie. Dans son communiqué, . Dans un esprit de principe de précaution, Santé Canada recommande tout de même "aux personnes allergiques à l’un des ingrédients du vaccin de ne pas se faire vacciner".

Un risque de choc anaphylactique autour de 0,6%

"Si vous avez déjà eu une réaction allergique grave à un autre vaccin, à un médicament ou à un aliment, informez-en votre professionnel de la santé avant de vous faire vacciner", se contente de recommander Santé Canada concernant le vaccin. Durant les essais cliniques, Pfizer a noté un risque de choc anaphylactique autour de 0,6%, a rappelé ce vendredi 11 décembre Stephan Evans, chercheur en pharmacoépidémiologie à l'École d'hygiène et de médecine tropicale à Londres, en entrevue avec la chaîne France 24.

"Les Canadiens peuvent avoir confiance en notre processus d’examen rigoureux et être assurés que le vaccin n’a été autorisé qu’après une évaluation approfondie des données, montrant qu’il satisfait aux normes strictes de Santé Canada en matière d’innocuité, d’efficacité et de qualité", assurait déjà auprès de Radio-Canada le Dr Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada, le 10 décembre dernier.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.