Insémination artisanale : en quoi ça consiste ?

L’insémination artificielle et la fécondation in vitro sont des actes strictement encadrés par la loi. Il en est autrement pour l’insémination artisanale qui se pratique dans la clandestinité.

Publicité

vignette-focus-500x375.jpg© Istock

Insémination artisanale : une pratique illégale en France

Pour assouvir leur désir d’enfant, de nombreuses personnes ont recours à l’insémination artisanale, une pratique illégale en France. Les dons de sperme sont également pratiqués sans intervention médicale et hors du cadre légal. Rappelons que les deux grands principes de la loi de bioéthique sont la gratuité des spermatozoïdes et l’anonymat des donneurs, ce qui est loin d’être le cas en matière d’insémination artisanale.

Publicité
Publicité

Qui recourt à l’insémination artisanale ?

Couples homosexuels, lesbiens, hétérosexuels, femmes seules, ont recours à cette pratique. Certains parce qu’ils ne peuvent bénéficier de la Procréation Médicalement Assistée (PMA), comme l’insémination et la fécondation in vitro, leur infertilité n’ayant pas été reconnue. D’autres personnes utilisent ce procédé parce qu’elles n’ont pas rencontré l’âme sœur, d’autres parce qu’elles ont des problèmes liés à la sexualité.

Déroulement d’une insémination artisanale

Cette technique de procréation non médicalisée n’exige pas de rapport sexuel. Il suffit de disposer :

- d’un pot dans lequel le donneur recueille lui-même son sperme. Ce donneur peut être un ami ou un inconnu qui propose ce service illégal via Internet, bénévolement ou contre de l’argent. Certains sites en ligne commercialisent même des gamètes congelés ;

- d’une seringue à usage unique ou d’une pipette pour prélever le sperme par aspiration.

Le sperme est ensuite introduit dans le vagin de la receveuse par son conjoint ou sa conjointe, voire par la receveuse elle-même.

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X