Insémination artificielle : le taux de réussite

Glaire cervicale de mauvaise qualité, anomalies spermatiques modérées et sperme insuffisant sont autant de raisons pour lesquelles l'insémination artificielle devient parfois nécessaire. Mais que recouvre cette technique de procréation médicalement assistée (PMA) et surtout, quel est son taux de réussite ?

Publicité
Publicité

© Istock

Tout savoir sur l'insémination artificielle

L'insémination artificielle se différencie de l'insémination "artisanale" et du rapport sexuel traditionnel. Il s'agit d'une méthode de reproduction médicalement assistée qui consiste à placer des spermatozoïdes dans l'utérus à l'aide d'un cathéter.
Du côté de la femme, on surveille ou on stimule l'ovulation et, du côté de l'homme, on sélectionne des spermatozoïdes typiques, matures et suffisamment mobiles afin de les placer dans l'utérus.
L'insémination artificielle intraconjugale (IAC) se distingue de celle avec don de sperme (IAD), dont les spermatozoïdes proviennent d'une banque de sperme.

Publicité

Quel est le taux de réussite de l'insémination artificielle ?

Publicité

L'insémination artificielle est une technique rapide qui n'entraîne généralement pas de douleurs. De plus, le taux de réussite est quand même notable puisqu'il est de 10 à 15 % et qu'il frôle les 25 % en prenant en compte l'ensemble des tentatives.
Mais combien de spermatozoïdes faut-il pour tomber enceinte ? Lorsque le sperme est préparé, les spermatozoïdes les plus mobiles sont isolés du plasma et sélectionnés. Un million de spermatozoïdes semble le minimum requis pour optimiser les chances de grossesse.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés