Ecouter l'article :

La crise sanitaire semble avoir lourdement impacté notre hygiène corporelle et capillaire. À la suite à l’effondrement des ventes de shampoing lors du premier confinement, la marque de cosmétiques solides Unbottled a souhaité mesurer l’impact que les confinements et couvre-feux successifs avaient pu avoir durablement sur l’hygiène et les pratiques capillaires des Français.

Cette étude publiée ce jeudi 29 avril révèle que seulement 63% des Français réalisent une toilette complète chaque jour, contre 76% avant la crise sanitaire. Si l’impact des confinements sur l’hygiène capillaire est plus limité, il reste quand même significatif si l’on en juge par la proportion de Françaises se lavant désormais les cheveux moins de trois fois par semaine. Elles sont 37% en avril 2021, contre 32% en octobre 2020 et 30% en février 2020.

27% des 18-25 ans reconnaissent se laver moins les cheveux

Dans un contexte général où le discours sur la fréquence de lavage des cheveux tend plutôt à inciter à la modération, on observe une tendance à la baisse légère, mais continue, du lavage quotidien des cheveux dans la gent féminine. Les Françaises étaient 25% à se laver les cheveux tous les jours en avril 2021, contre 28% en octobre 2020 et 29% en février 2020. Les comportements diffèrent énormément entre hommes et femmes.

En effet, si un homme sur deux se lavent les cheveux tous les jours (46%), ce n'est le cas que d’un quart des femmes (25%). La norme chez les femmes est plutôt à un rythme tous les deux jours ou deux fois par semaine (63%). Les femmes sont 12% à estimer avoir une fréquence de lavage de cheveux moins importante qu'avant le premier confinement. Cela concerne davantage les jeunes femmes entre 18 et 24 ans, qui sont 27% à reconnaître se laver moins les cheveux depuis le début de la crise sanitaire.

La tendance du low poo

La moitié des Françaises ayant réduit leurs shampoings assurent que c'est dans le but d'améliorer la qualité de leurs cheveux. 45% d'entre elles veulent ainsi avoir des cheveux moins gras et plus soyeux et 44% de ces femmes veulent éviter des produits chimiques potentiellement mauvais pour le cuir chevelu. Cela suit la tendance du "low poo" (peu de shampoings) venue des États-Unis et qui vise à se laver moins les cheveux. Des shampoings moins fréquents qui ont pour but de réaliser une sorte détox capillaire en allégeant les cheveux des composés chimiques contenus dans les shampoings industriels. Les parabènes, sulfates et silicones rendent plus brillants les cheveux à court terme, mais finissent par les étouffer.

De nouvelles habitudes plus faciles à prendre quand on est en télétravail car cela réduit la crainte d'être stigmatisés par ses collègues. En effet, selon l'étude Ifop réalisée pour Unbottled, 47% des femmes souhaitant éviter les produits chimiques potentiellement mauvais pour le cuir chevelu exercent actuellement en télétravail. Pour les deux tiers des hommes, une femme qui ne se lave pas les cheveux au moins une fois par semaine est une femme à l’hygiène défaillante. La réduction de fréquence de lavage de cheveux est une tendance féminine qui va de pair avec un affranchissement des normes esthétiques en vigueur et une recherche de plus de naturel.

Cette étude Ifop pour Unbottled a été réalisée par questionnaire autoadministré en ligne du 9 au 12 avril 2021 auprès d’un échantillon de 2 027 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Sources

L’impact des confinements sur l’hygiène capillaire des Français(es), étude Ifop pour Unbottled, 29 avril 2021. 

https://unbottled.co/blogs/journal/les-francais-et-le-lavage-des-mains-le-grand-relachement

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.