Ecouter l'article :

Le stress affecte la pousse de vos cheveux, c'est désormais prouvé scientifiquement. Une étude de chercheurs de l'université de Harvard publiée le 4 mars dans la revue Nature démontre comment les hormones du stress suppriment la croissance des cheveux via la régulation des cellules souches des follicules pileux. En effet les folicules pileux, cavités de la peau dans lesquelles poussent les cheveux, alternent les phases de pousse et de repos. L'équipe dirigée par la chercheuse Ya-Chieh Hsu démontre sur la souris comment la corticostérone (une hormone libérée en période de stress, équivalente au cortisol chez l'homme) régule l'activité des follicules pileux.

Les folicules pileux restent en phase de repos

"Bien que le stress ait été associé de manière anecdotique à de nombreuses variations tissulaires, y compris certains problèmes capillaires, il n'était pas clair s'il était réellement à l'origine de ces changements néfastes et, plus important encore, les mécanismes sous-jacents à ces altérations restent mal compris", explique Hsu à l'agence de presse scientifique SINC, relayée par le site argentin Clarin. La chercheuse explique avoir découvert "l'année dernière que le stress épuise les cellules souches mélanocytaires (les cellules souches qui donnent à nos cheveux sa couleur distinctive) par des changements dans le système nerveux, ce qui est à la base du grisonnement des cheveux induit par le stress".

Cette fois, les chercheurs ont "identifié un mécanisme complètement différent par lequel le stress affecte les cellules souches du follicule pileux, important pour réguler la régénération de ces follicules et la croissance des cheveux". En pratique, lorsque les niveaux de corticostérone sont élevés chez les souris, les follicules pileux restent dans une phase de repos prolongée et ne se régénèrent pas. "En cas de stress chronique, des niveaux accrus de corticostérone maintiennent les follicules pileux dans une phase de repos prolongée", précise l'étude. À l'inversse, en l'absence de corticostérone, les cellules souches des folicules pileux sont activées et la croissance de nouveaux cheveux est activée.

Un espoir de traitement contre la perte de cheveux

Selon les auteurs de l'étude, la corticostérone inhibe l'activation des cellules souches du follicule pileux en supprimant la production d'une protéine appelée GAS6, dont il a été démontré qu'elle favorise la prolifération de ces cellules souches en l'absence de corticostérone. Ainsi, la restauration de l'expression de GAS6 pourrait surmonter l'inhibition induite par le stress et favoriser la régénération de la pousse des cheveux. "Ces résultats fournissent la base pour explorer les traitements de la perte de cheveux causée par le stress chronique", explique Rui Yi, chercheur à la Northwestern University (États-Unis).

Sources

Estudio : Así afecta el estrés al crecimiento del pelo, clarin.com, 5 avril 2021.

Corticosterone inhibits GAS6 to govern hair follicle stem-cell quiescence, Nature, 4 mars 2021.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.