Cancer et infarctus : la vitamine D et les Oméga-3 réduisent vos risques

Une étude de grande ampleur confirme les bienfaits de la vitamine D et des Omégas-3, dans la réduction du risque d’infarctus et de mortalité par cancer.

Une vaste étude s’est récemment penchée sur les bienfaits de la vitamine D et d'huile de poisson, riche en Omégas-3, sur la santé. Intitulée “VITAL” - contraction de VITamin D et OmegA-3 - elle montre des résultats prometteurs dans la prévention des décès par cancer et par crise cardiaque. Ils ont été présentés lors du congrès annuel de la North American Menopause Society (NAMS), qui s’est tenu à Chicago du 25 au 28 septembre.

Près de 26 000 hommes et femmes américains ont participé à cet essai clinique de grande ampleur, mené par le Brigham and Women’s Hospital, filiale de la Harvard Medical School.

Les Oméga-3 réduisent significativement le risque d’infarctus

Après plus de cinq ans d’étude et de traitement des données, il apparaît que les acides gras Oméga-3, contenus dans l’huile de poisson, sont associés à une réduction significative des crises cardiaques. En revanche, ils ne présentent qu’une faible diminution des événements cardiovasculaires majeurs, non-significative.

Les bienfaits thérapeutiques les plus importants ont été observés chez les personnes consommant moins de poisson que la médiane de la cohorte (soit 1,5 portion par semaine), mais pas chez celles qui en consommaient davantage. En outre, les populations afro-américaines semblent bénéficier le plus de cette réduction du risque cardiaque.

Des méta-analyses d’essais randomisés sur les oméga-3, réalisés plus récemment, confirment leurs bénéfices pour le cœur.

La vitamine D réduit le nombre de décès par cancer

De même, l’étude a montré que la supplémentation en vitamine D ne réduisait pas les événements cardiovasculaires majeurs, ni l’incidence totale du cancer. Mais elle était associée à une réduction statistiquement significative de la mortalité totale par cancer, parmi les personnes qui ont participé à l’essai pendant au moins deux ans.

Cet effet de la vitamine D sur la réduction du nombre de décès par cancer est également confirmé par les méta-analyses mises à jour des essais cliniques réalisés ultérieurement.

Les individus susceptibles de tirer le meilleur bénéfice de ces suppléments restent à déterminer

“La configuration de ces résultats suggère un équilibre complexe de bénéfices et de risques pour chaque opération, et souligne la nécessité de mener des recherches supplémentaires, afin de déterminer quels individus sont les plus susceptibles de tirer un bénéfice net de ces compléments alimentaires”, indique le Dr JoAnn Manson, auteur principal de l’étude.

“Les maladies cardiaques et le cancer représentent les menaces les plus importantes pour la santé des femmes, il est donc impératif de continuer à étudier la viabilité des options permettant d’éviter ces maladies et d’aider les femmes à y survivre”, ajoute le Dr Stephanie Faubion, directrice médicale de la NAMS.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.