Éteindre sa webcam pendant vos réunions zoom pourrait bien réduire votre fatigue quotidienne au travail. C'est ce qu'il ressort d'une récente étude publiée en août 2021. Une étude de chercheurs de l'université de l'Arizona, aux États-Unis, qui pourrait être extrêmement utile alors que cela fait désormais plus d'un an que le travail à distance se généralise en raison de la crise sanitaire.

Zoom, Google Meet, Skype... Tous les logiciels sont bons pour multiplier vos réunions en télétravail. Si vous vous sentez plus fatigués depuis la mise en place du travail à distance, la webcam y est peut-être pour quelque chose.

Une "fatigue zoom" liée à la "pression 'd'auto-présentation"

En effet, de nombreux médias avaient déjà évoqués ce sentiment de "fatigue zoom" provoqué par la multiplication des réunions virtuelles en télétravail. Les scientifiques ont étudié pendant quatre semaines 103 employés afin d'observer quotidiennement leur fatigue avec ou sans webcam. Le résultat de ces 1 408 observations journalières est clair : utiliser la webcam augmente la fatigue, quel que soit le nombre de réunions virtuelles réalisées dans la journée de travail.

En effet, les chercheurs ont constaté que "les gens qui avaient des caméras allumées ont signalé plus de fatigue que ceux qui n'en utilisaient pas". "Cette fatigue était corrélée à moins d'engagement pendant les réunions. Ainsi ceux qui avaient des caméras allumées participaient potentiellement moins que ceux qui n'en utilisaient pas. Cela va à l'encontre de l'idée reçue selon laquelle les caméras doivent être allumées en réunions", expliquent les scientifiques.

"Il y a cette hypothèse selon laquelle si vous avez votre caméra allumée pendant toutes vos réunions, vous serez plus engagé, pour être vu sous un jour favorable", explique le Pr Allison Gabriel, un des auteurs de l'étude. En réalité, "il y a beaucoup de pression 'd'auto-présentation' associée au fait d'être devant la caméra. Avoir un arrière-plan professionnel et avoir l'air prêt ou garder les enfants hors de la pièce font partie de ces pressions".

En effet, "l'auto-présentation fait référence à l'idée que la plupart des gens ont un désir inné d'être vus sous un jour favorable et visent à transmettre des informations positives sur eux-mêmes", explique l'étude. Il s'agit d'une "activité exigeante sur le plan cognitif, car l'auto-présentation est une forme d'autorégulation qui oblige les acteurs à surveiller attentivement et à gérer activement leur comportement expressif (c'est-à-dire observable) lors des interactions sociales".

Les femmes et les nouveaux salariés plus touchés

L'étude révèle en outre que ce sont les femmes et les nouveaux employés qui sont le plus touchés par le phénomène. "Les employés qui ont tendance à être plus vulnérables en termes de position sociale sur le lieu de travail, comme les femmes et les employés plus récents, ont un sentiment accru de fatigue lorsqu'ils doivent garder les caméras allumées lors des réunions. Les femmes ressentent souvent la pression d'être parfaites sans effort ou d'avoir une plus grande probabilité d'interruptions de garde d'enfants, et les nouveaux employés ont l'impression qu'ils doivent être devant la caméra et participer afin de montrer leur productivité", conclut l'étude.

Les chercheurs recommandent donc aux employeurs de faire preuve de flexibilité en matière de visioconférence. En fin de compte, nous voulons que les salariés se sentent autonomes et soutenus au travail afin de se sentir au mieux. "Avoir de l'autonomie sur l'utilisation de la caméra est un pas dans cette direction", estiment en effet les chercheurs.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

The Fatiguing Effects of Camera Use in Virtual Meetings: A Within-Person Field Experiment, Journal of Applied Psychology, août 2021.

https://doi.apa.org/fulltext/2021-77825-003.html

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.